Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Microstrategy tente de profiter des acquisitions de Business Objects et Cognos pour placer ses produits


Rédigé par le 4 Décembre 2007



C'est devenu un classique, lors de toute opération de rapprochement entre deux éditeurs de logiciels, les concurrents en profitent pour tenter de récupérer quelques miettes. Microstrategy ne déroge pas à la règle et propose aux clients de Business Objects et Cognos l'échange gratuit ou à faible coût de leurs précédentes licences contre des licences Microstrategy. Pour l'éditeur, cela permet d'une part de faire croitre son parc clients et d'autre part d'engranger des revenus futurs de maintenance et de services.
Mais cette politique est à double tranchant. On se demande en effet comment elle peut être interprétée par les prospects sur des projets en cours. Si ces derniers n'ont pas la chance d'avoir quelques anciennes licences à échanger contre le dernier Microstrategy « qui lave plus blanc que le précédent », ils devront payer leurs licences au prix fort alors que d'autres en bénéficient gratuitement.
Autre anecdote, alors que les entreprises françaises sont habituellement très frileuses à l'idée de rendre public leur choix de progiciel, le communiqué officiel d'annonce de cette offre d'échange concurrentiel, mentionne un client français, La Poste, qui aurait déjà fait le choix de remplacer ses licences précédentes (Business Objects ou Cognos, on ne sait pas…) par du Microstrategy. L'application en question serait « une application sophistiquée de gestion des ressources humaines ». Avec Microstrategy La Poste gèrerait les données de 280 000 employés. De là à penser que les entreprises françaises seraient plus rapides à dégainer pour une offre gratuite d'échange que pour des investissements calculés et anticipés, il n'y aurait qu'un pas… que nous ne franchirons pas !




Commentaires

1.Posté par Sébastien Moncel le 05/12/2007 00:37
Cet article manque quelque peu d'objectivité à mon goût : à vous lire, Microstrategy est présenté comme un méchant prédateur, vilain, pas beau, qui a tout faux, et tout, et tout... alors que le comble est que j'ai pu constaté au sein d'un autre acteur français important (dont je tairais le nom) exactement la même pratique de la part de Business Objects cette fois ! et dans le but de s'implanter à la place de... Microstrategy ! Donc quand je vous lis, je me dis juste que c'est de bonne guerre ce genre de pratique et que celà doit être beaucoup plus courant qu'on ne le pense...

2.Posté par Caesar le 05/12/2007 17:48
Il me semble d'après d'autres sources d'informations ( http://www.datanews.be/fr/news/90-57-15502/microstrategy-fait-les-yeux-doux-aux-clients-inquiets-de-cognos-et-bo.html ) que ce sont des licenses Business Objects qui ont été remplacées par du MicroStrategy chez La Poste...

3.Posté par Stefan le 05/12/2007 22:33
Pour rebondir sur les différents commentaires, vu mes expériences passées, c'est les plus "gros" qui "magouillent". Ca peut varier de rachat de licences , quand même assez usuel , cas présenté dans l'article, mais qui effectivement ne fait pas trop honneur aux "pratiquants" , jusqu'à des pratiques commerciales très douteuses, "attentions" aux responsables variant d'un voyage en famille au Bahamas au virement en Suisse de la caisse noire...et je peux vous citer certains fabricants de matériel , éditeurs etc.

Pour ce qui est du décisionnel, c'est quand même Business Objects le leader ( dans le CA tout comme dans les pratiques douteuses ) d'après mon expérience , donc il n'y a pas de quoi faire tout un tam tam sur un pauvre cas de Microstrategy.Ceci dit , c'est pas pour autant que ce genre de pratiques devrait exister et de plus être rendu publique...

L'humour du jour étant que Business Objects vient d'annocer une augmentation de 10% des licences , maintenance , formation , juste 1 jour après la confirmation officielle du rachat de SAP :-)