Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


ParStream analyse pour l’industrie les données des objets connectés


Rédigé par le 14 Octobre 2014

La base de données ParStream est complétée de composants d’analyse temps réel et d’alertes, afin de devenir une plate-forme analytique dédiée à l’internet des objets, pour le monde industriel.



Photo CC Siemens
Photo CC Siemens
ParStream est une société d’origine allemande, et l’essentiel de ses équipes de R&D est toujours implanté Outre-Rhin. Mais dans le secteur du logiciel, et dans une Europe en panne de croissance et en manque de confiance en elle, la réussite mondiale passe essentiellement par l’Amérique du Nord, quitte à revenir par la suite en Europe, auréolé d’une réussite nord-américaine. Cela fit le succès de Business Objects, de Qlik, et ParStream emprunte le même chemin. Depuis deux ans, l’entreprise a entrepris de changer de continent; et si la R&D reste en territoire germanique, le siège, le CEO et les équipes commerciales sont maintenant à Cupertino. Les investisseurs qui soutiennent ParStream sont certainement pour quelque chose ce choix stratégique. Tout comme dans la sélection des membres du conseil d’administration et des conseillers qui viennent de Paypal, Sybase, Vertica, IBM ou encore Oracle.
Le nouveau CEO, Peter Jensen, est de culture européenne, et un habitué des rapprochements d’entreprise. Il a été vice-président de Thinstall, racheté par WMware, puis CEO de Stopthehacker.com, acquis par CloudFare. De là à imaginer que les investisseurs ont une idée derrière la tête en le plaçant à la tête de ParStream…

Pour excellente que soit cette stratégie Europe-US-Monde, elle ne suffit évidemment pas à garantir le succès. Et un mauvais produit, ne réussira pas plus aux Etats-Unis. Il faut proposer une technologie originale, robuste, et qui correspond à un marché réel.
Tout le monde parle du Big Data et se prétend expert de ce domaine. En réalité, peu d’éditeurs réussissent réellement sur ce marché, et si certains comparent le Big Data aux pratiques sexuelles des adolescents, cela s’applique également aux vendeurs : ils en parlent tous beaucoup, mais bien peu vendent réellement des projets Big Data à leurs clients.

Une plate-forme Big Data pour l’internet des objets : étude du marché

Après avoir étudié en détail le marché, et soucieux de prendre de l’avance sur ces concurrents, ParStream a choisi de se lancer dans le Big Data appliqué à l’internet des objets, et annonce aujourd’hui ParStream Analytics Platform, une plate-forme complète dédiée à ces applications. Mais ce serait mal connaître la rigueur allemande que d’imaginer ParStream se lancer dans un monde aléatoire de fourchettes communicantes et de montres connectées. C’est en direction de l’industrie manufacturière que l’éditeur va concentrer ses efforts. Ce choix a été fait au terme d’une étude de “business case” très détaillée. Au départ, ce sont 165 cas d’utilisation qui ont été pris en compte, dans tous les secteurs d’activité B2B où l’internet des objets se développe. Une fois éliminés les cas qui ne correspondaient pas bien à la solution ParStream, l’éditeur a conservé 100 dossiers dans 12 segments de marché. Ont ensuite été éconduits les secteurs de la santé, le secteur public, les services d’urgence, en raison d’une grande complexité et de cycles de décision trop longs. Puis ce sont l’énergie, les villes intelligentes, et la surveillance des biens qui ont été écartés, soit par manque de maturité de ces marchés, soit par leur taille jugée trop petite. A la fin du processus d’analyse, ce sont finalement deux marchés qui ont été retenus et sur lesquels ParStream va concentrer ses efforts : l’industrie manufacturière, et les télécommunications.

L’éditeur cite trois industriels qui ont pris de l’avance dans l’internet des objets, et créent de la valeur autour des données collectées :
- General Electric (GE) disposerait de 10 000 capteurs dans son usine de fabrication de batteries, servant à collecter des données en temps réel, 24h/24. L’industriel économiserait ainsi des millions de dollars en améliorant la qualité de sa production, et en optimisant le travail.
- Harley Davidson utiliserait des capteurs de diagnostic des machines-outils, de température, d’humidité, pour parvenir à produire une moto toutes les 86 secondes.
- John Deere, fabricant de gros matériel agricole, équiperait ses véhicules de capteurs, destinés à détecter les mauvais usages, mettre à jour les logiciels embarqués, et planifier les phases de maintenance préventive.

