Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur

Mais non ! Le Big Data ça ne fait pas peur, en tous cas pas à 83 % des 100 clients de Actian à qui la question a été posée il y a quelques mois. Ces 83 % envisagent d'utiliser une solution Big Data dans les prochains mois. Ce qui fait peur en revanche, c'est qu'on ne sait toujours pas ce qu'est une solution Big Data !
Mais pour Halloween on peut se faire plaisir en déchiffrant l'infographie publiée par Actian sur ce thème et téléchargeable ci-dessus.
Moi ce qui me fait peur, ce sont ces infographiques d'un mètre de long, totalement illisibles et impossibles à imprimer, dont je n'ai toujours pas compris l'intérêt de les étirer ainsi dans la longueur... à chacun ses peurs en ce soir d'Halloween 2012.

initialdraft_actianhalloween_10_14_12_draft_21.jpeg InitialDraft_ActianHalloween_10-14-12_DRAFT-21.jpeg  (1.04 Mo)


Par le Mercredi 31 Octobre 2012 | 0 commentaire
L'EBG regroupe médias sociaux et données volumineuses dans une conférence en anglais
L'EBG réunit les 14 et 15 novembre à Paris le gratin de ses contacts pour une grande conférence sur les médias sociaux et les données volumineuses. Difficile de trouver de nombreux exemples et retours d'expérience en France... la conférence aura donc lieu en anglais et privilégie les intervenants internationaux.
L'EBG compte réunir à la Grande Halle de la Villette les 1000 "décideurs numériques" qui comptent dans le monde des médias digitaux et du marketing.
Une conférence certainement passionnante, mais qui n'abordera sans doute que la facette "marketing" du big data; ce qui est déjà pas mal car la valeur est plus facile à créer dans ce domaine.
La liste des intervenants est impressionnante, mais je me demande quand même si toutes ces entreprises ont vraiment des retours d'expérience à partager sur le big data. J'ai l'impression que "Big Data" est l'accroche médiatique, mais que l'on parlera surtout de médias sociaux. Ce qui n'est pas inintéressant bien sur.
Si vous voulez vous inscrire, c'est ici mais attention, ça coute quand même 800 euros pour les deux jours. Un prix justifié à mon avis étant donné la qualité des intervenants et le peu d'interventions de "vendeurs".

Par le Samedi 20 Octobre 2012 | 0 commentaire

Le DigiWorld Institute se penche sur le big data sous l'angle de la protection des données personnelles à l'occasion du DigiWorld Summit les 14 et 15 novembre prochain. Les Anonymous appellent de leur côté à manifester le 20 octobre prochain.


C'est un événement intéressant, organisé depuis plusieurs années à Montpellier autour de la société numérique. Alors que les Anonymus ont envoyé hier un communiqué appelant à être vigilant face aux "tentatives des gouvernements du monde entier pour mettre la main sur le cyberespace mais aussi mettre en place une surveillance de masse des populations", et à une journée de manifestations le 20 octobre prochain, le DigiWorld Summit 2012 met le sujet à son programme du colloque organisé les 14 et 15 novembre prochain. Les intervenants et les sujets abordés sont détaillés dans le communiqué ci-joint.

big_data,_une_bataille_pour_les_donnees_personnelles.pdf Big Data, une bataille pour les données personnelles.pdf  (313.51 Ko)


Par le Vendredi 19 Octobre 2012 | 0 commentaire
Très bel événement organisé par Orange Institute, le groupe de réflexion de Orange Labs aux Etats-Unis. Le thème de ces journées d'échange et de travail sera "Feedback Economy and Realtime Society". On y parlera évidemment beaucoup de Big Data. Encore une manière de montrer que sur le sujet, c'est en Amérique du Nord que ça se passe !

Voici le communiqué d'annonce de ce voyage d'étude envoyé par Orange :

"L'institut Orange tiendra sa neuvième session sur le thème de "l'économie en feed-back et la société en temps réel"

La prochaine session de l'institut Orange se tiendra à Boston et à New York du 22 au 25 octobre prochains. L’institut Orange qui fête ses trois années d'activités, conduit des recherches sur l'impact des avancées du numérique sur l'économie et la société dans le monde.


Pendant ces trois jours, les conférences et les rencontres permettront d'explorer comment les avancées dans le domaine des algorithmes et des sciences des données couramment appelé le Big Data, sont de plus en plus adoptées par le monde des médias sociaux et étudiera leurs conséquences importantes sur les activités traditionnelles de New York notamment dans les médias, le marketing, la publicité et la finance.

