Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Histoire et Big Data : enquête, glorification, commérage, prédiction du futur…


Rédigé par le 10 Janvier 2021

« Le passé s'est produit, mais l'histoire n'est que ce que quelqu'un a écrit », A. Whitney Brown.
« L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on s’est mis d’accord », Napoléon



Histoire et Big Data : enquête, glorification, commérage, prédiction du futur…
Le père de l’Histoire est Hérodote (480-425) qui en écrivant son enquête (en grec, historiâ) sur les guerres médiques a créé la discipline avec son approche neutre et la plus exhaustive possible, ce qui changeait d'anciennes pratiques qui consistaient à écrire des annales visant à glorifier des rois ou des peuples. Malgré les bonnes volontés, l’histoire restait souvent subjective, car comme la dit Nietzche « il n’y a pas de faits, seulement des interprétations ».

Cependant, sans pouvoir complètement échapper aux biais cognitifs, aux interprétations, aux commérages à la Saint Simon, le développement d’approches multidisciplinaires permet de faire d’incomparables progrès en matière de neutralité et d’exhaustivité, grâce aux méthodes de datation, à l’archéologie (archéodémographie, ethnoarchéologie, bioarchéologie, archéologie des techniques, archéologie du bâti, archéologie maritime), aux nouvelles perceptions (lidar, drone …), à la génétique …

Aujourd’hui, histoire rime avec Big Data et la variété des informations analysées est considérable. Cependant, il n’y a là rien d’étonnant, si l’on prend en compte la multitude des sujets couverts par les historiens : politique (type de gouvernement, vie des meneurs, armée, lois, éducation …), social (religion, art, écrits, architecture, hiérarchie, populations, interactions entre peuples …), économique (agriculture, monnaie, commerce, industries/artisanats, techniques …), environnement (géographie, climat, animaux, plantes, maladies …) …

Pourquoi étudions-nous l’histoire ? « La valeur de l'histoire est qu'elle nous enseigne ce que l'homme a fait et donc ce qu'est l'homme » R. G. Collingwood. L'histoire nous aide à comprendre les gens et les sociétés et en savoir plus sur les gens du passé, nous aide à comprendre les gens du présent, sachant que tout ce qui se passe aujourd'hui est influencé par le passé. L’histoire nous aide à voir comment les différences culturelles historiques peuvent avoir un impact sur les solutions modernes. Nous pensons aussi pouvoir apprendre des erreurs du passé afin de ne plus les commettre. L'histoire nous donne une identité. L'histoire dit qui nous étions, qui nous sommes et qui nous serons.

L’histoire nous permet donc d’apprendre de l'expérience des autres sans payer le prix que cela leur a coûté, de comprendre, vivre et exister dans notre monde actuel, d'apprendre la vérité du passé qui s'applique toujours à notre monde actuel (par exemples, les raisons pour lesquelles l'Empire romain est tombé et comment éviter que cela n'arrive à notre propre nation), d’éviter les erreurs des anciens et de profiter de leurs bonnes idées, d’apprendre de nos propres erreurs passées, de louer les actes dignes du passé et de garder les hommes de faire le mal de crainte de savoir comment ils seront vus par l'histoire.

L’histoire permet aussi de voyager vers un autre lieu, une autre époque en décrivant les gens du passé, leur temps et leur pays. Nous pouvons approcher les grands hommes héroïques du passé et voir quelles lois aident à préserver un pays, ce qui peut nous aider à faire des lois, à garder nos principes vivants en maintenant des pensées vivantes (liberté, honneur, confiance, loyauté, respect, dévouement, équité, altruisme, pardon …), de juger ce qui peut être fait par ce qui a été fait, pour aider (dans une certaine mesure) à prédire l'avenir. Enfin, l’histoire, en plus d’être la mère de la vérité, est distrayante !

L’histoire est divertissante et les voyages dans le temps procurent bien des surprises, par exemple il est intéressant de voir comment au fil du temps les anciens ont rendu leur vie plus confortable : en 2000 av. J.-C. les constructeurs sumériens développent des canaux pour alimenter leur culture, en 1800 av. J.-C. Hammarubi développe le premier code du bâtiment à Babylone, en 700 av. J.-C. les Assyriens développent le premier approvisionnement public en eau (45 kilomètres de canaux pour alimenter Ninive), en 200 av. J.-C. l'approvisionnement en eau de Pergame comprend un réservoir surélevé permettant d’avoir une pression de ligne supérieure à 300psi.




Commentaires

1.Posté par BABE le 11/01/2021 15:17
ChroniquesBI.blogspot.com est en phase avec les propos de Michel Bruley.
L'histoire divertit, l'histoire fait voyager dans le temps, l'histoire permet de témoigner sur les comportements d'une époque.
Mais les données historiques sont volatiles et éphémères, surtout à l'heure actuelle, malgré les apparences : certaines vidéos des années 2000 sur la BI ne sont déjà plus disponibles sur le Net.
Presque plus des traces vidéo, photo, audio du Forum EIS qui a marqué la BI des années 90. (Si vous possédez des photos de l'époque, je suis très intéressé, écrivez moi !)
Il y a urgence ! Les Chroniques BI vous invite à voyager dans le temps dans le monde passionnant de la BI de 1983 à 2035 !

Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.