Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Teradata nous propose de passer à la Business Intelligence personnelle

Entretien avec Stephen BROBST, directeur de l'innovation technologique chez Teradata


Rédigé par le 23 Septembre 2011

Mi-juillet à l'occasion de la conférence des utilisateurs Microstrategy, nous avons pu rencontrer Stephen BROBST, directeur des technologies chez Teradata en marge d'une conférence qu'il donnait sur la "consumer intelligence". Un entretien qui a donné lieu à un débat passionnant que nous avons essayé de retranscrire au mieux dans cet article.



Stephen BROBST, CTO de Teradata
Stephen BROBST, CTO de Teradata
Decideo : Quoi de neuf en matière d'informatique décisionnelle ? On parle beaucoup de big data, mais au-delà du concept marketing, quelles sont réelles innovations ?

Stephen BROBST, directeur des technologies chez Teradata : Il y a deux points clefs. Les plates-formes mobiles vont tout changer. Parce que les plateformes mobiles vont permettre aux professionnels d'accéder aux applications, mais également aux consommateurs. Tout le monde va être en ligne en permanence, et prêt à accéder à de l'information.
Mais le second point, sans doute le plus intéressant du point de vue prospectif, est l'évolution de la "Business Intelligence" à la "Consumer Intelligence". De l'intelligence des affaires à l'intelligence du consommateur. Intelligence au sens intelligence économique, manipulation de données. Habituellement, nous créons un entrepôt de données pour permettre à nos employés de prendre plus rapidement, de meilleures décisions. Si je suis une banque, je construis habituellement un entrepôt de données pour alimenter mon département marketing, mon département finances, mon département ressources humaines, etc. C'est bien. Mais si maintenant je pouvais apporter à mes clients des informations pour leur permettre de prendre leurs propres décisions financières. C'est par exemple le cas chez Lloyds Banking Group. Ils viennent de mettre cette fonction en service. Vous pouvez directement aller sur leur site de banque en ligne et accéder à un outil d'aide à la prise de décisions, basé sur Teradata. Vous voulez savoir combien vous pouvez épargner pour les études de vos enfants, en fonction de leur âge, des études que vous souhaitez les voir faire, de votre capacité de paiement mensuelle, etc.

Decideo : Mais nous faisons cela depuis des années, les sites des banques regorgent de simulateurs en tous genres. Quelle est la nouveauté ?

Stephen BROBST : Il ne s'agit pas de simples simulateurs, mais d'outils d'aide à la décision, qui s'appuient sur vos propres données. Un autre exemple, peut-être plus parlant, est celui de l'analyse de vos dépenses personnelles. Vous voulez comprendre comment vous dépensez votre argent, dans quels types de dépenses, et comment vous pourriez faire évoluer cela. Le système analyse vos dépenses par cartes de crédit, à partir du code dépense fourni par la société émettrice, et vous présente vos dépenses par catégorie, comparées à celles de l'année précédente. Si vous voulez mettre de côté une certaine somme, le système peut vous aider à choisir quelles dépenses vous devrez réduire pour parvenir à cet objectif. Il s'agit d'aide à la décision personnelle.

Decideo : Pensez vous réellement que beaucoup de gens ont envie de manipuler ainsi leurs données financières ou personnelles pour prendre des décisions aussi calculées. Est-ce réellement amusant ? Je connais plus de gens qui me disent ne jamais faire leurs comptes !

Stephen BROBST : Sincèrement je n'en sais rien. Je ne sais pas si c'est en effet très amusant. Mais peut-être justement parce que vous devez aujourd'hui être assis à votre bureau et parcourir des papiers. Ces nouveaux outils rendront cette tâche plus facile, plus intéressante, plus moderne. Un autre client de Teradata dans ce domaine est un fournisseur d'énergie. Ils utilisent des compteurs intelligents qui recueillent de l'information sur la manière dont vous consommez votre électricité. Ils vont proposer un accès en ligne, qui permettra aux clients de consulter le détail de leur propre consommation et de faire des simulations. Quel sera l'impact sur ma facture d'électricité si je change la température de mon chauffage et que je passe de 20 à 19° ? Combien économiserai-je si j'achète un nouveau réfrigérateur plus économe ? Peut-être n'est-ce pas très amusant, mais cela intéresse les gens aujourd'hui de calculer ce genre de choses. Autre exemple : il y a une application où vous pouvez suivre tout ce que vous mangez, tous les exercices physiques que vous faites, et mis en rapport avec votre état de santé, le système peut vous suggérer une évolution de vos habitudes alimentaires.

Decideo : Vous savez, cela me fait penser à cette différence majeure entre les États-Unis et l'Europe. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais aux États-Unis, vous adorez les chiffres. Il suffit de regarder à la télévision un match de football pour constater que la moitié de l'écran est occupé par des statistiques diverses : le nombre de points marqué par chaque joueur, depuis combien de temps il n'a pas pris la ballon, à quelle vitesse il court… vous semblez réellement obsédés par cette masse de chiffres, de données factuelles, d'où sans doute ce besoin d'analyse plus marqué que dans notre culture latino-européenne.

Stephen BROBST : Alors je vais vous donner un autre exemple. Le shopping, ça c'est amusant ! Ce que l'on pourrait appeler l'analytique géo-localisée. EBay a par exemple racheté une société qui vous permet de scanner le code-barres d'un produit et de vous dire instantanément quels sont les prix proposés pour ce produit. Encore un exemple, hier j'ai du prendre une décision personnelle. Est-ce que je reste à la conférence Microstrategy et au cocktail de ce soir, auquel cas je devrai prendre un avion tôt demain matin pour assurer mon premier rendez-vous de la journée ? Normalement je ne prends jamais le premier vol le matin, car je n'ai pas confiance dans les compagnies. Je vais donc utiliser une application qui m'indique, pour ce vol en particulier, quelles sont les compagnies dont le taux de respect des horaires est le meilleur. Pas de manière générale, mais bien pour le vol qui me concerne. Cette compagnie est à l'heure sur 99% des vols du jeudi matin à partir de Nice, ok, je vais donc choisir cette compagnie. Vous allez trouver encore une fois que ce n'est pas très amusant, mais c'est en tous cas très utile.





Commentaires

1.Posté par Philippe Nieuwbourg le 25/09/2011 15:39
En complément, voici un article sur les données personnelles publié par InternetActu qui se révèle un très bon complément de réflexion aux propos de Stephen BROBST.

2.Posté par Bruno Saint-Cast le 29/09/2011 17:48
Teradata démontre une des plus solides capacités à soutenir les grand entrepôts de données.
Mais ce qu'oublie de dire Stephen BROBST dans cet article c'est que leur partenaire privilégié sur les grand projets BI, c'est Tableau Software qui accompagne aujourd'hui les déploiements sur les plus grosses bases de données (Zinga, eBay, Wallmart, Yahoo...).
Bruno Saint-Cast
VP Europe
Tableau Software



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.