Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Conclave SAS à Paris La Défense


Rédigé par le 18 Octobre 2006

Plusieurs centaines de personnes se retrouveront aujourd’hui et demain au CNIT de Paris La Défense pour célébrer le succès répété au fil des années d’un de leurs fournisseurs préféré : SAS.



Conclave SAS à Paris La Défense
En informatique comme dans bien d’autres métiers, on parle d’écosystème. En biologie, une recherche sur Wikipedia nous apprend que « un écosystème désigne l'ensemble formé par une association ou communauté d'êtres vivants et son environnement géologique, pédologique et atmosphérique ». Chacun des grands éditeurs qui organisent les marchés informatiques ont leur écosystème. On parle d’écosystème SAP, Sage, Microsoft ou Oracle. Ils sont le plus souvent composés de l’éditeur, de ses partenaires, de ses distributeurs, intégrateurs affiliés, de leurs clients et prospects. La plupart des écosystèmes sont partagés. Il n’est pas rare de voir un même éditeur partenaire de plusieurs plates-formes, les éditeurs organisateurs d’écosystèmes étant même partenaires entre eux. Microsoft avec SAP, SAP avec Oracle, Sage avec Oracle… C’est ce que Oracle avait il y a déjà plusieurs années appelé la « concuralliance » ou la « coopétition ». L’écosystème SAS semble un monde à part. « Chez SAS ils ne sont pas comme les autres », expliquent chaque jour intégrateurs, autres éditeurs et membres des écosystèmes habituels. SAS est une entreprise intégrée qui préfère organiser ses propres événements, ses propres clubs, produire ses propres médias…
Or SAS réunit cette semaine son écosystème au CNIT de Paris La Défense et espère attirer plusieurs centaines de personnes pendant ces deux jours. Un forum SAS, dédié à cet écosystème, mais dont les partenaires sont Lincoln, Abs Technologies, Ausy, Grita, Ullink… mais aussi quelques noms heureusement plus connus comme Bull, IBM, Business & Décision, Capgemini, Keyrus ou Deloitte. Un monde à part…

Mais incontestablement un monde qui compte. Dans ce forum très propriétaire, SAS réunit des dizaines d’intervenants de haut niveau. De nombreux clients parmi lesquels Essilor, American Express, Anpe, Sofinco, DCN, EDF, CNCE… impossible de les citer tous, ont choisi de présenter leurs réalisations et de les partager avec les auditeurs.

Bien entendu ces conférences seront complétées par les habituels théâtres de présentation, ateliers de démonstration, vous pourrez même valider sur place votre certification SAS en passant l’examen ad-hoc. Et le plus fort c’est que SAS parvient à faire payer ses clients pour participer à cet événement. Un modèle que la quasi-totalité des autres éditeurs a dû abandonner faute de succès. Ainsi SAS connecte son forum annuel à son club utilisateurs disponible en ligne. L’adhésion coute entre 400 et 900 euros par an (individuel ou entreprise), et elle droit à l’accès au forum. Ils sont vraiment trop forts chez SAS !

Je terminerai cet éditorial par un clin d’œil, pour finalement saluer l’intelligence de SAS en France qui n’hésite pas à qualifier son forum de « 1er forum européen d’échange sur l’informatique décisionnelle », une terminologie proche de celle que nous employons depuis cinq ans pour notre forum Stratégie & Décisions ; et que la newsletter que SAS envoie à ses clients de manière régulière s’appelle Decisio… toute ressemblance avec le site que vous êtes en train de parcourir étant bien entendu totalement fortuite.

Allez, sincèrement, bon forum à tous !




Commentaires

1.Posté par pascal le 18/10/2006 18:29
Cher Philippe,
On s'est laché cette foi, non ?
En tout cas, c'est à lire et à relire pour bien saisir toutes nuances ;-)
Cordialement,
PP

2.Posté par Eric le 19/10/2006 12:44
SAS fait payer ses participants, moi j'adhère!
Voilà une manifestation qui ne passera pas dans les coûts de marketing répercutés sur les frais de licence. A tout prendre, c'est mieux comme ça. Chaque participant fait volontairement la dépense en adulte consentant. Quant aux autres uitlisateurs qui n'apprécient pas toujours les dépenses pharaoniques des shows des éditeurs, ils peuvent toujours se dire que leurs dépenses ne sont pas converties qu'en petits fours. Quand on met les budgets marketing et commerciaux des éditeurs face à leurs budgets de R&D, on préfèrerait les voir développer plus et communiquer moins. Ou alors il nous reste toujours la possibilité de nous intéresser de plus près à l'écosystème du logiciel libre...

3.Posté par A.Schneider le 20/10/2006 14:58
En complément du post d'eric, il faut bien reconnaitre que le ratio des dépenses entre marketing et R&D n'est pas souvent en faveur des éditeurs traditionnels : le peu d'innovation qui en resulte en témoigne ! Entre ces derniers et le monde du libre, savez-vous cependant qu'il existe une voie du millieu : des éditeurs préférant investir plus en R&D et se baser sur des standards ouverts, tout en apportant le niveau de service et d'engagement nécessaire aux projets critiques ?

Le monde du logiciel n'est pas totalement binaire ;-)

Cordialement
AS

4.Posté par Elisabeth Ziegler SAS le 20/10/2006 15:37
Philippe,
Nous avons lu votre article avec amusement. En ce qui concerne la photo, nos nombreux participants ne s'y reconnaîtront pas, la tenue était beaucoup plus diversifiée et décontractée.
La "foi" en la technologie n'est pas aussi dévote que cardinaux en conclave, et il n'y a plus d'entreprises qui croient… sans avoir vu ! C'est sans doute pour ça qu'elles sont venues nombreuses. Pour terminer, une précision : le premier numéro de Decisio.info est paru en juillet 2003 et nous sommes très honorés de vous avoir compté parmi nos premiers abonnés. De quand date la première édition de decideo ? Quoi qu'il en soit, vous savez ce qu'on dit des grands esprits ! Bien cordialement, Elisabeth Ziegler - Responsable Communication SAS