Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Voulez-vous vraiment envoyer vos données décisionnelles dans les nuages ?


Rédigé par le 3 Juillet 2017

Mais quelle mouche a piqué l’inventeur du “cloud computing”. Je ne parle pas du concept, pas novateur mais tout à fait intelligent, mais du mot “cloud”. À force d’en parler avec des clients et essentiellement des grandes entreprises, sur plusieurs continents, l’avis est unanime, le mot ne met pas en confiance. D’habitude plutôt bons en marketing, les américains ont complètement occulté le principal écueil sur la route du “cloud”, celui de la confiance.



Voulez-vous vraiment envoyer vos données décisionnelles dans les nuages ?
Le nom est important ! Vous aurez du mal à acheter une côte de boeuf chez un boucher nommé Mr Végé, et à confier votre argent à un banquier nommé Mr Escroc. Et les grandes entreprises ont tout simplement du mal à mettre leur données dans les nuages. Parmi les raisons de l’adoption lente de l’infonuagique (la traduction québécoise n’est pas plus heureuse), sa dénomination, qui attire l’attention sur le côté parfois nébuleux de l’offre des prestataires.

Historiquement, lorsque Larry Ellison (fondateur de Oracle) avait proposé en 1996 le concept de “Network Computing”, son choix lexical était finalement plus juste.
L’entreprise disposait auparavant dans une architecture classique de stockage de données, d’un serveur physiquement propriété de l’entreprise, installé dans ses propres locaux, et qui lui donnait une impression de contrôle. Même si les conditions réelles de sécurité étaient finalement moins élevées que ce qu’un Google ou Amazon propose, l’entreprise se sentait en sécurité. Elle maîtrisait son niveau de risque.

Avec le “cloud computing”, on lui propose d’envoyer ses données opérationnelles et décisionnelles dans les nuages, littéralement. Le message est opposé au sentiment de confiance qu’il faut instaurer pour les convaincre d’accepter cette migration. On ne sait pas physiquement où les données sont stockées, parfois même dans quel pays. On ne peut pas avoir physiquement accès à l’infrastructure car elle est partagée. Il faut simplement faire confiance.
Dans une économie orientée données, le CIO joue son poste à chaque incident. Comment peut-il être sécurisé par l’envoi de ses données dans un ciel nuageux ?

Pour tenter de faire passer la pilule du ciel nébuleux, on a inventé la pire des expressions, le “cloud privé” ! Vous n’êtes pas à l’aise à l’idée de partager vos données avec d’autres ? Pas de problème, je peux vous vendre ou vous louer votre nuage privé. Cette expression renvoie d’ailleurs à ce que l’on fait depuis bien longtemps, de l’hébergement. Un peu de mauvais vernis marketing pour tenter de rajeunir un concept éprouvé.

Quelle aurait été le bon mot ? À mon avis, et de l’avis des clients interrogés, un mot plus sécurisant: “Bunker Computing”, “Safe Computing”... peut-être avez-vous d’autres idées à partager ?




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.