Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Oracle réorganise son offre décisionnelle


Rédigé par le 23 Mars 2006

Profitant de la concrétisation du rachat de Siebel, Oracle met en cohérence son offre logicielle dans le domaine du décisionnel, et annonce Oracle Business Intelligence Suite.




L’offre décisionnelle proposée par Oracle était, suite aux différents rachats de ces dernières années, quelque peu éparpillée. Le cœur de la solution faisait partie de la plateforme Oracle 10g, tandis que Siebel Analytics, Peoplesoft, et même JDEdwards comprenait des modules parfois concurrents mais le plus souvent complémentaires.
Le socle Oracle 10g est en effet issu du monde de l’infrastructure. Il couvre aujourd’hui la chaîne décisionnelle, alimentation – stockage – restitution, mais aborde les prospects sous un angle plutôt technique. L’offre Siebel Analytics est en revanche très orientée métier, en particulier autour du CRM analytique, l’analyse des données clients. La complémentarité des deux était donc évidente. Elle se traduit aujourd’hui dans les faits avec l’annonce de Oracle Business Intelligence Suite.

Cette solution entre dans la stratégie globale « Fusion » de Oracle. Cette nouvelle Business Intelligence Suite sera donc rattachée à la ligne de produit Oracle Fusion Middleware. Une position proche de celle retenu par SAP avec sa stratégie NetWeaver.
La nouvelle offre décisionnelle de Oracle sera décomposée en trois niveaux de produits : Enterprise Edition, Standard Edition et Standard Edition One. Une segmentation qui permet à Oracle de montrer les dents sur le marché des PME, et de concurrencer ici la solution Microsoft SQL Server 2005.

Le client Oracle dans le décisionnel devrait pouvoir faire son choix entre une solution intégrée et une solution modulaire. Le découpage marketing et tarifaire fera la différence entre les deux approches, et le client pourra donc soit picorer les modules dont il a besoin, soit mettre en place un système décisionnel 100 % Oracle. Il disposera, outre les traditionnels outils d’alimentation, de stockage et de reporting, de fonctionnalités avancées telles que la mobilité, pour déporter les outils d’aide à la décision sur des terminaux mobiles, un gestionnaire de processus pour passer de la décision à l’action, des alertes en temps réel, et, concept en plein développement, un outil de BAM (Business Activity Monitoring) pour implémenter des sondes décisionnelles au cœur des applications métiers de l’entreprise.
Du point de vue technique, Oracle met en avant la capacité de sa solution à se mesurer aux grands entrepôts de données d’entreprise parfois hébergés sur des bases IBM ou Teradata, en terme de performance, de partitionnement des données, d’index, ou de parallèlisation des traitements.

Plus discret sur ce point, Oracle va aussi s’appuyer sur Siebel Analytics pour proposer de véritables applications prêtes à l’emploi mais paramétrables. Il annonce également son intention dans les douze prochains mois, de développer de nouvelles applications métiers qui s’appuieront sur Peoplesoft Enterprise et JDEdwards EnterpriseOne. Des développements verticaux seront également proposés par Oracle dans les domaines des services financiers, de la santé et des universités.

Les trois versions, Enterprise et Standard seront respectivement proposées au prix de 1500 dollars et 400 dollars par utilisateur nommé. La version Standard Edition One destinée au marché des entreprises moyennes est annoncée au prix forfaitaire de 25 000 dollars, et sera disponible dans le courant de l’année fiscale prochaine.

Cette mise en cohérence des applications et des technologies sera certainement accueillie positivement par les utilisateurs qui y verront un pas de plus dans leur démarche de standardisation de leurs applications décisionnelles. Les partenaires actuels de Oracle, au premier rang desquels on peut citer Business Objects, seront certainement plus réservés. Leur zone de recouvrement s’agrandit chaque jour. Mais on sait par ailleurs que Oracle est un des spécialistes de cette coopétition !