Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


BUSINESS OBJECTS OBTIENT GAIN DE CAUSE EN APPEL DANS LE LITIGE EN VIOLATION DE BREVET CONTRE MICROSTATEGY


Rédigé par Business Objects le 7 Janvier 2005

La Cour Fédérale d’Appel des Etats-Unis ordonne à MicroStrategy de faire face à son procès pour la violation d’un brevet de Business Objects



Business Objects (NASDAQ : BOBJ ; Euronext Paris code ISIN : FR0004026250 - BOB), le leader mondial des fournisseurs de solutions de business intelligence se félicite aujourd’hui de la décision de la Cour Fédérale d’Appel des Etats-Unis ordonnant la tenue d’un procès dans le dossier relatif au plagiat d’éléments cruciaux de son logiciel de premier plan de business intelligence par MicroStrategy.
"En ordonnant la tenue d’un procès, nous sommes confiants que MicroStrategy sera finalement tenu responsable pour son abus flagrant de la technologie dont l’industrie a reconnu l’inventeur, Business Objects" a déclaré Susan Wolfe, directrice juridique de Business Objects. "On dit que l’imitation est la forme la plus sincère de la louange. Celui qui loue le travail de pionnier et l’investissement d’un autre en l’imitant se conduit de façon non seulement immorale mais aussi illégale, et nous sommes confiants que la Cour prendra cette position dans ce dossier."
Dans sa décision rendue aujourd’hui, la Cour Fédérale d’Appel a déclaré que le tribunal d’instance inférieur a incorrectement conclu que les logiciels de MicroStrategy ne violaient pas le brevet clé de Business Objects. La Cour Fédérale d’Appel a déterminé que Business Objects ne devait pas être empêchée d’argumenter que les logiciels de MicroStrategy sont équivalents aux droits de Business Objects en vertu de son brevet.
Plus particulièrement, la Cour a noté que Business Objects, donc, n'a pas restreint cette limite dans le but d’obtenir son brevet et est fondé à revendiquer que l’outil de requête est bien équivalent. Le procès contre MicroStrategy devant la United States District Court du district Nord de la Californie devrait débuter à une date ultérieure dans le courant de l’année.
Business Objects a intenté cette poursuite le 17 octobre 2001 alléguant que MicroStrategy violaient le brevet de droit américain de Business Objects No : 5,555,403. Le 29 août 2003, la United States District Court a accordé la requête pour jugement sommaire de MicroStrategy et a, en conséquence,rejeté les allégations de Business Objects. Estimant que la Cour s’était trompée en rejetant ses allégations, Business Objects a fait appel de cette décision devant la Cour Fédérale d’Appel.

En 1990, Business Objects a inventé le concept d’objets sémantiquement dynamiques, communément appelé la couche sémantique ou "semantic layer". Cette technologie a apporté un changement radical à la façon dont le logiciel de business intelligence peut être utilisé et a alimenté la croissance du marché moderne de la business intelligence. Avant cette invention, les utilisateurs devaient compter sur les équipes informatiques pour avoir accès à des données critiques. Avec cette invention, les utilisateurs ont gagné l’accès aux données par le simple usage de termes business. Pour la première fois, les utilisateurs ont pu, de façon autonome, créer des rapports et analyser les données sans avoir à compter sur les informaticiens. "Dans leurs tentatives concurrentielles désespérées, MicroStrategy a tenté de bénéficier gratuitement de la technologie pour laquelle d’autres paient" a déclaré Wolfe. "Leur plus grosse erreur a été de le faire avec la technologie inventée par Business Objects."




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.