Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Décision, aide à la décision : un monde complexe !?


Rédigé par Michel Bruley, Directeur Marketing de Teradata France le 24 Février 2006



Décision, aide à la décision : un monde complexe !?
Depuis quelques années, Teradata fait réaliser une étude sur la prise de décision dans les grandes entreprises et constate avec plaisir que les interviewés disent devoir prendre de plus en plus de décision pour mener leur stratégie de gestion globalisée. Comme au même moment les responsables cherchent à être le plus rationnel possible et à tout aborder de façon scientifique, Teradata se voit un bel avenir d’autant plus que pour le moment l’essentiel de son activité se fait encore sur la mise en place de gisement de données détaillées ce qui lui laisse un large domaine de développement dans la réalisation d’application de support aux décisions.

Le support qu’une entreprise attend d’un système d’information pour s’aider dans une prise de décisions est fonction du niveau et du type de décision concerné. Mais il faut avoir conscience qu’information et décision ne sont pas des notions simples, en effet une information peut être une désinformation et une décision une absence de décision. Décider est différent de ratifier, c’est aussi créer et imaginer. Dans certains cas décider amène à fixer des règles, mais appliquer une règle n’est pas considéré comme une prise de décision, alors que ne pas appliquer une règle est vu comme une décision. Enfin, souvent le contenu d’une décision sert d’information pour prendre une autre décision, il peut y avoir alors un réseau de décisions avec des liens de dépendance et des liens pour information et pour action. Cependant il convient de noter que toutes les actions ne sont pas la suite d’une décision.

Les gourous du management s’accordent pour distinguer quatre niveaux de décision pour les entreprises. Les décisions stratégiques définissent les relations de l’entreprise avec son environnement (choix des activités, des marchés, des filières technologiques, …), elles fixent des axes et des politiques pour le long terme. Les décisions d’organisation définissent les structures, les processus, les systèmes d’information (métier, mission, délégation, responsabilité, moyens, …) elles fixent le cadre de travail dans une perspective de moyen terme. Les décisions de gestion définissent pour le court terme la direction et la performance attendue (objectifs, ressources, contrôle, …). Enfin les décisions opérationnelles s’intéressent au fonctionnement quotidien tant au niveau de la supervision que de l’exécution.

Les décisions des différents niveaux peuvent être de différents types. Il y a les décisions non structurées, uniques, non routinières, ou l’incertitude est grande qui requiert beaucoup de jugement et présente des risques. A l’opposé il y a les décisions structurées, répétitives, routinières, aux procédures définies qui laissent peu de place à l’incertitude. Entre les deux il y a les décisions semi-structurées ou quelques facteurs introduisent des risques.

Face à une décision un responsable peut adopter différents comportements comme ne pas décider, s’en remettre au hasard, agir puis réfléchir, se fier à son intuition, réfléchir en solo, analyser des chiffres, se tourner vers un tiers, opter pour le collectif et enfin faire comme tout le monde. Qu’il travaille seul ou pas, en utilisant des moyens ou non, s’il ne s’abstient pas, il passe par quatre phases décisionnelles. Une phase d’instruction avec collecte d’information pour identifier le problème, les opportunités et définir ce qui peut faire une différence. Une phase de conception pour trouver, modéliser des options, définir et évaluer les solutions. Une phase de sélection de la ligne de conduite à adopter par comparaison des choix et prévisions des résultats. Enfin une phase de mise en application et d’évaluation des résultats.

Dans ce contexte rapidement esquissé et sans rentrer dans les dimensions fonctionnelles ou sectorielles, il est facile de comprendre que pour répondre à ces besoins il ne peut pas exister de solution universelle. Même le gisement de données détaillées que Teradata affectionne tant n’est pas l’unique source des informations de certains décideurs. Les entrepôts de données gèrent des informations « blanches » issues des activités historiques des compétiteurs d’un marché, mais dans certains cas il est nécessaire de s’appuyer sur des données « plus ou moins grises » issues de la veille, de l’intelligence économique ou du renseignement. Par exemple, dans le cadre d’une négociation le fait de disposer de renseignements précis sur les interlocuteurs clés peut être un atout décisif.

Il faut être humble, le domaine du décisionnel est particulièrement complexe beaucoup plus que celui de la gestion administrative des activités qui est couvert par les ERP par exemple. Une grande entreprise ne saurait couvrir ses besoins en s’appuyant sur les solutions d’un seul éditeur. Teradata le sait bien qui tout en proposant ses moyens d’infrastructure ou des applications décisionnelles issues de la capitalisation d’expériences de certains de ses clients, multiplie les accords de partenariat et ouvre technologiquement au maximum ses solutions pour qu’elles s’intègrent au mieux dans les systèmes hétérogènes et complexes des grandes entreprises globalisées d’aujourd’hui.

Pour aller plus loin sur le thème de la décision vous pouvez utilement consulter le lien ci-dessous :
http://www.businessintelligence.com/ex/asp/code.78/xe/article.htm




Commentaires

1.Posté par Hubert BOXHO le 28/02/2006 11:27
Je pense ne pas trop m’avancer en affirmant que tout le monde s’accorde à dire que le décisionnel est particulièrement complexe et qu’il faut rester humble face à ses enjeux. Les quatre niveaux de décision évoqués (stratégique, organisation, gestion, opérationnelle) représentent à mon sens, des niveaux de complexité et de prise de risques décroissants. J’ajouterais qu’elles s’inscrivent dans une hiérarchie bien établie : une décision stratégique, prise généralement au plus haut niveau de la hiérarchie de l’entreprise, induit une ou plusieurs décisions de type organisationnel, prises généralement à un niveau hiérarchique moindre. Ces dernières impliquent, dans la plupart des cas, des décisions de gestion, elles-mêmes conduisant à des décisions de type opérationnel assurées généralement par les personnes se positionnant au plus bas dans la hiérarchie. Dans un autre registre, si on établit une analogie avec le développement des solutions, en tant qu’outils, depuis les prémices du décisionnel, on peut remarquer que la gamme de solution, offerte dans un premier temps par les éditeurs de gestionnaire de base de données opérationnelles, s’est étoffée au fil du temps. Aujourd’hui, on assiste à une véritable concurrence entre ces éditeurs et ceux, plus spécialisés, qui se sont orientés vers les outils spécialisés (ETL, restitutions). Au final, à la vue de la « puissance » et de l’importance croissante prise par ces éditeurs (Teradata, Oracle, …), ne va t’on pas assister, comme c’est le cas actuellement dans le monde des grandes entreprises industrielles et de services à une série de fusion et d’acquisition qui aboutiront à la mort programmée des spécialistes. On peut s’en réjouir ou s’en inquiéter. En tout cas, l’exemple de Teradata expliqué ici tant à le démontrer.

2.Posté par slandreau le 03/03/2006 15:22
4 concepts de décision pour le BI