Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Le Brésil ordonne à Google de cesser la collecte de certaines données


Rédigé par le 8 Novembre 2013

La collecte au travers des voitures “Google Street View” de certaines données ne plait pas du tout au gouvernement brésilien, qui vient d’imposer à Google de cesser certaines pratiques, sous une astreinte de $50 000 par jour.



Tout le monde connait Google Maps et les images qui y sont associées, qui vous permettent de vous promener virtuellement dans une rue. Google collecte ces images au travers de voitures équipées d’un ensemble de caméras, qui parcourent les rues des grandes villes du monde entier.
Mais ces voitures ne collectent pas que des images géolocalisées. Elles collecteraient également des données sur les réseaux Wifi disponibles à chaque endroit, et recueilleraient les données publiques qui transiteraient sur ces réseaux. Google a été contraint de reconnaitre que ses voitures équipées d’antennes collectent bien “certaines données”, mais a précisé que ces données n’étaient pas “actuellement” utilisées dans ses produits.

Dans le contexte tendu, mis à jour par les révélations de Edward Snowden sur l’espionnage entre les Etats-Unis et de nombreux pays, dont le Brésil, ce pays a décidé de réagir. La Président brésilienne Dilma Rousseff n’a en effet pas du apprécier découvrir que ses communications étaient espionnées par la NSA, en particulier dans le cadre de transactions économiques. Les juges brésiliens ont donc rendu une ordonnance qui limite la collecte des “big data” par Google au travers de son programme “Street View”. Google doit cesser la collecte de données privées d’ici le 9 novembre, sous peine d’une amende de $50 000 par jour, mais limitée au total à $500 000.

Autre sujet d’actualité au Brésil, la proposition du gouvernement qui voudrait contraindre les compagnies travaillant au Brésil à stocker au Brésil l’ensemble des données collectées sur les brésiliens. Ce qui éviterait que toutes les données soient envoyées aux Etats-Unis où elles sont à la portée des grandes antennes du renseignement américain.
Bien entendu une telle évolution de la loi brésilienne porterait gravement préjudice au développement des affaires de Google, et pourrait créer un précédent. Le fournisseur de services s’y oppose, et argumente que cela “risquerait de priver les brésiliens d’un accès à de bons services qui sont fournis par des sociétés américaines ou internationales”.

L’impact des révélations de Edward Snowden sur l’ensemble de l’économie numérique n’est pas encore parfaitement défini. Mais elles conduit les Etats à se poser les bonnes questions : qui collecte quelles données, pourquoi, où sont-elles stockées, qui y a accès, etc.




Commentaires

1.Posté par Call center Madagascar le 12/11/2013 16:35
cela posera sans doute de nombreux problèmes techniques, surtout au démarrage mais il est vrai que la politique envisagée par le gouvernement (stocker les données sur place) peut être une bonne idée.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.