Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Information Builders tente de revenir rapidement dans la course de la Business Intelligence avec Webfocus 7.0


Rédigé par Solveig Emerard-Jammes le 20 Mai 2005

Il n’y aura pas eu de version 6 de WebFOCUS, Information Builders annonçant après sa version 5.5 la disponibilité de la version 7.0 pour le 25 avril. En contrepartie, un ensemble de nouveautés d’intégration et fonctionnelles semble être proposé aux utilisateurs, comme la possibilité de réaliser des analyses ad-hoc simples, une offre de reporting cartographique, une plus grande intégration avec Excel et PowerPoint… Information Builders espère ainsi mieux répondre aux attentes des entreprises du mid-market en France et bénéficier d’un relais de croissance.



Si aujourd'hui le segment des entreprises de taille moyenne est considéré comme un réservoir de croissance, Information Builders s’estime être relativement bien positionné pour s’octroyer une place intéressante sur ce marché. Editeur de solutions décisionnelles spécialisé sur le mid-market aux Etats-Unis, Information Builders affirme couvrir l’ensemble de la chaîne de BI, allant de l’extraction de données brutes à la restitution et à l’analyse des informations, s’adressant aux opérationnels, aux analystes, tout comme aux décideurs, ce qui pourrait convaincre des patrons de PME soucieux de ne pas devoir investir lourdement dans leur informatique. Assisterons-nous à un retour en force de cet éditeur qui semblait distancé ces quelques dernières années ?

Une intégration avec Iway pour une meilleure accessibilité aux données de l’entreprise

Dans sa version Webfocus 7.0, Information Builders a choisi la voie de la convergence avec l’offre de sa filiale Iway, spécialisée dans le marché de l’intégration de solutions d’entreprise. « les deux offres ont été nouvellement packagées pour un seul coût » explique Patrick Fromont, ingénieur avant-vente chez Information Builders. Cela permet donc de passer de 80 à 250 adapteurs pour la nouvelle version Webfocus. « Un adapteur, à la différence d’un API ne nécessite pas de développement spécifique. Il s’agit ni plus ni moins d’un tuyau permettant la communication entre deux modules et donc de chercher des données dans différentes sources du système d’information » ajoute Patrick Fromont. Information Builders affirme que ces différents adapteurs permettent ainsi aux entreprises de puiser des données dans de nouvelles sources qui n’avaient pas été prise en considération au démarrage d’un projet d’informatique décisionnelle, ce qui est relativement fréquent, il faut bien le reconnaître.
La particularité de l’offre de Information Builders tient à son architecture qui ne répond pas au schéma habituel d’extraction, de stockage dans un seul entrepôt de données, puis de restitution. Information Builders propose une première couche de métadonnées visant à s’affranchir de la complexité des données brutes sur laquelle s’ajoute une couche d’intégration constituée justement des adapteurs fournis par Iway et d’un ETL pour charger les données dans un data warehouse si besoin est. Enfin, la couche serveur correspond à l’offre Webfocus. « Le déploiement de Webfocus ne remet pas en cause l’ensemble du système d’information et ne nécessite pas de modélisation ou de structure de données particulière » précise Patrick Fromont. « Il n’est pas non plus nécessaire de passer par des stockages intermédiaires comme un data warehouse, des datamarts, des cubes… ».
Information Builders propose dans son offre une application de supervision ou Business Activity Monitoring mettant en exergue l’importance de ne pas passer par un niveau stockage intermédiaire. Le principe de cette application consiste à réaliser en temps réel une consolidation de l’information à l’instant T : il peut s’agir par exemple, de l’envoi de messages boursiers entre les banques et leurs courtiers ou sur une chaîne de production, l’arrivée d’une commande devant être réalisée dans les quinze jours. Au lieu de passer par des calculs complexes, la solution de BAM permet de définir dans paramètres de fonctionnement et le système adapte en temps réel la chaîne de montage. Patrick Fromont estime que cette évolution du décisionnel vers de la consolidation d’information en temps réel deviendra forte dans les années à venir.
Un autre argument de poids qui a toutes les chances d’être bien accueilli par un patron de PME est justement lié à cette question d’extensibilité de la solution. L’architecture de l’offre Information Builders permet de voir le nombre d’utilisateurs s’accroître sans pour autant nécessiter la mise en place de nouveaux serveurs, ce qui implique moins de coûts matériels et de maintenance. Information Builders dispose d’une référence client en France supportant 44 000 utilisateurs.

Des fonctionnalités nouvelles pour répondre aux attentes des opérationnels

Pour se mettre au niveau du marché, Webfocus offrira aux utilisateurs des règles plus fines pour la création de graphiques. Toutefois, une innovation réside dans la liaison entre tous les indicateurs graphiques proposés dans le portail web d’accès aux données. Cette fonction permet notamment de réaliser des ciblages en temps réel intéressants dans le cadre par exemple, d’une utilisation en centre d’appels.
L’intégration avec Excel s’est encore améliorée, permettant dorénavant la récupération des mises en formes entrées dans Excel. Il devient également possible grâce à Active PowerPoint Slide d’intégrer des données et des graphiques dans PowerPoint.
Un niveau intermédiaire de rapports pré-paramétrés : est proposé de manière à réaliser des analyses ad hoc simples : cette fonction doit permettre de récupérer l’information pour l’injecter dans un tableau formaté. Elle vise notamment à répondre aux besoins des opérationnels ou des chagés d’étude qui demandent progressivement plus d’autonomie, sans cependant aller jusqu’à nécessiter l’accès à des fonctions analytiques et de reporting ad hoc, très souvent coûteuses. Information Builders affirme que sa tarification à la puissance de la machine permet d’être moins coûteuse qu’une tarification par utilisateur, dont la grande majorité n’utilise que peu de fonctionnalités.

Une offre de reporting cartographique en mode web proposée avec ESRI

WebFocus propose un nouveau service de reporting géographique en mode web. Le géocodage consiste non seulement à poser sur une carte des points, des lignes et des polygones, mais permet également de réaliser un lien entre des liens entre des données contenues dans une base et la création de leur localisation en X et en Y. Pour cela, ESRI s’appuie sur des cartes routières, sur la base de données de la Poste, plus un outil de normalisation des adresses. L’outil Arc View permet donc de créer une carte publiée ensuite sur le serveur, sur laquelle il est possible d’afficher par exemple, ses magasins ou ceux de ses concurrents avec leurs zones de chalandise apparaissant sous forme de nuage de densité plus ou moins forte, etc.
Les données sont ainsi agrégées dans Webfocus et transmises à ArcGIS, permettant par exemple à un assureur de visualiser une carte affichant les départements selon des couleurs différentes en fonction d’un niveau de sinistres. Parallèlement à cette carte, un rapport est créé, indiquant les départements et le nombre de sinistres. En cliquant sur la carte comme dans le tableau, il est possible ensuite de naviguer dans les données et de descendre dans l’information d’un département en particulier afin d’obtenir le détail de certaines communes.
Webfocus permet de donner les différents niveaux permettant d’identifier des problèmes, tandis que la carte peut, par corrélation spatiale, favoriser l’identification d’un noyau géographique à l’origine du problème. Cette nouvelle solution permet de passer du monde du rapport à celui de la carte.

Disponible depuis le 25 avril, le package Webfocus Professional Server est accessible à partir de 35 000 $ par processeur, un prix relativement élevé pour les entreprises du mid-market : « Nous sommes en train de travailler sur une nouvelle offre packagée pour les PME réalisant de 450 millions à 800 millions d’euros de chiffres d’affaires. Une tarification au serveur pour un nombre limité d’utilisateurs sera définie par tranche de 25, 30 ou 50 utilisateurs » explique Jean-Pascal Ancelin, Directeur commercial d’Information Builders. Disposant de références françaises telles que le Crédit Mutuel, le CCF, LVMH, Saint-Gobain, le chiffre d’affaires d’Information Builders réalisé en France sur l’année 2004 est estimé à 8,5 millions de dollars et la société a annoncé la signature de 15 clients sur cette même période. « Information Builders s’est jusqu’alors focalisée sur les grands comptes réalisant plus de 800 millions d’euros de chiffre d’affaires, ce qui explique ce chiffre relativement faible de nouveaux clients sur la France. Nous souhaitons dorénavant investir nos forces sur le mid-market, afin d’accroître le nombre de clients et notre volume d’affaires » affirme Jean-Pascal Ancelin. Au programme également différents partenariats avec les grands intégrateurs généralistes, tels que Bearing Point, Accenture, mais aussi avec les sociétés de services spécialisées sur le décisionnel comme Business & Décision et Micropole Univers et les SSII locales travaillant en région.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.