Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


SAP rachète discrètement Roambi, et l’avale déjà


Rédigé par le 17 Février 2016

Par une transaction plus que discrète et quelques lignes dans un communiqué, SAP annonce le rachat de la plate-forme de développement d’applications décisionnelles mobiles Roambi. Un rachat qui s’intègre dans la stratégie “cloud analytics” de SAP, mais qui pose aussi un certain nombre de questions quant à sa forme.



Le CEO de Roambi, Santiago Beccera, le disait sur Decideo fin 2013, son seul objectif est de faire croître Roambi pour atteindre le milliard de dollars de chiffre d’affaires. Manifestement l’objectif était trop ambitieux, et Santiago Beccera n’a pas souhaité renoncer aux sirènes du rachat. Roambi s’est donc vendu à SAP, pour un montant non communiqué.

SAP a en tous cas fait un bon choix. Roambi, sans être très simple de prise en main, est sans doute la plus belle plate-forme de création d’applications décisionnelles mobiles. Le niveau de détail des rendus graphiques, la fluidité des transitions entre les écrans, l’adaptabilité des rapports en fonction de la taille et du format des écrans, font de Roambi une solution unique. Mais une solution qui a eu bien du mal à trouver son marché. Certains la comparent, par erreur, à Tableau et à Qlik. Qlik a fait des efforts dans Qlik Sense et ses écrans “responsive design” sont intéressants. Tableau est encore relativement nouveau dans le mobile, même si c’est clairement un de ses axes de développement. Le véritable concurrent de Roambi serait plutôt Domo.

Autre point fort de Roambi, la mise en page. Tableaux, graphiques et textes se combinent pour créer des rapports parfaitement adaptés à la direction générale de l’entreprise.
En cela, Roambi entre parfaitement dans la stratégie “Digital Boardroom” de SAP. D’ailleurs le communiqué mentionnant le rachat de Roambi est plus axé sur la stratégie globale de SAP pour amener l’analytique dans le cloud, au travers de HANA, accessible en mobilité, que sur le rachat en lui-même. L’annonce du rachat, sans aucun détail, n’y occupe que quelques lignes. Les salariés, et clients, de Roambi vont devoir rapidement comprendre le message : c’est SAP, point barre. Lors de ce type d’opérations, le communiqué d’annonce mentionne habituellement, au travers d’une phrase polie, que l’acquéreur continuera à maintenir le produit et à servir les clients actuels, et blablabla… Mais là, rien de tout cela. Ni les clients de Roambi, ni les employés, ne sont mentionnés. D’ailleurs, une lecture attentive du communiqué guide l’attention sur une phrase : SAP indique procédé à “the acquisition of the Roambi suite of solutions and related key assets”, et non pas “l’entreprise” Roambi. Peut-être est-ce juste un choix anodin de termes, mais cela cache possiblement une transaction plus limitée. Le parc clients fait-il partie de la transaction ? Les employés de Roambi sont-ils “rachetés” par SAP ou seulement une partie d’entre eux ?

“Wait and see” comme on dit à l’heure du thé...




Commentaires

1.Posté par MELEDO le 18/02/2016 12:36
C'était écrit d'avance : Cette solution avait été créée pour être revendue !
Je ne ferai pas le Storytelling de RoamBI, mais il faut savoir que SAP avait racheté en 2005 la solution Xcelsius (devenu Crystal Dashboard) qui proposait des graphiques en techno Flash très "eye candy" (expression en Dataviz qui veut dire qu'on est aux antipodes de la doctrine "Data ink ratio" du Pr Tufte).

Nombreux experts en Dataviz ont ri en voyant les graphiques de Xcelsius qui singeaient le look à a mode de l'époque "bombé lacqué-glossy avec effet miroir" créé par Apple.

Puis les anciens créateurs de Xcelsius ont recréé une nouvelle société "RoamBI" de graphiques, mais cette fois-ci sur iOS, donc se focalisant sur le marché des iPhones. Leur objectif était de refaire le même coup qu'avec Xcelsius : revendre RoamBI à un grand éditeur. Ils avaient déjà fait le coup avec SAP ; mais cela aurait pu être SAS, qui utilise discrètement leur technologie en OEM depuis 2011.

Comme son prédécesseur Xcelius, RoamBI est terriblement "Bling Bling", surtout avec la reprise du symbole du jeu télévisé "La Roue de la fortune" comme interaction sur un graphique en camembert :
https://youtu.be/4-gMarlNqCE?t=35s

Si vous voulez connaitre des offres plus pertinentes en Dataviz sur iOS ou tout simplement en HTML5, envoyez-moi un mail.

2.Posté par Philippe NIEUWBOURG le 18/02/2016 16:47
Hier, SAP a finalement envoyé un email aux clients Roambi, pour leur confirmer le rachat. Le contenu de ce message, qui nous a été transmis par un client, révèle certaines choses.
Comme nous le supposions dans l’article, SAP a racheté des actifs de Roambi, « certains » actifs précise même le message de SAP, laissant supposer donc que tout n’a pas été racheté, sans pour autant donner plus de détails. De la même manière, tous les employés ne sont pas concernés. Le message précise qu’une « équipe d’employés sélectionnés pour leur connaissance de Roambi a rejoint l’équipe SAP ».
SAP précise qu’il communiquera dans quelques mois sur l’avenir des produits et leur plan de développement. Et que « à court terme », SAP continuera de respecter les termes du contrat conclu par les clients avec Roambi. SAP les invite tout de même à prendre connaissance des modes de fonctionnement des contrats de service SAP, dès maintenant...
Pour ce client Roambi, cet email est « est une bonne annonce pour moi, un autre argument pour changer d’outil ». Si SAP est réellement intéressé par le parc des clients Roambi, et a payé pour cela, il ne pourra pas se contenter d’un email pour les fidéliser...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.