Une plate-forme complète, axée sur le temps réel

Dans l’industrie, l’instantanéité est requise. Lorsqu’un capteur détecte un incident sur une machine outil, c’est immédiatement que l’arrêt d’urgence doit être déclenché, avant que la machine ne soit détériorée et la production impactée.
C’est donc une plate-forme en temps réel que ParStream présente au marché aujourd’hui. Elle comprend différents composants :
- en amont, un partenariat avec Informatica permet d’alimenter en temps réel en données;
- en aval, un partenariat avec DataWatch permet de visualiser l’information, là encore en temps réel;
- entre les deux, la base de données ParStream;
- et de nouveaux composants développés par l’éditeur : analyse de séries temporelles, analytique géo-distribuée, alertes et lancement d’actions…

Au coeur du dispositif, la base de données ParStream affiche des temps de réponse “décoiffants”. L’éditeur aurait réalisé sur l’infrastructure Amazon un test de requêtage sur une base de 150 millions d’enregistrements. Lorsqu’il faut 1 seconde à ParStream pour afficher les résultats de la requête, il en faudrait 10 à Sybase IQ, 22 à HP Vertica, 31 à SAP Hana, 38 à Amazon Redshift et 98 à Cloudera Impala ! Mais attention, c’est un test réalisé par ParStream, sans doute dans des conditions qui leur étaient favorables. ParStream propose donc une base de données analytique orientée vers le temps réel.

Le cas d’utilisation de Siemens

ParStream analyse pour l’industrie les données des objets connectés
ParStream aurait développé pour Siemens un business case, pour la surveillance des turbines à gaz. Quelques chiffres pour commencer : chaque turbine à gaz dispose de 500 capteurs, qui envoient 1,8 milliards de mesures par heure ! L’objectif est bien sur de capter l’ensemble de ce flux de données structurées, de l’analyser en temps réel, et de lancer les alertes ou les actions nécessaires. But final : réduire les coûts de maintenance, limiter les heures d’arrêt de production et passer d’une maintenance réactive, très coûteuse, à une maintenance pro-active. L’analyse des incidents doit également permettre de comprendre leurs causes et d’anticiper sur les autres appareils du même type.

Les équipements industriels émettent le plus souvent des signaux indicateurs d’une défaillance à venir; avant même que l’oeil ou l’oreille humaine ne puisse en prendre conscience. Et plus l’on attend pour agir, plus l’on se rapproche de la panne, qui peut entraîner le bris de la machine, d’équipements proches, et la perte d’une partie de la production.
En aidant les industriels à anticiper les défaillances de leurs machines, ParStream répond à un véritable besoin, créateur de valeur. Dans un premier temps, il s’agit “d’intranet of things”, car les équipements sont connectés entre eux, mais dans une même usine. Par la suite, ce besoin évoluera vers “l’internet of things” en connectant les équipements de plusieurs usines.

Les données sont collectées auprès des capteurs et transitent par un ETL temps réel. Informatica n’est pas un partenaire exclusif, mais des fonctionnalités spécifiques à l’internet des objets y ont été développées. C’est également le cas de Datawatch pour la partie restitution et visualisation graphique.

Les données peuvent être géo-distribuées, c’est à dire que la base de données ParStream peut être distribuée au plus proche des équipements.
Si un ensemble de 5 machines envoie 20 milliards de données vers une base centrale, et qu’une requête ne récupère comme réponse que 7 enregistrements, beaucoup d’informations auront été déplacées pour rien.
Si chaque machine dispose locale de sa base de 4 milliards d’enregistrements, et répond aux requêtes en n’envoyant que les enregistrements sélectionnés, le volume des données transférées est bien moindre. Cela ne fonctionne pas dans tous les cas d’applications, mais peut correspondre à certains environnements. ParStream laisse aux utilisateurs le choix de l’architecture, centralisée ou distribuée.

Des fonctions d’alertes et d’actions à développer

Le point clef de la valorisation des données et des algorithmes prédictifs reste le système d’alerte et de lancement des actions correctrices (allumer une lampe d’alerte, déclencher l’arrêt d’urgence, envoyer un message…). ParStream a développé un module “Alerts & Actions”, mais il semble essentiellement être une API, qui permet aux industriels de se brancher et d’intégrer l’information dans leurs propres systèmes. Selon Peter Jensen, CEO de ParStream, l’industrie utilise essentiellement des développements spécifiques, et il ne servirait pas à grand chose de développer des outils formatés dans ce domaine. Il serait donc plus apprécié par les clients de leur laisser l’accès aux données par une interface de programmation, afin qu’ils branchent ParStream à leurs systèmes existants.
Mais la fourniture d’algorithmes et d’interfaces vers des systèmes existants pourrait être à développer dans le futur pour faciliter l’adoption, principalement auprès des petites et moyennes industries.

Disponible partout, mais uniquement en anglais

ParStream concentre ses efforts sur les États-Unis, mais est disponible dans de nombreux pays au travers de quelques filiales, et de distributeurs : France, Espagne, Canada, Amérique Latine. Mais le produit et sa documentation ne sont disponibles pour le moment qu’en anglais. Une véritable internationalisation viendra sans doute par la suite, une fois le succès aux États-Unis confirmé. Tout le monde aura alors oublié qu’il s’agit d’une société allemande !




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.