Des scientifiques, des entrepreneurs de startups, des entreprises établies et des spécialistes de la créativité de l'économie numérique se rassembleront à New York et à Boston pour appréhender comment ces nouvelles technologies exploitant les données massives ou Big Data sont en train d'impacter nos vies dans une société qui fonctionne de plus en plus en temps réel.

Ces réunions viennent après une série de rencontres et d'échanges multidisciplinaires qui ont été organisées par l'institut Orange depuis sa formation en 2009. La première réunion s'est tenue dans la Silicon Valley et depuis, d'autres réunions se sont tenues à Tokyo, Madrid, Tel-Aviv, Beijing, Paris en mobilisant plus de 100 leaders d'opinion représentant une grande diversité de disciplines.

Ces réunions ont permis à l’institut Orange de poursuivre son objectif qui consiste à encourager les entreprises et autres organisations à écrire un nouveau chapitre sur les façons de mieux apprendre et de comprendre les changements provoqués par des technologies en rapide évolution et en transformation. Pour y être mieux préparés.

Les prochaines réunions à New York et à Boston vont rassembler des membres de l'institut Orange qui viennent de secteurs variés avec des leaders d'opinion d'organisations et d'institutions aussi célèbres que le MIT média lab, the Harvard Innovation Lab, The New York Times Research and Development Department, la start up Foursquare, the United Nations Global Pulse initiative, ainsi que des représentants de startup locales de sociétés de capital risque et des du département du développement économique de la Ville de New York.

Les échanges de travaux sont conçus pour permettre aux participants d'adopter une approche multidisciplinaire afin d'explorer des thèmes aussi variés que la "consumérisation de l'informatique", les changements dans les modes de consommation des média, les mouvements autour du" Quantified Self"et l'importance croissante des robots et des assistants personnels s'appuyant sur l'intelligence artificielle ainsi que la visualisation des données.

Les conférenciers membres de l'institut Orange viennent des premiers rangs de champs critiques comme l'analytique prédictif, l'architecture, le design, la médecine avec des représentants de sociétés aussi intéressantes et diverses que Google et le Real de Madrid, par exemple.

« Les membres et participants viennent de différentes entreprises et organisations du monde entier et elles sont toutes intéressées à découvrir cet avenir ensemble », a indiqué Georges Nahon, le président de l'institut Orange. « Le fait que nos membres reviennent régulièrement à nos sessions et nos séminaires montre que notre approche non linéaire du modèle des conférences est plus utile que l'approche statique utilisée par des "thinktank". En effet, l'objectif des sessions de l'institut Orange est d'apprendre de façon dynamique, dans un monde non linéaire en transformation rapide et continuelle. .

Cela mobilise chez les participants un altruisme pragmatique et une forte propension à partager. Ce que les réseaux catalysent »."


Le programme détaillé de la session de Boston et de New York disponible ici: http://bitly.com/R9XcKc

Par le Lundi 15 Octobre 2012 | 0 commentaire

Lire HBR (Harvard Business Review) est toujours instructif, et entretient votre niveau d'anglais. Mais le numéro d'octobre 2012 a particulièrement attiré mon attention et je vous le recommande chaudement.


Ne manquez pas le numéro d’octobre de Harvard Business Review
L'équipe de HBR n'a pas tenté un coup marketing, mais titre sobrement "Prenez le contrôle de vos données volumineuses". La présence d'un dompteur et de son fouet soulignent cependant que la tâche peut être dangereuse et qu'apprivoiser ses big data pourrait se révéler long.

Bien sur vous pouvez passer directement à la page 59 et vous plonger dans les 24 pages du dossier consacré au Big Data. Mais gardez un peu de temps tout de même pour les autres articles de ce magazine; Ils en valent plus que la peine.
Une partie du contenu est accessible sur le site www.hbr.org, mais ce seul numéro justifie un abonnement annuel. Pour les parisiens, vous pouvez trouver HBR chez WHSmith et certainement ailleurs.

Est-ce que quelqu'un aurait osé dire, il y a 5 ans, qu'il allait avoir besoin d'une infrastructure Big Data ? Nous n’exprimions jamais ce besoin là. Mais nous avons continué à générer et à stocker de très gros volumes de données, sans avoir véritablement conscience des conséquences. La chute du prix du stockage des données numériques nous a conduit à conserver des données… au cas où… elles prendraient un jour de la valeur. Aujourd'hui nous avons des téraoctets de données disponibles, sans que nous sachions vraiment comment les transformer en informations et en connaissance, et sans que nous souhaitions prendre le risque de les détruire, persuadés qu'ils ont une valeur.

