Decideo.fr
Twitter
Rss
App Store

Decideo.fr


Communauté francophone des utilisateurs de données : Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining...


 
En bref
Umanis convaincu que le Big Data est une affaire d’hommes, pas de femmes
Nos boites email sont envahies ces derniers jours de communiqués provenant de chaque exposant, intervenant au Congrès Big Data de Paris; communiqués sans grande valeur ajoutée qui pousse le numéro de stand, un atelier, où la présence d’un obscur CTO qui aurait fait le déplacement depuis l’autre côté de l’Atlantique.
Parmi ces communiqués, tous sur le même modèle, un se détache du lot, celui de Umanis… et ils ont clairement perdu une occasion de se taire.

Car Umanis communique sur le fantastique concours qu’ils organisent à l’occasion du salon; et qui permettra à l’heureux élu de gagner un chèque cadeau de 1000 euros chez Chanel. Waooo ! Super !

Mais le positionnement de Umanis ne laisse aucun doute sur la perception de son marché par l’intégrateur. Les femmes ne sont pas concernées par le Big Data, ne visitent pas le Congrès Big Data, et sont juste bonnes à recevoir les cadeaux Chanel achetés par leur mari : “Lors de ce salon à dominance masculine, un jeu avec tirage au sort permettra de faire gagner un bon d’achat de 1000 euros à dépenser chez Chanel, histoire de faire un plaisir aux femmes des visiteurs”, peut-on lire dans le communiqué.

On se croirait revenu dans les années 80 où les stands des salons informatiques étaient animés par les hôtesses peu vêtues. C’est encore le cas sur le salon de l’auto et le salon du jeu vidéo, mais le monde professionnel avait, me semble-t-il, un peu évolué. Apparemment pas chez Umanis, qui pense n’attirer sur son stand que des hommes, qui chercheront à gagner le chèque Chanel pour faire plaisir à leurs femmes futiles. Je pense que les employées et les clientes de Umanis apprécieront...

Vendredi 6 Mars 2015 | Commentaires (6)

"Delays of longer than one second will seem intrusive on the continuity of thought", Robert B. Miller


Kode, "The response time company", annonce la disponibilité prochaine de Vivamens, un Accélérateur de Requête qualifié par l’éditeur de “révolutionnaire”. Ce logiciel, qui s'intercale entre votre outil de Business Intelligence et les bases de données, diviserait en moyenne par cinquante les temps de réponse des requêtes SQL tout en réduisant la charge du serveur; et ce facteur augmenterait encore avec la taille de la base de données et la complexité des requêtes.
Bruno Saint-Cast, qui vient d’être nommé directeur général de Kode Software, propose aux utilisateurs pour lesquels les temps de réponse sont un enjeu, une petite enquête en ligne qui vous permettra de recevoir un copie gratuite et illimitée de Vivamens. Et “elle est aussi facile à installer et utiliser qu'un jeu vidéo”, précise-t-il !

Lien vers l’enquête :
https://fr.surveymonkey.com/s/SelfserviceBISurvey

Tags : kode software
Mardi 17 Février 2015 | Commentaires (0)
Avec le rachat de l’offre Nprinting de Vizubi, Qlik propose à ses clients d’automatiser certaines tâches de production et de diffusion de rapports, aux formats Microsoft Office, PDF et HTML. Une manière de reconnaître que malgré les avancées du “Business Discovery”, il reste encore beaucoup d’application traditionnelles de reporting chez les clients de Qlik. En tous cas suffisamment pour intégrer à son catalogue l’offre de ce partenaire datant de 2013. Les détails et le prix de la transaction n’ont pas été dévoilés.

Tags : qlik vizubi
Mardi 17 Février 2015 | Commentaires (0)
La version 5.7 de Sisense est annoncée aujourd’hui avec quelques nouveautés. Ce n’est cependant pas une version majeure.

A noter :
- Amélioration de l’export des analyses au format PDF
- Connecteurs Splunk et MongoDB
- Nouvelles visualisations : Treemap et cartes de chaleur sur des séries temporelles

Tags : sisense
Jeudi 22 Janvier 2015 | Commentaires (0)
Oracle a racheté pour un montant non dévoilé la société Datalogix, et a annoncé la transaction le 22 décembre. Datalogix met en relation les consommateurs naviguant sur Internet et les grands annonceurs, afin d’optimiser les campagnes publicitaires de ces derniers. Datalogix compte 650 clients dont de grandes marques comme Ford et Kraft, et de grandes plates-formes comme Twitter et Facebook. Oracle intégrera les solutions de Datalogix dans son offre Cloud.

Tags : datalogix oracle
Samedi 17 Janvier 2015 | Commentaires (0)
Bruno Saint-Cast
Bruno Saint-Cast
Bruno Saint-Cast rejoint KoDe Software pour conseiller le fondateur Gaston Fong, dans le développement commercial de son produit Vivamens. Il prend également la responsabilité des ventes et du marketing.

