Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Oracle revient sur le devant de la scène avec Oracle Business Intelligence 10g


Rédigé par le 11 Mars 2005

En annonçant Oracle Business Intelligence 10g, l’éditeur met fin à plusieurs années d’un silence parfois gêné. Oracle a tout à fait les moyens de revenir sur le devant de la scène du décisionnel, et la solution développée autour de la plate-forme 10g mérite que l’on s’y attarde. Il faudra néanmoins re-convaincre des utilisateurs parfois inquiets face à une stratégie globale de l’éditeur parfois agressive et qui manque encore sur certains points de lisibilité.



Les clients, les prospects et les intégrateurs n’hésitaient pas à le dire, Oracle n’était plus considéré jusqu’à fin 2004 comme un acteur majeur des futurs projets décisionnels. Peu d’innovation produit, pas de message marketing, depuis le succès de Oracle Express (l’un des tous premiers outils décisionnels, racheté par Oracle à IRI Software il y a près de 15 ans), Oracle n’avait pas su réellement tirer parti de son avance technologique et de son anticipation marché.
Mais en 2004, Oracle a clairement choisi de combler ce retard, et la sortie de la version 10g de la base de données a été l’occasion de mettre à jour l’ensemble de l’infrastructure décisionnelle. Nouvel ETL, nouveau serveur d’applications, nouveaux composants de développement, nouvelle version du requêteur Oracle Discoverer. C’est le grand ménage de printemps !

Mais pour être réellement présent sur le marché du décisionnel, Oracle doit absolument être un acteur du domaine de la restitution. On le voit bien en analysant la stratégie de Microsoft, être un acteur de la base de données et des cubes OLAP ne suffit pas. Pour attirer l’utilisateur, il faut lui donner à consommer des rapports, des graphiques, des applications d’analyse… Et face aux éditeurs comme Business Objects ou Cognos, cela signifie pour Oracle être présent sur le poste de travail sous forme d’applications d’analyse.

La sortie de Oracle Business Intelligence 10g répond parfaitement à ce besoin. Elle combine Oracle Discoverer, l’outil de reporting et de navigation dans les données, Oracle Spreadsheet Add-in, un module complémentaire à Excel pour naviguer dans les bases de données, Oracle Warehouse Builder, l’outil d’alimentation et de contrôle de la qualité des données, et Oracle BI Beans, l’environnement de développement d’applications personnalisées.
Bien entendu l’éditeur met en avant les économies à la fois financières et de ressources humaines, liées au choix d’une solution intégrée comme BI 10g.
D’un point de vue financier, la solution Oracle BI 10g est attractive, annoncée au prix de 400 dollars par utilisateur nommé ou de 20 000 dollars par processeur serveur.

Quelques points resteront à éclaircir. En particulier l’évolution de la relation avec Business Objects. Nous savons bien que Oracle est l’inventeur du concept de « coopétition » ou de « concurralliance », et l’éditeur sait particulièrement bien jouer alternativement sur les deux tableaux, du partenaire et du concurrent. Mais en 2004, Oracle a beaucoup misé sur la complémentarité entre la version 10g et la solution Business Objects, un connecteur spécial avait même été développé. Sans doute l’une des raisons de cet engouement réciproque soudain était l’attente de la disponibilité de la plate-forme BI 10g complète. Comment ce « partenariat » évoluera-t-il avec sa sortie définitive aujourd’hui ? Et quel en sera l’impact pour les clients qui avaient fait ce choix conjoint ?

Dans un autre domaine, on attend également d’en savoir plus sur la stratégie de l’éditeur vis-à-vis de ses applications métier d’analyse des ventes et de contrôle de gestion. Elles aussi issues du rachat de Express, OFA et OSA (Oracle Financial Analyzer et Oracle Sales Analyzer) doivent être redéveloppées pour être compatibles avec la nouvelle plate-forme. Le rachat de Peoplesoft, qui dispose dans son offre d’applications proches, aura peut-être des conséquences sur cette stratégie de migration. Les clients actuels de ces applications ont certainement besoin d’en savoir plus sur la stratégie de l’éditeur. Ils risquent sinon de reporter leurs investissements sur d’autres solutions comme Hyperion, Cartesis ou Cognos par exemple dans le domaine financier.

Conforté dans sa position de numéro 1 mondial des bases de données avec plus de 41 % de parts de marché attribuées par la dernière étude IDC, Oracle dispose quoiqu’il en soit d’une solution complète pour renaître sur le marché du décisionnel. Alors que Microsoft peine toujours à convaincre les entreprises de sa capacité à gérer de gros volumes de données décisionnelles, Oracle pourrait en profiter pour faire entendre de nouveau sa voix.




Commentaires

1.Posté par Tomassoni le 14/03/2005 17:55
En tant qu'utilisateur et intégrateur de l'ETL d'Oracle, Oracle Warehouse Builder, je tenais juste à signaler que par rapport à la version 9.0.4 puis 9.2.0, la version 10g ne présente pas de modifications majeure, que ce soit au niveau du GUI que de l'éditeur en mode commande OMB, mais a subit uniquement quelques retouches.

2.Posté par Michel Kergoat le 18/03/2005 12:06
Ah, je vois que Mr Nieuwbourg a quelque peu revu sa position vis à vis d'Oracle, pour a minima un peu moins acerbe, et davantage impartiale :)

Si OWB a peu évolué, bien qu'on puisse noter l'incurtion vers la qualité et la productivité des méta données ("propagation des changements"), l'entrée d'OWB dans le carré 'Leader' du MQ Gartner 2004 est à mes yeux notable, toute proportion gardée quand à l'aspect marketing de cette information.

Michel Kergoat:-)
Atos Origin Intégration
(contribution personnelle indépendante de ma société mère)

3.Posté par Patrick De Freine le 07/04/2005 09:30
Après 9i (comme Internet), 10g (comme Grid), peut-être faut-il s'attendre à une 11d (comme décisionnel) ? Je me suis laissé dire qu'en interne, chez Oracle France au moins, le projecteur était (à nouveau ?) braqué sur la Business Intelligence. Bonne nouvelle. Le fait d'écrire "revenir" sur le devant de la scène me paraît déjà significatif, surtout pour tous ceux qui ne l'ont jamais quittée ;-)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.