Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


La cinquième étude annuelle de DataCore sur l’état du marché SDS (Software-Defined Storage) révèle une absence étonnante d’investissements dans les Big Data, le stockage objet et OpenStack


Rédigé par Communiqué de DataCore le 13 Mai 2015

À l’inverse, plus de la moitié des entreprises interrogées (52 %) cherchent à prolonger la durée de vie des ressources de stockage existantes et à pérenniser leur infrastructure informatique grâce à la technologie SDS en 2015



DataCore Software annonce les résultats de sa cinquième étude annuelle intitulé « État du marché SDS (Software-Defined Storage) ». L’enquête 2015 examine l’impact de la technologie SDS sur les entreprises du monde entier et analyse les expériences de 477 professionnels, qui utilisent ou évaluent cette technologie pour relever des défis majeurs en termes de stockage de données. Les résultats dévoilent des faits surprenants pour un échantillon de secteurs et un large éventail d’applications.

L’étude explore aussi les niveaux de budget dans des domaines très médiatisés, dont les Big Data, le stockage objet et OpenStack. De manière inattendue, les résultats indiquent un très faible investissement prévu en 2015 pour ces projets. Un certain degré d’attente peut s’expliquer par différentes déceptions que révèlent les conclusions.

En outre, le rapport de cette année montre plusieurs facteurs opérationnels clés pour déployer une solution SDS. 52 % des répondants pensent qu’une telle solution va prolonger la durée de vie des ressources de stockage existantes et pérenniser leur infrastructure informatique, leur permettant d’adopter facilement de nouvelles technologies. Près de la moitié des répondants considèrent que la solution va éviter la dépendance à l’égard des fabricants de matériel de stockage et réduire les coûts connexes en favorisant la mise en concurrence. Sur le plan fonctionnel, ils prévoient qu’elle simplifie la gestion de différents types de stockage en automatisant les opérations fréquentes ou complexes. Il convient de noter l’évolution par rapport aux études antérieures, car ces résultats montrent une forte augmentation dans la reconnaissance des avantages économiques qu’offre une plateforme SDS (investissements réduits), outre la baisse des coûts d’exploitation mentionnée par le passé.

Les autres surprises comprennent : malgré un taux de pénétration en hausse, la technologie Flash reste absente dans 28 % des cas et 16 % des répondants déclarent qu’elle n’a pas répondu aux attentes en termes d’accélération des applications. Point intéressant, 21 % affirment que les systèmes hyper-convergents tant vantés n’ont pas fonctionné comme voulu ou ne se sont pas bien intégrés à leur infrastructure. D’autre part, le stockage SDS et la virtualisation du stockage sont considérés comme prioritaires à présent. 72 % des entreprises investissent de manière importante dans ces technologies en 2015. 81 % prévoient également des niveaux de budget similaires dans des solutions SDS qui seront intégrées aux SAN physiques/virtuels et aux systèmes de stockage convergents.


Parmi les autres faits marquants de l’étude 2015 de DataCore sur l’état du marché SDS :

L’ajout possible de capacité de stockage sans interruption opérationnelle est identifié comme la raison principale du choix d’un logiciel de virtualisation du stockage (52 % des répondants). La mise en miroir synchrone et les clusters étendus pour la haute disponibilité afin de garantir la continuité d’activité et la réplication de données asynchrone pour la reprise d’activité via un site distant figurent aussi en tête de liste.

Plus de la moitié des répondants (53 %) déclarent qu’ils ont à présent moins de 10 % de capacité allouée au stockage Flash. La proportion de participants ayant répondu que la mémoire Flash constitue plus de 40 % de leur capacité de stockage n’est que de 9 %.

Plus de 60 % des répondants ont connu une dégradation des performances ou l’incapacité de satisfaire les objectifs après la virtualisation des serveurs. Interrogés sur la nature des causes habituelles des problèmes de performances, 61 % des participants citent les applications lentes et 46 % désignent comme coupables les anciens périphériques de stockage.

Les erreurs humaines engendrent le besoin d’une meilleure automatisation. Il devient de plus en plus clair que la complexité qui accompagne la croissance des données et la diversité joue un rôle majeur, 61 % des répondants indiquant que l’erreur humaine se trouve à l’origine des pannes des applications et des datacenters.


Technologie SDS (Software-Defined Storage) : l’avenir du stockage

George Teixeira, président et CEO de DataCore, commente : « Cette étude met en lumière la perception des professionnels de l’informatique à l’égard des innovations en termes de stockage. Les chiffres révèlent que de nombreuses entreprises abandonnent les fonctions de stockage liées à du matériel spécifique et obtiennent des économies réelles en termes d’investissements et de coûts d’exploitation. De plus, elles gagnent en pouvoir d’achat en se libérant de la dépendance envers un matériel particulier ou en s’affranchissant des remplacements globaux pour moderniser leur infrastructure de stockage. D’autre part, ils montrent que les technologies largement recommandées comme le stockage objet figurent plus souvent en marge des programmes pilotes, la DSI espérant alors évaluer leurs atouts. À l’inverse, les solutions SDS et les logiciels de virtualisation du stockage offrent les fonctionnalités que le marché demande aujourd’hui, comme la disponibilité continue, l’accélération des applications et l’efficacité accrue. Ces avantages concrets pèsent bien plus lourds dans les budgets 2015 que les perspectives d’avenir de technologies et startups qui n’ont pas encore fait leurs preuves. »

Deni Connor, analyste-fondateur de SSG-NOW, déclare : « Deux grandes surprises ressortent des résultats : l’absence d’investissements à court terme dans les Big Data et le stockage objet parmi la majorité des répondants ainsi qu’une pénétration relativement faible de la mémoire Flash dans ces 477 entreprises. En revanche, il n’est pas étonnant de constater les budgets grandissants pour les projets de stockage SDS, connus pour offrir des avantages plus immédiats. »

Les répondants de l’étude de DataCore État du marché SDS (Software-Defined Storage) proviennent d’un échantillon divers d’entreprises, tant en termes de taille que de secteur, fournissant des informations statistiquement pertinentes sur la similitude des besoins de stockage SDS pour une large gamme d’environnements informatiques. Les participants résident en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie. Ils représentent un vaste éventail de segments de marché verticaux, dont les services financiers, la santé, les administrations publiques, l’industrie, l’enseignement, les services informatiques et d’autres secteurs connexes. 45 % des répondants appartiennent à des entreprises comptant moins de 500 employés, 31 % des entreprises comptant entre 500 et 5 000 employés et 23 % des entreprises comptant plus de 5 000 employés.

L’étude 2015 de DataCore État du marché SDS a été réalisée en avril 2015. Pour consulter le rapport dans son intégralité, rendez-vous sur : www.datacore.com/sds2015.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.