Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


AREVA TD optimise sa politique d'achats mondiale avec les solutions Business Objects


Rédigé par Business Objects le 5 Janvier 2006

Un libre-service décisionnel permet d'analyser les données Achats pour optimiser la gestion de 10 000 fournisseurs et dégager d'importantes économies



Areva T&D a choisi les technologies de Business Objects (Nasdaq : BOBJ ; Euronext Paris ISIN code : FR0004026250 - BOB) afin d'améliorer la visibilité sur ses achats qui représentent 55% de son chiffre d'affaires, optimiser la relation fournisseurs et sa politique d'achats sur une centaine de sites industriels.

Confronté aux pressions concurrentielles, Areva T&D a défini en 2004 un plan stratégique à 3 ans, incluant la réduction de l'ensemble de ses coûts, et notamment les achats. C'est dans ce cadre que la Direction a décidé de lancer le projet SM2 ("Sourcing Management System & Metrics"). A partir d'un entrepôt de données Achats mondial, principalement alimenté par SAP, ainsi que de nombreux autres systèmes hétérogènes, BusinessObjects et Web Intelligence offrent une vision détaillée et globale sur toutes les catégories d'articles commandés auprès de plus de 10 000 fournisseurs référencés.

Ex-Alstom, Areva T&D s'est construite par acquisitions successives dans les années 80-90 (GEC, CEM, AEG...). Il en résulte une grande hétérogénéité dans les systèmes d'information : SAP, Baan, ProdStar, Brain, KBM... La première étape fut donc de construire un data warehouse (Oracle sur serveur
AIX) Achats mondial, l'objectif étant de couvrir 80% des achats sur les 12 mois suivants. 35% des données provenant de SAP, l'option BW a été envisagée puis laissée au profit des solutions Business Objects, standard du groupe depuis 2002.

« Nous avons mené des études comparatives avec les solutions Business Objects et BW et l'approche data warehouse central avec un accès Web via Web Intelligence a retenu toutes nos préférences : l'interface Excel de BW nous est apparue très limitée en terme de reporting. En revanche, la notion d'univers chez Business Objects était particulièrement pertinente dans l'environnement Areva T&D car nous voulions donner à nos utilisateurs toute autonomie pour analyser leurs données et faire des requêtes spécifiques.
Enfin, les technologies Business Objects, c'est le choix de l'ouverture, essentielle puisque 65 % de nos données sont hors SAP », a déclaré Jean-Pierre Samilo, Business Intelligence Manager, Areva T&D.

Pour développer ses univers, interfaces et premiers rapports, Areva T&D a fait appel à Unilog. Les équipes Consulting de Business Objects, quant à elles, ont validé l'architecture du data warehouse mondial.

Le projet s'est accompagné de la création de nouveaux postes, notamment une vingtaine de Key Commodity Managers et de Product Line Sourcing Managers.
Avec les solutions Business Objects, les acheteurs ont désormais une visibilité complète sur les achats des sites et peuvent ainsi en optimiser la gestion. « Quels sont nos fournisseurs dans les différentes zones ?
Quels volumes d'achats effectuons-nous avec eux ? Quel pourcentage du chiffre d'affaires représentent-ils ?... Nous pouvons maintenant répondre rapidement à toutes les questions relatives à nos achats. Les réponses permettent d'établir des revues de portefeuille d'achats, de maîtriser le nombre de fournisseurs, de négocier des accords cadres... Nous suivons aussi le respect des délais de livraison constatés/prévus... Enfin nous validons nos hypothèses quant aux plans stratégiques pour développer nos achats dans les LCC (Low Cost Countries) » précise Jean-Pierre Samilo.

Aujourd'hui, le déploiement du projet est effectif sur 98 sites. Désormais, l'essentiel du management du projet porte sur l'amélioration drastique des données opérationnelles et des processus transactionnels. « L'outil de Business Intelligence adopté fournit un remarquable outil d'audit et de monitoring de ce processus d'amélioration, générateur de gains supplémentaires. Avec Business Objects, nous disposons de l'outil indispensable pour agir là où résident les plus gros gisements d'économies potentielles », a souligné Jean-Pierre Samilo. Parallèlement, l'équipe décisionnelle travaille sur de nouveaux univers : données de ventes, SAV, Finance... Elle démarre également un projet de reporting sur les commandes clients, à la demande du marketing USA/Canada.