Decideo.fr
Twitter
Rss
App Store
Decideo.fr

Communauté francophone des utilisateurs de données : Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining...


 
     

BI & collectivités : gestion des dépenses publiques

pour l'efficacité des grandes orientations stratégiques


Claudie Costes-Druilhe et Elodie Asselineau, SQLI
22 Mai 2013

Décentralisation, obligation de résultats, tout comme les entreprises privées, les collectivités territoriales sont soumises à l’évolution d’un suivi budgétaire plus précis et exigeant. D’une vision purement opérationnelle gérée par des progiciels à l’échelle de chacun des services, les collectivités se dotent désormais d’outils décisionnels pour obtenir une vision transversale.



De nouveaux enjeux

Claudie Costes-Druilhe, Manager, EoZen-Groupe SQLI
Claudie Costes-Druilhe, Manager, EoZen-Groupe SQLI
L’application effective et efficace des politiques publiques engagées par les collectivités est au cœur des préoccupations des élus et donc des services de direction et de pilotage de la fonction publique. Si cette vigilance salutaire a toujours existé, la tendance actuelle est au renforcement intelligent des moyens de contrôle dans le but de toujours mieux gérer les dépenses des fonds publics.

Les chantiers de décentralisation et de modernisation ainsi que les nouvelles lois de finances imposent aux collectivités territoriales l’adoption de méthodes et d’outils de suivi.

À la différence du monde de l’entreprise, il ne s’agit pas de rechercher un profit, mais de progresser vers une meilleure maîtrise des budgets à l’aide d’informations chiffrées et quantifiables. Concrètement, les finances, le domaine social, les ressources humaines, le patrimoine, les infrastructures, les transports, la formation, l’éducation, l’environnement, les affaires économiques, etc. chaque direction dispose de ses propres silos d’information et de son progiciel dédié pour ne pas dire isolé. Mais le plus souvent la direction générale de la collectivité ne dispose pas d’une vue transversale sur l’ensemble des missions de politiques publiques. L’utilité d’un outil décisionnel apparaît alors de manière évidente puisque la BI permet de consolider des données provenant de silos épars et hétérogènes.

D’une vision purement opérationnelle gérée par des progiciels hétéroclites à l’échelle de chacune des directions, les directions centrales des collectivités se dotent désormais d’outils décisionnels pour une vision transversale et en profondeur, permettant un pilotage plus efficace, par ventilation et répartition diverses des dépenses. La BI fournit ainsi des informations plus précises pour optimiser leurs investissements, vérifier leur pertinence et justifier les choix budgétaires.

Identifier les leviers d'efficacité

Elodie Asselineau, Chargée de Communication, Groupe SQLI
Elodie Asselineau, Chargée de Communication, Groupe SQLI
Pléthore d’indicateurs n’est pas synonyme d’efficacité : pour piloter une collectivité, chaque direction se doit de définir deux à trois indicateurs pertinents en regard de ses objectifs. En préambule à tout projet décisionnel, il convient donc à l’aide d’outils conceptuels et méthodologiques et à partir des grandes orientations stratégiques fixées au sein de la collectivité de définir des objectifs intermédiaires et opérationnels à atteindre ainsi que des plans d’actions à mettre au point.
Ces différents objectifs étant définis, il est possible de dresser la liste des mesures et des indicateurs fondamentaux à valoriser afin que la collectivité puisse piloter et mener à bien les axes stratégiques.

Ces indicateurs opérationnels (exemple : montant engagé par typologie), de performance (ex : pourcentage d’évolution du réalisé), ou stratégiques (ex : taux de mandatement) permettent alors à la fois :
• aux services de piloter leurs actions en étant connectés aux objectifs (stratégiques, intermédiaires et opérationnels) découlant des documents d’orientation
• à la Direction Générale de suivre l’exécution des politiques engagées.

Spécificité des données publiques

Les requêtes pour la CNIL sont une problématique fréquente dans les projets décisionnels des collectivités. Bien souvent et à juste titre, les données publiques sont protégées par la CNIL. Tout bon intégrateur doit être en mesure de vous aider dans vos procédures de mise en conformité et “d’anonymisation” des données sensibles. Un vrai gain de temps pour vos projets !

