Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Gartner ne croit pas au cloud, en tous cas pas tout de suite


Rédigé par le 22 Janvier 2012

L'offre décisionnelle en cloud computing proposée par les différents éditeurs est en avance sur les attentes et les besoins des entreprises. C'est l'analyse de Andreas Bitterer, vice-président du Gartner, qui estime que malgré un marketing puissant et une offre large, le décisionnel en cloud computing ne devrait pas dépasser 3 % du marché global des solutions de BI en 2013.



Gartner ne croit pas au cloud, en tous cas pas tout de suite
Un coup de froid à la fois pour les éditeurs traditionnels qui ont tous investi pour proposer cette option à leurs clients; mais surtout pour les nouveaux prestataires qui s'appuient uniquement sur ce mode de diffusion. Les premiers répartissent leurs investissements et peuvent attendre plusieurs années avant qu'une telle offre ne connaisse un plein succès et ne soit rentable. Pour les seconds, ils doivent trouver rapidement du chiffre d'affaires pour valider leur modèle auprès de leurs investisseurs. Et 3 % cela peut sembler modeste. Mais comme le marché de la BI représente, suivant le consensus des analystes, environ 10 milliards de dollars en logiciels au niveau mondial, cela fait tout de même un "gâteau" de 30 millions de dollars par an à se partager si les prévisions du Gartner s'avèrent justes.

Pour Andreas Bitterer, les attentes des entreprises ne sont pas en phase avec les offres des vendeurs. "Les organisations qui ont investi sur des infrastructures de BI traditionnelles hésitent à identifier quel segment de leur informatique décisionnelle pourrait être déplacé vers l'informatique en nuage et voir ses rapports et tableaux de bord confiés à un prestataire en mode hébergé", explique le rapport du Gartner. Un avis partagé par plusieurs spécialistes du domaine qui considèrent que la croissance de la BI hébergée sur le nuage, ne peut être supérieure à celle des applications opérationnelles en cloud computing. Aujourd'hui en effet, si vous choisissez un prestataire en informatique décisionnelle sur le nuage, vous devrez d'abord y faire "monter" les données de vos applications opérationnelles. La logique serait donc plutôt de combiner la tendance "cloud computing" des applications opérationnelles et des applications décisionnelles correspondantes, afin que les deux évoluent au même rythme.

La prédiction du Gartner semble donc logique… ou pas… En effet, il ne faudrait pas oublier que depuis quelques années, l'analyste ne se révèle pas des plus performants sur la détection de nouvelles tendances, surtout quand elle remet en partie en question le modèle économique des éditeurs clients du Gartner… Certains éditeurs Open Source se souviennent encore des propos assassins du Gartner sur l'amateurisme des solutions décisionnelles ouvertes … propos qui ont évolué par la suite lorsque les éditeurs concernés sont devenus incontournables… et clients. Tout espoir n'est donc pas perdu pour les prestataires du décisionnel sur le nuage, mais la souscription d'abonnements au Gartner contribuerait certainement à se faire mieux connaitre du cabinet.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.