Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


SAS désignée Best Company to Work For dans le classement du magazine Fortune pour la 15e année consécutive


Rédigé par Communiqué de SAS le 1 Février 2012

Le leader des solutions de Business Analytics démontre l’importance de sa politique de gestion des ressources humaines dans sa réussite



SAS, leader mondial du décisionnel et des solutions de business analytics, prend la troisième place du classement « 100 Best Companies to Work For » du magazine Fortune aux Etats-Unis. C’est la neuvième fois que l’entreprise figure dans le « Top 10 » de ce prestigieux palmarès des entreprises américaines depuis sa création en 1998.
SAS a notamment été reconnue pour la qualité de ses prestations en matière de santé, de services à l'enfance et d'équilibre entre vie personnelle et professionnelle.
Régulièrement récompensée pour sa politique de gestion des ressources humaines et ses avantages sociaux, SAS est convaincue que la satisfaction des collaborateurs a un impact direct sur la capacité d’innovation de l’entreprise et sur ses résultats.
«Nos employés sont la principale clé de notre succès », rappelle Jim Goodnight CEO et co-fondateur de SAS. Cette nouvelle distinction clôture une année exceptionnelle pour SAS. Nous avons enregistré notre 36ième année de croissance (+12% de chiffre d’affaires), augmenté nos effectifs (+9,2 %) et nos ventes de logiciels. Ces résultats nous encouragent à maintenir nos investissements dans la gestion des talents.»
Jenn Mann, Vice-présidente en charge des Ressources humaines de SAS, ajoute que « les collaborateurs SAS sont conscients qu’ils participent pleinement au succès de l’entreprise. L’environnement de travail stimulant et la confiance qui leur est accordée leur donnent les moyens d’innover, tout en préservant un équilibre vie personnelle et professionnelle agréable. Cette reconnaissance prouve une fois de plus que le bien-être au travail est facteur clé de succès. »

SAS propose à ses équipes de nombreuses prestations sur site : soins de santé, équipements sportifs, crèche, programmes d’épanouissement personnel...
Ainsi l’éditeur détient le taux de rotation des effectifs le plus faible du secteur (3,3 % contre en moyenne 22 %), ce qui présente de nombreux avantages : frais de recrutement réduits, compétences et expertises préservées et développées, relations à long terme avec les clients, etc.
Le lien direct entre l’engagement des collaborateurs et le succès de l’entreprise est cette année encore démontré par l’annonce des résultats 2011 de SAS.

En 2011, SAS se classait au second rang du classement mondial des « 25 multinationales où il fait bon travailler » dans le cadre de la liste inaugurale Great Place to Work®.

SAS a été créée en 1976, La philosophie de SAS est construite autour de l’idée que ce sont les collaborateurs qui font la différence pour autant que leur entreprise leur donne une confiance suffisante pour parvenir à la réussite. Avec pour conviction que ce sont les collaborateurs satisfaits qui font les clients satisfaits.

L’ensemble du classement et les reportages connexes seront publiés dans le numéro de Fortune du 6 février et peuvent être consultés dès aujourd’hui sur www.Fortune.com/bestcompanies.

Pour sélectionner les 100 premières entreprises de son classement, FORTUNE s’associe avec l’institut « Great Place to Work » qui a mené une enquête sans précédent auprès des salariés d’entreprises américaines. Cette année, 280 entreprises ont participé à l’étude. Plus de 246 000 collaborateurs ont répondu à cette enquête créée par l’institut, qui s’est déroulée dans 45 pays. Les deux tiers de la note obtenue par chaque entreprise sont basés sur les résultats de l’enquête « Trust Index », adressée par l'institut à un échantillon aléatoire des collaborateurs de chaque entreprise. Les questions portent notamment sur la perception de la crédibilité du management, la satisfaction au travail et la qualité des relations sociales. Le dernier tiers est basé sur la réponse de l’entreprise à un « audit culturel » intégrant des questions détaillées sur la politique salariale et les avantages sociaux, et sur une série de questions ouvertes concernant la politique d’embauche, de communication interne, de formation, de reconnaissance, de diversité, etc.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.