Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Actuate : Trois questions à Pete Cittadini


Rédigé par le 15 Décembre 2011

A l'occasion de la conférence ActuateOne Live qui s'est déroulée mi-novembre en France, Pete Citadini, CEO de Actuate, a accordé une interview exclusive à Decideo.fr.
L'occasion de faire le point sur les tendances du marché et la place que compte prendre Actuate au croisement de l'Open Source, du Big Data et des autres mots-clefs à la mode.



Pete Cittadini le 17 novembre 2011 - Photo Oseon Conversations
Pete Cittadini le 17 novembre 2011 - Photo Oseon Conversations
Decideo : Actuate a fait évoluer sa communication et sa marque, mettant en avant une suite de produits, ActuateOne, qui sous-entend une meilleure intégration et une plus grande complétude fonctionnelle. Voyez-vous dans les chiffres, les premiers résultats de cette stratégie ?

Pete Citadini : Ce qui fait la croissance de Actuate aujourd'hui c'est sans conteste la formidable communauté des utilisateurs BIRT. Notre produit e.Report était très propriétaire, avec une dizaine de milliers de développeurs autour de cette technologie. Avec BIRT et l'open source nous passons à plusieurs millions de développeurs. Nous pensons arriver à trois ou quatre millions de développeurs à terme. Même si 90 % de ces développeurs ne nous donneront jamais d'argent, ils créent la communauté, ils participent au buzz, ils légitiment la solution. Et même si cela ne représente que 5 à 10 % de clients payants, sur la base de 3 à 4 millions de développeurs, c'est bien plus intéressant que notre dizaine de milliers de développeurs précédents. C'est là où nous en sommes actuellement. Cela a pris six ans ! Et je ne saurais pas vous expliquer pourquoi il a fallu six ans, sans doute un processus normal de maturation au sein de la communauté. Aujourd'hui les entreprises n'hésitent plus à utiliser l'open source, y compris pour des applications critiques.

Decideo : Lorsque l'on regarde cette nouvelle génération d'outils décisionnels, on constate que certains de vos concurrents comme Tableau ou QlikView, ont choisi d'aller parfois à l'encontre des départements informatiques, véhiculant un message plus orienté utilisateurs. Chez Actuate, vous semblez vouloir encore collaborer avec les DSI. Pourquoi ?

Pete Citadini : Des solutions autonomes peuvent certainement répondre aux besoins de quelques utilisateurs. Mais je dirais des utilisateurs très avancés, et ils ne sont pas nombreux dans l'entreprise. Ce que nous disent les clients, c'est que si vous restez dans les limites de ce que proposent des solutions de tableaux de bord comme QlikView, cela fonctionne. Cela fait ce que cela fait. Mais si vous cherchez à dépasser les limites fonctionnelles du produit standard, vous ne pouvez pas !
Chez ces soit-disant nouveaux éditeurs, il faut mettre à disposition de l'utilisateur des sources de données, masquer la complexité de la donnée, sous forme d'abstraction fonctionnelle, etc. C'est exactement comme un nouvel Impromptu, ReportNet ou WebIntelligence. C'est de la BI traditionnelle !

Nous n'avons jamais été sur ce créneau. Actuate a été inventé pour répondre à un autre scénario, celui qui passe par un cycle de développement d'application, avant de mettre le résultat entre les mains de l'utilisateur.
Nous pensons que dans le monde du Web, tout doit être conçu comme une application, à laquelle vous vous connectez et qui vous apporte immédiatement de la valeur ajoutée. Et vous ne pouvez pas créer ces applications sans l'aide de l'informatique. C'est pour cela que nous localisons une partie de nos applications à l'extérieur du firewall de l'entreprise. Nous ne proposons pas d'applications sur étagère, toutes nos applications sont personnalisées par les clients. BIRT est une plateforme, qui permet aux développeurs d'utiliser ensuite les langages qu'ils préfèrent pour développer leurs applications.

Les utilisateurs ont une expérience personnelle du Web de haut niveau; quand ils accèdent à leurs informations personnelles, leur banque, ils se connectent et ont accès à des applications et des informations. Quand ils arrivent dans l'entreprise, les choses changent et l'informatique décisionnelle est un monde encore peuplé de rapports, de fichiers Excel, Powerpoint… du bricolage.
Nous pensons que les applications personnelles de Business Intelligence vont prendre beaucoup d'importance dans les prochaines années. Nous ne pensons pas que QlikTech représente le futur, nous pensons qu'ils sont un piège, dans la ligne des Business Objects et Cognos. Je pense que sur un millier d'applications QlikTech vendues, à la fin seules une ou deux seront réellement utilisées.
Avec Actuate, nous avons un taux d'adoption bien plus important. Si vous construisez une application avec Actuate et que vous ciblez une population d'un millier d'utilisateurs, je peux vous dire que trois ou quatre ans plus tard, vous avez 3000 ou 4000 utilisateurs. C'est tellement facile à utiliser !

Decideo : A propos de ces applications de BI "personnelle", vous prenez toujours les mêmes exemples dans le domaine de la banque et de la finance. Pensez-vous vraiment que les gens ont envie de faire de la BI une fois rentrés chez eux ? Cela n'a rien de très excitant. Est-ce que vous levez le matin en vous disant "Cool, je vais faire de la BI personnelle aujourd'hui" ?

Pete Citadini : Il y a des tas de domaines dans lesquels vous pouvez créer des applications qui compilent de gros volumes de données, et créent des applications d'analyse. Je crois que ESPN i[[ndlr : une chaine de sports très regardée aux Etats-Unis]]i propose déjà ce genre d'applications. Je crois que cela peut s'appliquer à des tas de domaines.
Si vous êtes un parieur, et il y en a par exemple beaucoup en Italie, les statistiques vont vous aider à prendre des paris plus intelligents.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.