Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Editeurs / Intégrateurs : menace fantôme ou attaque des clones ?


Rédigé par le 28 Septembre 2006

Nous laisserons à nos lecteurs le soin d’attribuer les rôles de Luke Skywalker, Choubaka ou de Dark Vador. Nous prendrons celui de Maître Yoda pour analyser avec vous ce que nous pressentions, et qu’un sondage récent comme une tendance nous confirme …



Editeurs / Intégrateurs : menace fantôme ou attaque des clones ?
Alors que certains nous chantent la comptine des partenariats, sur l’air de « voici venu le temps des rires et des chants, dans l’ile aux enfants c’est tous les jours le printemps… », nos conversations régulières en « off » avec intégrateurs et clients nous laissaient entrevoir un monde bien plus cruel, une fois déposés les boucliers de la communication.

Les faits tout d’abord. Les ventes de licences sont chez la plupart des éditeurs en baisse au niveau mondial. Une fois déduit l’impact positif sur le chiffre d’affaires des opérations de croissance externe, à périmètre constant il devient difficile de maintenir à la hausse les ventes de licences. Plus grave encore, mais nous en reparlerons dans un autre article, le coût des ventes dépasse chez plusieurs éditeurs le chiffre d’affaires de vente de ces mêmes licences. Pour bon nombre d’éditeurs le maintien du bilan et du compte de résultat dans un état acceptable pour les analystes financiers passe par la croissance des prestations de service. Certains ont il y a quelques années tenté, avec un succès mitigé de réévaluer à la hausse leurs redevances de maintenance. Pour d’autres la catalogue de prestations s’est élargi : formation, expertise, conseil et de plus en plus… intégration.
Mais on dépasse ici la frontière du factuel pour entrer dans le monde de la perception. Les éditeurs réfutent bien entendu cette concurrence faite aux SSII et intégrateurs. Les intégrateurs l’exagèrent sans doute de leur côté. Et les clients ne perçoivent pas forcément les querelles sous-marines autour de leurs projets. Il nous fallait donc interroger de manière confidentielle et discrète les protagonistes pour confirmer ou infirmer cette tendance.

Les résultats de notre enquête, menée sur 120 personnes, éditeurs, intégrateurs et clients, sont tranchés. Pour plus des deux tiers (68 %) des personnes interrogées, les éditeurs sont de plus en plus fréquemment tentés de proposer à leurs clients les prestations d’intégration liées à la mise en œuvre de leurs propres solutions.
Pour 34 % des personnes interrogées, c’est même une tendance lourde destinée à compenser la baisse des ventes de licences des éditeurs. Pour les autres 34 % cela arrive régulièrement de constater l’implication directe des éditeurs dans les projets de leurs clients, au détriment des SSII et intégrateurs.
Seules 15 % des personnes interrogées (peut-être éditeurs eux-mêmes, qui sait…) ne constatent pas du tout cette évolution, et 17 % considèrent cette implication comme rare.
On sera donc tenté de retenir comme tendance le premier chiffre : 68 % des personnes interrogées voient la part des éditeurs croitre au détriment des SSII dans le quotidien des projets clients. Comment les SSII réagissent-elles ou vont-elles réagir à cette évolution ? Se laisseront-elles faire ? Riposteront-elles en externalisant dans des pays à bas coûts salariaux leurs prestations ?




Commentaires

1.Posté par David C le 28/09/2006 23:54
Depuis 1991au moins, le sujet de la guerre commerciale editeurs/integrateurs est une donnée de base du paysage informatique. Il faut cependant se rappeler que chacun a sa place sur le marché, avec ses forces et ses faiblesses : qui ferait aujourd'hui confiance à un éditeur incapable de s'engager pour mettre en oeuvre son produit, mais qui également serait assez audacieux pour choisir un produit qui ne serait connu par aucun intégrateur.
Si on ajoute à cela le fait que certaines architectures complexes font appel à des produits complémentaires ou concurrents, la complémentarité et l'intéret d'une bonne intelligence entre les acteurs devient evidente.

2.Posté par Pascal Varenio le 05/10/2006 20:51
Face à la crainte de se faire concurrencer par leur éditeur de référence, certaines SSII ne vont-elles pas s'engoufrer dans l'OpenSource ?

Pour le moment seuls les ETL étaient encore les parents pauvres, mais ceci ne va pas durer longtemps.