Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Une étude internationale montre que des écarts culturels entravent l'adoption d'une approche axée sur les données


Rédigé par Communiqué de Teradata le 22 Janvier 2015

La vision édulcorée qu'ont certains PDG des initiatives liées aux données et des obstacles à l'accès aux données qui nuisent à la réussite des entreprises



Une étude mondiale parrainée par Teradata Corp. (NYSE : TDC), le spécialiste de l'analyse big data et des applications marketing, a mis en évidence cette semaine un décalage apparent entre la façon dont les directeurs généraux (PDG) perçoivent l'état actuel et les avantages des initiatives liées aux données et la vision qu'en ont les autres responsables. Cette divergence ainsi que d'autres entravent la réussite et compromettent l'avantage concurrentiel que visent les entreprises.

« L'enquête démontre clairement que les entreprises réussissent lorsque la vision axée sur les données et le leadership sont partagés, et que les avantages tirés des initiatives réalisées en matière de données sont constamment suivis, promus et, surtout, reliés aux objectifs de l'entreprise et aux résultats commerciaux », explique Chris Twogood, vice-président du marketing des produits et services chez Teradata.

Conclusions principales:
L'enquête menée par L'Economist Intelligence Unit, division Recherche et Analyse du Groupe The Economist, a montré que les entreprises axées sur les données sont plus susceptibles de surpasser leurs concurrents en termes de rentabilité. Cependant, seule une entreprise sur quatre récompense financièrement ses employés les plus enclins à adopter l'exploitation des données.
· Les PDG ont une vision optimiste des initiatives en matière de données
Les dirigeants autres que le PDG, et tout particulièrement les cadres, voient l'état actuel et les avantages des initiatives liées aux données bien différemment du PDG. Alors que 47% des chefs d'entreprise pensent que tous les employés ont accès aux données dont ils ont besoin, seuls 27% des répondants l'affirment.
De même, 43% des PDG pensent que les données pertinentes sont capturées et mises à disposition en temps réel, tandis que seuls 29% des sondés sont de cet avis.
Les PDG tendent aussi davantage à penser que les employés extraient des idées utiles des données - 38% d'entre eux partagent cette opinion, contre seulement 24% de l'ensemble des répondants et 19% des vice-présidents directeurs, des vice-présidents et des directeurs.

· Convertir les données en idées exploitables reste un défi
De nombreuses entreprises ont investi massivement dans la collecte de grandes quantités de données, mais rencontrent toujours des difficultés à en extraire des perspectives exploitables au profit de leur activité, qui feraient d'elles des sociétés véritablement axées sur les données.
En termes de capture et de diffusion des données d'entreprises importantes, 57% des répondants estiment que leur société n'est pas à la hauteur. Le problème est encore plus prononcé chez les entreprises les moins performantes, les moins innovantes et les moins dépendantes des technologies. Quasiment tout le monde s'accorde en revanche pour affirmer que l'accès aux données nécessaires et la capacité à les convertir en idées exploitables sont les principaux obstacles à l'adoption et à l'utilisation des données.

· La disponibilité des données est inégale, même au sein d'entreprises leaders et axées sur les données
Les données ne sont pas disponibles partout de façon égale, même au sein des entreprises leaders et les plus axées sur les données.
Deux tiers des répondants conviennent que certains services bénéficient d'un bien meilleur accès aux données que d'autres. Cette situation se présente notamment dans les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel atteint ou dépasse 500 millions de $. Alors que les PDG sont moins conscients du problème (seulement la moitié d'entre eux le relève), les cadres répondants le déplorent très fréquemment.
Parmi les vice-présidents directeurs, les vice-présidents et les directeurs, 8 sondés sur 10 sont d'accord avec cette inégalité d'accès aux données. En même temps, 42% des répondants trouvent l'accès aux données pénible et peu convivial, ce qui aggrave encore le problème de la disponibilité des données.

· À une abondance de données internes s'oppose une pénurie de données externes sur les clients et le marché
Les répondants ont relevé une abondance de données internes utiles, relatives aux opérations quotidiennes. Les données externes, telles que les informations démographiques sur les clients, les schémas de comportement et les données de marché sont beaucoup moins répandues.

« Les possibilités analytiques se développent de jour en jour », commente Bill Franks, le directeur des solutions analytiques de Teradata. « La transition d'une approche guidée par l'instinct à une démarche basée sur les données implique des changements culturels, or les difficultés que rencontrent les entreprises à franchir ce pas leur font manquer des opportunités. »

Critères de réussite des entreprises axées sur les données

L'enquête fournit un certain nombre d'indices sur les raisons pour lesquelles les entreprises les plus performantes réussissent mieux : parmi les meilleures réussites ??? c'est-à-dire les répondants qui affirment que leur entreprise a « sensiblement » ou « quelque peu » amélioré sa rentabilité ??? 63% indiquent que les initiatives liées aux données sont lancées et pilotées par la direction de l'entreprise et 41% disent posséder un groupe de gestion centralisée des données et des moyens analytiques, responsable de l'introduction et de la mise en œuvre des initiatives de données. Pour ceux qui affirment que leur société a perdu en rentabilité, ces chiffres sont respectivement de 38% et 28%.

Il y a également une forte corrélation entre la tendance d'une entreprise à se fier aux données pour prendre des décisions et sa rentabilité et sa capacité à innover. Les entreprises axées sur les données sont davantage susceptibles d'accroître leurs bénéfices que leurs concurrentes déclarant se fier moins aux données. Elles sont aussi deux fois plus enclines à affirmer avoir une culture de créativité et d'innovation. L'accès aux données et les outils quantitatifs qui convertissent les chiffres en perspectives sont deux à trois fois plus répandus chez les entreprises centrées sur les données. De plus, elles sont nettement plus susceptibles de tirer parti des initiatives liées aux données - d'un meilleur partage de l'information à une collaboration accrue et à une qualité et une rapidité d'exécution supérieures.

Les entreprises qui surpassent leurs concurrents sont aussi beaucoup plus efficaces dans l'extraction des avantages qu'offrent les données. Sept sur dix d'entre elles considèrent que les informations et les connaissances sont partagées rapidement et librement dans leur entreprise, ce qui n'est le cas que d'un tiers des entreprises observant une dégradation de leurs performances. Un peu plus de la moitié des entreprises affichant des performances supérieures ont constaté une meilleure collaboration entre les unités opérationnelles et estiment que la qualité et la rapidité d'exécution se sont améliorées. À l'opposé, du côté des entreprises moins performantes, 3 répondants sur 10 pensent que la qualité et la rapidité d'exécution se sont améliorées, tandis que seulement un sur quatre en affirme autant.

Qui a participé à l'enquête ?
Le sondage a été mené en automne 2014, auprès de 362 répondants : 47% en Amérique du Nord, 26% dans le secteur Asie-Pacifique et 27% en Europe. Les répondants occupaient des postes très variés : 29% travaillaient à la direction générale, 16% dans la finance, 16% dans le marketing et la vente, et 14% dans la stratégie et le développement commercial, entre autres. 15% des répondants étaient des PDG ou des présidents, 29% occupaient d'autres fonctions de cadre supérieur, 25% étaient des directeurs généraux ou des chefs de divisions et 31% étaient des vice-présidents directeurs, des vice-présidents ou des directeurs.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.