"J'ai perçu qu'il y avait un vif intérêt pour le Big Data, mais aussi un manque de clarté sur le sujet. Qu'est-ce qui différencie les big data des autres types de données et comment les entreprises peuvent-elles en tirer profit ? J'ai aussi appris que de nombreux sceptiques se demandent si certaines des sociétés qui vendent des "solutions" big data ne tentent pas simplement de profiter de la mode. (Quelqu'un se rappelle du "bug" de l'an 2000 ?)… Nous avons besoin de clarifier les choses. Principal apport de ce dossier : oui, il y a un phénomène de mode. Mais les entreprises qui mettent en place des analyses sophistiquées des flux de données disponibles peuvent mettre à jour des gains réels", explique Adi Ignatius, rédacteur en chef de Harvard Business Review. "Les big data sont bien là. L'astuce est de trouver comment les exploiter dans votre entreprise".

Le premier article du dossier est écrit par Andrew McAfee. Il faut se rendre à l'évidence, "Vous ne pouvez pas gérer ce que vous n'avez pas mesuré". Mais la mesure de tout ce qui entoure notre environnement professionnel engendre une évolution de la culture de la prise de décision en entreprise. Plus de données, cela signifie plus de personnes impliquées dans la prise de décisions. Il faut créer de nouvelles fonctions, de nouveaux rôles, où chacun est responsable d'un domaine précis et dispose d'une autonomie de décision dans ce domaine. Mais sans occulter le besoin de contrôle et de limites à fixer.

Le deuxième article est signé par Tom Davenport, une des stars de la BI. Il nous parle du métier le plus sexy du XXIème siècle, celui de "data scientist". Sexy et bien payé d'ailleurs ! Mais plus ouvert aux jeunes qu'aux professionnels expérimentés reconvertis. Une étude menée par EMC en 2011 avait montré que seuls 17 % des "data scientists" seront des professionnels de l'informatique décisionnelle qui auraient fait évoluer leurs compétences.

Le troisième article du dossier est signé de Dominic Barton, de McKinsey.

Si le Big Data vous intéresse, si vous voulez mieux en comprendre les enjeux stratégiques, vous devez acheter et lire ce numéro ! Tout de suite !

Par le Lundi 8 Octobre 2012 | 0 commentaire
Le Congrès Big Data Paris 2013 est annoncé
Pas de programme détaillé ni d'intervenants, c'est encore beaucoup trop tôt, mais les dates de la 2ème édition du Congrès Big Data Paris sont annoncées, pour les 3 et 4 avril prochain au CNIT de Paris La Défense. L'organisateur, Corp Events, confirme l'abandon de la cité universitaire que beaucoup de participants avaient critiqué, pour l'éloignement des centres de décision et l'inadéquation des lieux.
Le congrès reste payant, 790 euros HT pour les deux jours, mais si vous connaissez un des futurs sponsors, il y a de grandes chances que vous puissiez lui réclamer une invitation gratuite.
Dans le programme préliminaire (sans intervenants), tous les thèmes semblent abordés, et la conférence débuterait pas la question principale concernant le big data : passer du concept à la réalisation.
On sera attentif d'une part aux témoignages utilisateurs français présentés, mais également à la réalité du "big data" des projets mis en avant. Je vois tous les jours des conférences dont le titre allèche avec du "big data" et qui collectionnent en réalité de simples projets BI.
Pour l'organisateur, l'enjeu de cette seconde édition sera bien de passer du concept à la réalité.

Le pré-programme est consultable sur : http://www.bigdataparis.com/2013-fr-programme.php

Par le Mardi 2 Octobre 2012 | 0 commentaire

> A LIRE EN CE MOMENT SUR DECIDEO
Partager ce site



Profil
Je suis journaliste, formateur et auteur, spécialiste de l'informatique décisionnelle. Passionné par l'évolution de ce domaine vers le "Big Data", également appelé "Données Volumineuses", j'ai décidé d'écrire un livre en français sur le sujet, peut-être le premier. Etudes de cas, panorama des outils, vision des experts... et les coulisses de la production du livre, que je vous propose de découvrir au fil de ces billets.

Philippe NIEUWBOURG



   
     
Rss
Facebook
Twitter
Mobile
LinkedIn