Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Informatica rachète StrikeIron pour renforcer son offre de qualité des données


Rédigé par le 26 Juillet 2014

StrikeIron a été créée en 2003 par Bob Brauer, ancien CEO de DataFlux (la division qualité des données de SAS). Il en est le Président et le directeur technique ; elle est dirigée par Sean O’Leary. Le métier de StrikeIron est de fournir des services hébergés dans les domaines de la qualité des données, du commerce en ligne ou de la communication avec les mobiles. StrikeIron se positionne dans la catégorie « DaaS », Data as a Service.



StrikeIron employait une cinquantaine de salariés, qui devraient majoritairement rejoindre Informatica. Son siège est à Cary, en Caroline du Nord, là où se trouve le siège de SAS.
Les détails financiers de l’opération, qui aurait été bouclée mi-juin, n’ont pas été communiqués, et Informatica n’a d’ailleurs pas publié de communiqué de presse sur cette acquisition. StrikeIron avait précédemment levé 16 millions de dollars pour financer son développement. Informatica avait, fin 2012, passé un accord de partenariat avec StrikeIron, afin de proposer à ses clients un connecteur vers la plateforme opérée par StrikeIron, mais la relation entre les deux sociétés est encore plus ancienne.
StrikeIron propose des solutions dans les domaines suivants :
- qualité des données : vérification d’adresses email, vérification d’adresses postales aux Etats-Unis, recherche inversée de numéros de téléphone…
- eCommerce : calcul des taxes, calcul des taux de conversion en devises étrangères…
- Mobile : identification des mobiles, envoi de messages…

StrikeIron permet par exemple à une société de livraison de pizza de retrouver votre adresse quand vous commandez en ligne, où à un câblo-opérateur de vous informer automatiquement par SMS quand le technicien que vous attendez est en route vers votre domicile. Informatica devrait donc utiliser StrikeIron dans le cadre de ses solutions d’amélioration de la qualité des données, en complément par exemple de AddressDoctor qu’ils avaient racheté en 2009.
Parmi les clients de StrikeIron, on trouve IBM, Qualcomm, Time Warner Cable, Visa, Domino’s, Microsoft, Swarovski…




Commentaires

1.Posté par Yves de Montcheuil le 28/07/2014 09:25
Ca ne parait pas bizarre, ce deal? Informatica paye 10 fois le chiffre d'affaires pour une boîte qui est sur le même segment que leur offre Address Doctor? Et passe soigneusement sous silence ce rachat, en évitant de faire une press release? Pourquoi?
Parce qu'ils n'avaient aucune obligation légale de le faire, certes (immatérialité de l’évènement, autrement dit trop petit deal). Mais surtout, parce que en le faisant, ils auraient été obligés (au choix) de dévoiler leurs vraies intentions, ou bien de faire un CP totalement plat et insipide, ou encore d'être "misleading" (mais c'est proscrit à Wall Street).
Ce qui intéressait Informatica chez StrikeIron ce n'est pas la DQ. Ils ont déjà 3 MDMs et ont du mal à s'y retrouver. Alors rajouter une 3e offre de DQ après Similarity et Address Doctor (quoi que, ça serait symétrique...).
Non, ce qui intéressait Informatica tient en trois lettres: API...
Tout ceci n'est bien entendu que pure spéculation de ma part (curieusement, Informatica ne m'a pas briefé sur leur stratégie récemment), et passera certainement pour les élucubrations d'un concurrent. L'avenir dira si j'ai raison. Mais si j'étais joueur, je parierai sur une annonce dans ce sens à Informatica World 2015 (après tout, c'est à Vegas).

2.Posté par Benoit Cayla le 11/08/2014 22:23
Bonjour,
C'est toujours intéressant de lire un commentaire provenant d'un concurrent, original même parfois. En ce qui concerne le but du rachat de StrikeIron, je pense que pour ceux qui connaissent un peu l'offre Informatica, cet article éclaire d'ores et déjà sur les gains d'une telle acquisition en terme d'addon à la solution de Data Quality déjà existante.
Je rebondirais juste sur 2 fausses affirmations de votre part:
1) Informatica ne possède pas 3 MDMs et n'a aucun mal s'y retrouver comme vous dites. Informatica possède en effet une offre de MDM (déclinée en deux éditions commerciales : Multidomaine et Registry) et un PIM multicanal. Ces offres ont une couverture tout à fait claire et surtout complémentaire, je vous invite à mieux consulter notre site Web pour plus d'informations.
2) Informatica n'a qu'une seule solution de Data Quality ! Désolé de vous l'annoncer mais il n'y a pas d'overlap entre AddressDoctor et IDQ, mais plutôt une parfaite intégration & complémentarité.
Pour en revenir à cet article donc, je dirais que de la même manière qu'AddressDoctor a étoffé les possibilités de DataQuality d'Informatica, StrikeIron étoffera la solution IDQ dans les domaines de la validation d'email, la recherche inversée, etc.
Cette acquisition est donc d'une logique implacable : celle de continuer à proposer aux clients Informatica la plateforme de Data Quality la plus performante et exhaustive du marché.
Bien cordialement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.