Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Acteurs de la data : tous schizophrènes


Rédigé par Sébastien Thomas, Datagalaxy le 21 Octobre 2017

Les nouveaux outils proposés par les éditeurs aux décideurs travaillant sur la donnée, loin de favoriser le partage de l’information, ont recréé des silos dans l’entreprise. Le système d’information peut retrouver son rôle historique en favorisant la collaboration.



Sébastien Thomas, CTO Datagalaxy
Sébastien Thomas, CTO Datagalaxy
Quand j’ai démarré comme consultant en Business Intelligence, j’aimais rappeler rapidement à mes clients l’historique de la discipline : comment nous étions passés d’une constitution de rapports par chaque service sur des infocentres à la mise en œuvre d’un entrepôt de données global, avec ses tableaux de bord d’entreprise et leur circuit de validation. Le bien-fondé de disposer de données fiables, de chiffres partagés et compris par tous n’était alors jamais remis en question, échaudés que nous étions de voir des chiffres différents à cause d’un mode de fonctionnement par services, générant des silos imperméables.

Il y a quelques années, une nouvelle catégorie d’outils est apparue. Mus par un marketing puissant, quelques éditeurs ont commencé à surfer sur la vague de défiance des utilisateurs vis-à-vis de l’informatique « legacy ». Leur crédo : redonner le pouvoir à l’utilisateur. Les fournisseurs ont alors dragué outrageusement les utilisateurs métiers, le directeur marketing en tête, pour conquérir de nouveaux marchés. Nous les avons vu flagorner nos décideurs, les affublant de titres les plus ronflants les uns que les autres: Power user, Data hero… Chacun d’entre eux s’est imaginé être l’homme providentiel de la donnée.

Diviser pour mieux imposer son agenda technologique

Les éditeurs en ont rajouté, brandissant la menace du Shadow IT -sans eux affirment-ils, les métiers iraient chercher eux-mêmes sur le web les outils dont ils ont besoin.

Les fournisseurs reproduisent en cela leur modèle historique, à savoir tenter d’imposer leur agenda technologique. Ils ont pour cela pris soin de bien segmenter leurs cibles, recréant ainsi des silos artificiels. Résultat, le décideur métier s’est vu comme le roi du pétrole - la donnée -, cachant jalousement son puits.

Il est toujours facile de démontrer la faiblesse du service informatique « qui ne comprend rien au métier », « dont les délais de réalisation sont beaucoup trop longs », « qui ne nous écoute pas »… Bien sûr, derrière ces reproches lancés en vrac, se cachent quelques vérités. La cloison entre les métiers et l’IT reste peu perméable - les directeurs des systèmes d’information ayant toujours tendance à vanter la technologie pour la technologie.

Il faut donc revenir à la démarche originale qui doit prévaloir dans le système d’information. A savoir un outil à la disposition de tous, apte à fédérer les collaborateurs de l’entreprise.

Appliquée à la donnée, cette démarche fédératrice consiste à estomper les frontières entre les métiers et l’IT. Bien évidemment, certains spécialistes sont plus à même de travailler les données, et d’en tirer de la valeur métier -il ne s’agit pas de remettre en cause le travail du data scientist, par exemple, même si, comme tout le monde, il peut se tromper. Le laisser seul s’approprier les données peut engendrer des effets de bord.

L’IT est un enjeu d’entreprise, pas un enjeu personnel

Or l’enjeu de l’IT n’est pas de faire avancer l’individu, mais de faire avancer l’entreprise dans son ensemble. Pour cela, la politique IT et générale de l’entreprise doit se concentrer sur le partage de la donnée. Le pouvoir ne doit pas finir dans les mains de quelques super-héros, aussi talentueux soient-ils. Le super pouvoir de l’entreprise réside dans l’agilité et le collaboratif, dans sa capacité à développer le crowd sourcing par exemple. Pour cela le système d’information est indispensable. Il doit proposer une plateforme d’hébergement des données ouverte, - tout en assurant la confidentialité et l’intégrité des données, GDPR oblige - la démocratiser en la rendant facile d’accès, pour que tout un chacun y puise des données compréhensibles par lui et travailler les data comme bon lui semble.

Cela passe par une information lisible et pour parvenir à cette fin, les métadonnées -les informations descriptives entourant la data- ont un rôle crucial et apportent une visibilité sans pareil sur les puits de pétrole de l’entreprise. A charge ensuite pour chaque collaborateur de partager largement ses découvertes. Et pour cela, un système d’information unifié reste le meilleur outil.




Commentaires

1.Posté par Vallaud Thierry le 26/10/2017 21:12
Je trouve l'article intéressant mais je vois pas trop son but.
Je pense que le role du IT et de mettre à dispo une donnée propre et documenté et de donner des outils de BI très ouverts aux utilisateurs pouvant utiliser les données mise à dispo par l'IT pour en faire ce "qu'ils veulent" en fonction de droit d'accès : Power BI par exemple
Avec ce type d'outil l'utilisateur développe ces propres reports et KPI rapidement et agilement et peut facilement revenir en arrière, il publie lui même alors ces reports à moindre cout et peut les automatiser. Le role de l'IT étant un role de provider de données propres et d'outils conviviaux et le garant du respect des règles de sécurités.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.