Bruno Saint-Cast avait lancé en France Brio Technology, Salesforce.com puis Tableau Software. Plus récemment il a travaillé pour Panopticon Software, et Pyramid Analytics.
Rien n'est plus important que la liberté d'expression
Pour Decideo et pour moi, la liberté d'expression fait partie des valeurs les plus fondamentales de la société. Liberté de penser, de dire, d'écrire, de dessiner, de débattre, de s'exprimer, d'être d'accord ou de ne pas l'être.
A notre tout petit niveau, nous nous associons à la douleur des familles et des proches de ceux qui ont été lâchement assassinés aujourd'hui. Et à l'image des milliers de personnes qui sont descendues dans les rues, nous brandissons notre crayon électronique, en associant le logo de Decideo et celui de Charlie Hebdo.
Merci d'avoir été impertinents et irresponsables ! Nous ne vous oublierons pas.

Mercredi 7 Janvier 2015 | Commentaires (0)

A l'occasion de la conférence LeWeb, au mois de décembre dernier, le géant de l'internet en Russie, Yandex, a annoncé son arrivée dans l'analyse de données et la monétisation du "machine learning" au travers d'une offre Yandex Data Factory.


"Il y a quelques années, nous avons vu que les données étaient accumulées non seulement sur Internet, mais dans presque toutes les industries, de la finance aux télécoms en passant par les smart cities et l’agriculture. Nous pensons pouvoir appliquer nos algorithmes, basés sur le machine learning, pour faire des outils business pratiques à partir de ces grands volumes de données que les entreprises possèdent. Les objectifs sont tout ce qu’il y a de plus concrets : augmenter les ventes, réduire les coûts, optimiser les processus, éviter les pertes, prédire la demande, développer de nouvelles méthodes ou améliorer les existantes pour cibler un public", explique Vladimir Isaev, en charge des relations presse de Yandex. Et Yandex ne compte pas se limiter à la Russie, mais profiter de Yandex Data Factory pour se développer à l'international.

Retrouvez l'article complet de Mathias Virilli, France Télévisions, sur le blog Méta-Media : http://meta-media.fr/2014/12/23/yandex-geant-russe-de-la-recherche-web-se-lance-dans-le-big-data-interview.html

Dans une interview accordée il y a quelques jours à L'Express, Daphne Koller, co-fondatrice de Coursera, a abordé le sujet de l'analyse des données et indirectement du Big Data dans le domaine de l'éducation.


Demain, les plates-formes d'enseignement en ligne vendront-elles vos données d'apprentissage à des recruteurs pour qu'ils vérifient comment vous avez appris ? Non, répond clairement Coursera, mais...

Voici un court extrait de son interview :

Question : Lorsqu'une personne suit un Mooc, vous pouvez collecter des données sur sa façon d'apprendre -tendance à procrastiner, rapidité ou lenteur pour réaliser un exercice, etc. Peut-on imaginer que vous vendiez un jour ces données à des employeurs?


Réponse : Nous ne vendrons pas aux entreprises les données relatives à la façon dont nos étudiants se comportent en ligne. Notre politique de confidentialité est très stricte sur cette question. Ce que nous avons tenté de faire, voilà un an et demi, c'est d'aider des employeurs à repérer des talents en leur transmettant certaines données. Mais cela ne s'envisage qu'avec un accord préalable et explicite de nos étudiants. Coursera peut-il, à l'avenir, faciliter le lien étudiants- employeurs ? Pourquoi pas ? Mais vendre des données relatives à la façon dont vous apprenez en ligne, non.


Retrouvez l'interview complète sur http://www.lexpress.fr/emploi/formation/avec-les-moocs-la-formation-tout-au-long-de-la-vie-va-exploser_1631039.html

Mais cela ne veut pas dire que les données collectées par Coursera et ses concurrents n'aient pas de valeur. Elle se situe peut-être plutôt du côté de l'apprentissage. Pour un enseignant, rien ne serait plus enrichissant que de comprendre comment ses élèves (clients) apprennent. Connaître les parties difficiles de son cours, celles où l'étudiant doit se reprendre plusieurs fois pour comprendre, celles où les notes sont moins bonnes alors que le temps passé est plus important. Actuellement face à une classe de plusieurs dizaines d'élèves, l'enseignant dispose de peu d'informations : les regards, les questions et les résultats des examens. Mais ce qui se passe réellement entre l'étudiant et son apprentissage reste inconnu. L'analyse des données collectées par les MOOC permettrait aux enseignants de s'améliorer. Mais comment monétiser ces analyses ? On imagine mal les enseignants payer de leur poche...

Par ailleurs la phrase "repérer les talents en leur transmettant certaines données" est très ambiguë et peut être diversement interprétée. Cela pourrait signifier que Coursera aide par exemple à identifier les meilleurs élèves, les plus assidus, ceux qui ont suivi certains cours, etc... A ma connaissance, les universités "traditionnelles" ne proposent pas, encore, ce type de service.
Avec la croissance des MOOC, le monde de l'éducation découvre aussi les facettes du big data.

Lundi 15 Décembre 2014 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 50





















Photos
 






France
Canada Espanol



Google+

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon.