Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


EFFISOFT pose un 1er jalon pour le pilier 3 de Solvabilité II en proposant de nouvelles fonctionnalités de reporting au sein de sa solution ASSURETAT.


Rédigé par Communiqué de Effisoft le 13 Octobre 2010



EFFISOFT, éditeur de solutions de gestion des obligations réglementaires pour les professionnels de l'assurance, annonce la disponibilité de nouvelles fonctionnalités de reporting au sein du logiciel ASSURETAT.

Cette évolution anticipe les futures contraintes réglementaires européennes, avec notamment le pilier 3 de Solvabilité II.

Assuretat est un logiciel qui depuis 20 ans répond aux obligations sectorielles d’édition des états réglementaires des compagnies d’assurances, des mutuelles et des institutions de prévoyance.

Grâce à ses nombreuses implémentations, Effisoft a pu constater que ses clients recherchaient une plus grande souplesse dans l’analyse et le reporting de leurs données comptables et techniques.

Pour répondre à ces besoins, le logiciel Assuretat s’enrichit de nouvelles fonctionnalités au travers de SAP BusinessObjects et améliore son offre de reporting réglementaire.

L’utilisation de cette technologie permet aux utilisateurs de confectionner et diffuser des états d’analyses adaptés aux spécificités métier de chaque société d’assurance.

Les avantages observés au sein des équipes comptables sont nombreux puisqu’elles bénéficient désormais d’une autonomie accrue, d’une plus grande souplesse dans leurs analyses qui peuvent maintenant être multiaxes… SAP BusinessObjects permet ainsi d’exploiter toujours plus la richesse d’informations comptables et techniques contenues dans Assuretat.
Marc ACCOS, fondateur du groupe Effisoft, est convaincu de l’aide que cette nouvelle offre apportera aux utilisateurs d’Assuretat : « la mise à disposition de nouvelles fonctionnalités au travers de SAP BusinessObjects donne plus d’indépendan-



-ce aux équipes chargées du reporting ; elles pourront désormais réaliser leurs états sans faire appel à nos services.»
L’objectif de cette évolution est de poser un premier jalon dans le cadre de la génération d’états inédits tels que les « statements » relatifs aux Consultation Papers (pilier 3 de Solvabilité II). « Ce n’est bien-sûr qu’un premier pas vers l’automatisation du reporting prudentiel », explique Marc ACCOS, « mais ces fonctionnalités accrues en matière de génération d’états témoignent de la volonté d’Effisoft de faire évoluer ses applications pour satisfaire les nouvelles exigences réglementaires…

Et croyez bien qu’aujourd’hui, tous nos efforts sont tournés vers Solvabilité II ! », conclut-il.

Gageons qu’à l’heure où le marché européen des assurances s’évertue à s’aligner sur les obligations décrites dans les 3 piliers de Solvabilité II, cette annonce sera accueillie avec enthousiasme par la communauté des utilisateurs Assuretat.

A ce jour, la solution est utilisée en France par 80% des grandes compagnies d’assurance ainsi que de nombreuses mutuelles et institutions de prévoyance.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.