Enrichir le travail des agents

Parfois au centre des controverses, la BI dans les collectivités n’est pas l’outil de chasse aux sorcières dont on l’accuse. À l’inverse, elle enrichit le travail des agents et les libère de tâches fastidieuses de collecte et de re-saisie de données. Moins de temps est ainsi consacré à la collecte de l’information au profit de l’analyse des résultats. L’automatisation de la collecte est également un garant non négligeable de la justesse des résultats fournis. La qualité et la pertinence des résultats s’en trouveront optimisées.
Le retour sur investissement d’un tel projet peut souvent se mesurer par l’économie de jours / homme passés à la re-saisie et à la vérification de données dans des fichiers Excel dans plusieurs services de la collectivité.

Lutter contre la fraude

Les enjeux pour les collectivités sont essentiels. Bien sûr il s’agit d’évaluer les politiques en place, de développer les stratégies et scenarii des politiques futures mais ce n’est pas tout. Les outils décisionnels ont la vertu d’améliorer la qualité des services mais également de permettre une lutte efficace contre les fraudes et développer des programmes de prévention.

Clé de la réussite d'un projet BI en collectivité territoriale

La condition sine qua none de la réussite d’un projet décisionnel réside avant tout en la maturité de la collectivité quant aux questions de la BI et à la volonté de cette dernière de mettre en place un réel système transverse de partage et de croisement d’informations. Seul le sponsoring de la Direction Générale est le garant d’une mise en place efficace et réussie. Un projet décisionnel requiert une véritable implication de tous les acteurs. Leur adhésion au projet doit être complète et accompagnée par les commanditaires qui alloueront les ressources nécessaires (humaines et financières) au bon déroulement de cette mise en place.
Bien que cette évolution soit intrinsèquement naturelle, elle n’est pas encore bien ancrée dans les mentalités et toute démarche visant à mettre en place des systèmes d’informations transversaux nécessite un accompagnement, une véritable conduite du changement.
Dans ce contexte de modernisation des méthodes de prise de décision par la mise en place d’instruments de pilotage rétrospectif et prospectif, les intégrateurs proposent aux collectivités un accompagnement unique :
• pour identifier les bons indicateurs
• pour les démarches administratives
• pour la conduite du changement
Et bien entendu, pour toutes les phases du projet décisionnel : conseil, mise en œuvre, maintenance, formation.
La BI en collectivités territoriales permet de mesurer l’efficacité des orientations et des plans mis en place, défendre le bilan d’un élu, jauger l’efficacité d’un programme.


Lu 6934 fois


1.Posté par Chabannes le 28/05/2013 11:10
Sans enlever une ligne de votre excellent article, permettez-moi d'insister sur un point majeur à mes yeux :
LE BI offrant un suivi de la dépense réelle de l'ensemble d'une structure (Collectivités locales ou Etat ou une Entreprise) est le seul moyen de connaître, de rendre responsable et de mener des actions tant sur les changement de comportement que sur les achats proprement dits.
Le BI suivant les budgets est un pis-aller, plus facile à mettre en oeuvre et permettant de montrer que l'on contrôle. Les acteurs de tous niveaux ont depuis longtemps appris à jouer cette musique, le BI les accompagnera sans les changer.
Les BI capables d'aggréger les dépenses et de le classer en terme d'organisations et de typologie de dépenses et de fournisseurs existent. Les MDM sont en retard sur le sujet mais des best of breed savent le faire.
Notons que la transparence obtenue est violente.
Cordialement, Patrick Chabannes

2.Posté par Hugues BERTRAND le 30/05/2013 12:39
Bonjour,

C'est effectivement un excellent article sur les problématiques BI des Collectivités.
Les applications BI sont encore trop souvent associées aux applications métiers comme "Chapeau décisionnel" et traitées application par application.
Hors, dans ce domaine la transversalité est un maître mot et les solutions de Business intelligence n'ont de sens qu'en s’affranchissant des silos applicatifs et technologiques du système d'informations.

Fort de ce constat, seul les logiciels décisionnels ayant le périmètre fonctionnel suffisant pour couvrir l'ensemble des besoins et domaines des collectivités sont capables de doter le système d'informations d'une plateforme unique à même d'assumer cette notion de transversalité.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.





















Photos
 






France
Canada Espanol



Google+

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon.