Decideo.fr
Twitter
Rss
App Store

Decideo.fr


Communauté francophone des utilisateurs de données : Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining...


 
En bref

Dans une interview accordée il y a quelques jours à L'Express, Daphne Koller, co-fondatrice de Coursera, a abordé le sujet de l'analyse des données et indirectement du Big Data dans le domaine de l'éducation.


Demain, les plates-formes d'enseignement en ligne vendront-elles vos données d'apprentissage à des recruteurs pour qu'ils vérifient comment vous avez appris ? Non, répond clairement Coursera, mais...

Voici un court extrait de son interview :

Question : Lorsqu'une personne suit un Mooc, vous pouvez collecter des données sur sa façon d'apprendre -tendance à procrastiner, rapidité ou lenteur pour réaliser un exercice, etc. Peut-on imaginer que vous vendiez un jour ces données à des employeurs?


Réponse : Nous ne vendrons pas aux entreprises les données relatives à la façon dont nos étudiants se comportent en ligne. Notre politique de confidentialité est très stricte sur cette question. Ce que nous avons tenté de faire, voilà un an et demi, c'est d'aider des employeurs à repérer des talents en leur transmettant certaines données. Mais cela ne s'envisage qu'avec un accord préalable et explicite de nos étudiants. Coursera peut-il, à l'avenir, faciliter le lien étudiants- employeurs ? Pourquoi pas ? Mais vendre des données relatives à la façon dont vous apprenez en ligne, non.


Retrouvez l'interview complète sur http://www.lexpress.fr/emploi/formation/avec-les-moocs-la-formation-tout-au-long-de-la-vie-va-exploser_1631039.html

Mais cela ne veut pas dire que les données collectées par Coursera et ses concurrents n'aient pas de valeur. Elle se situe peut-être plutôt du côté de l'apprentissage. Pour un enseignant, rien ne serait plus enrichissant que de comprendre comment ses élèves (clients) apprennent. Connaître les parties difficiles de son cours, celles où l'étudiant doit se reprendre plusieurs fois pour comprendre, celles où les notes sont moins bonnes alors que le temps passé est plus important. Actuellement face à une classe de plusieurs dizaines d'élèves, l'enseignant dispose de peu d'informations : les regards, les questions et les résultats des examens. Mais ce qui se passe réellement entre l'étudiant et son apprentissage reste inconnu. L'analyse des données collectées par les MOOC permettrait aux enseignants de s'améliorer. Mais comment monétiser ces analyses ? On imagine mal les enseignants payer de leur poche...

Par ailleurs la phrase "repérer les talents en leur transmettant certaines données" est très ambiguë et peut être diversement interprétée. Cela pourrait signifier que Coursera aide par exemple à identifier les meilleurs élèves, les plus assidus, ceux qui ont suivi certains cours, etc... A ma connaissance, les universités "traditionnelles" ne proposent pas, encore, ce type de service.
Avec la croissance des MOOC, le monde de l'éducation découvre aussi les facettes du big data.

Lundi 15 Décembre 2014 | Commentaires (0)
Une étude mathématique très sérieuse pour lutter contre le phénomène hipster
Au Collège de France, on travaille de manière extrêmement sérieuse, mais parfois sur des sujets bien légers. Vous connaissez tous le phénomène hipster. Il s’agit d’individus qui tentent “de se démarquer du reste de la société par des marqueurs culturels (musiques, opinions, usages quotidiens, lieux culturels...), vestimentaires (marques de vêtement spécifiques...) et physiques (port de la barbe pour les hommes, tatouages....)”. Mais vous l’aurez constaté comme moi, rien ne ressemble plus à un hipster qu’un autre hipster. Et leur volonté de se démarquer, les conduit donc à être tous identiques…

Au Collège de France donc, le mathématicien et neuroscientifique Jonathan Touboul, a démontré dans sa dernière étude, que ce désir permanent de se démarquer conduit finalement les hipsters à tous se ressembler. Mathématiques et statistiques sont au menu de cette étude pointue que vous pouvez télécharger. Accrochez-vous tout de même car la théorie du chaos n’est pas à la portée d’un mathématicien débutant. Pour un version courte et simplifiée, en français, vous pouvez plutôt lire l’article de Thomas Messias sur Slate.fr qui vous donnera l’impression d’avoir compris le sujet. Le plus intéressant est l’extrapolation du phénomène à d’autres domaines. “Ce modèle mathématique complexe, Jonathan Touboul propose de le transposer au monde de la finance, arguant qu’un bon trader est un trader qui anticipe à la vitesse de la lumière, tandis que ses congénères plus lents prennent tous la même décision géniale au même moment, ce qui a pour effet de désamorcer les résultats de leur démarche.”, explique Thomas Messias.
L’accord ne serait pas encore signé, mais les deux sociétés de prestations de services Lincoln et Alten seraient en discussion autour d’un projet de rapprochement. L’objectif serait de parvenir à un accord d’ici le début de l’année 2015. “Il y a de part et d'autre une forte volonté d'aboutir autour d'un objectif commun : développer les synergies (commercial, recrutement...) qui permettront à Lincoln d'accélérer sa croissance et de devenir un leader dans le domaine de la business intelligence”, explique Benoit Barral, PDG de Lincoln. Mais il reconnait également que plusieurs points restent en suspens et que l’opération n’est pas bouclée.

Mardi 28 Octobre 2014 | Commentaires (0)

L’information a été confirmée par Tim Cook lors de la conférence de présentation des derniers résultats financiers : les premiers produits issus de l’alliance IBM - Apple devraient être annoncés en novembre.


Ginni Rometty, CEO de IBM, et Tim Cook, CEO de Apple
Ginni Rometty, CEO de IBM, et Tim Cook, CEO de Apple
Aucune information précise n’a été dévoilée, mais on sait qu’il s’agira de logiciels développés du côté de IBM, qui devraient fonctionner de manière plus étroite avec certains produits Apple. Il se dit également que les secteurs concernés par ces produits seraient la banque, l’assurance, le secteur public, la distribution, le voyage et les télécommunications. Une liste de secteurs qui fait clairement penser à de l’analyse de données. Ces mêmes secteurs sont les plus grands consommateurs de solutions décisionnelles.

Ce partenariat, signé en juillet dernier, a rebattu les cartes du secteur informatique professionnel. La bataille se joue entre SAP, IBM, Microsoft, Oracle, et maintenant Apple et les alliances pourraient avoir un impact important. Apple n’a jamais vraiment aimé le marché professionnel, mais l’accord signé avec IBM pourrait changer la donne.

Alors que nous préparent Apple et IBM ? Si l’on peut se lancer dans les prédictions, je parierai sur un couplage entre IBM Watson en cloud et l’iPad. Un outil d’analyse prédictive / Big Data, basé sur la dernière version de Watson dont l’ergonomie est très réussie, et qui se marierait parfaitement avec l’iPad Air 2 que je vais me commander, ou même avec la tablette iPad Pro de 12” que Apple serait en train de développer.

Autre possibilité, mais beaucoup moins excitante, une suite de logiciels d’administration pour aider les entreprises à gérer leurs flottes d’iPad et d’iPhones et les applications spécifiques développées en interne.

Alors IBM Watson for iPad… ou pas ? Et si je me trompe dans ma prédiction, cela resterait une bonne idée :-)

Tags : apple ibm watson
Lundi 27 Octobre 2014 | Commentaires (0)

Certaines entreprises sont mieux équipées que d'autres. Mais si vous voulez piloter l'activité d'une grande marque sur les médias sociaux, vous devrez peut-être suivre leur exemple, et vous équiper d'une salle de supervision.


Les War Rooms de pilotage des médias sociaux
Thomas Coëffé pour Le Blog du Modérateur, a compilé les photos d'une vingtaine de salles de commande, pour la plupart dédiées aux médias sociaux, dans de grandes entreprises internationales. On y retrouve les salles de Dell, Gatorade, Nestlé, KLM, Salesforce, Wells Fargo, Capgemini... A lire sur : http://www.blogdumoderateur.com/social-war-rooms-community-managers/
A découvrir pour vous donner des idées d'implantation. A quand un architecture d'intérieur spécialisé dans la conception de salles de décision ?
Il y a presque deux ans, Edward Snowden commençait ses approches sécurisées auprès de journalistes américains. A l’époque, le prénom “Edward” faisait principalement référence dans Google à deux acteurs américains, Edward Norton et Edward Furlong. Aujourd’hui le nom de famille Snowden est associé en tête de liste à cette recherche. Et c’est un véritable roman policier, ou plutôt un documentaire policier, qui a donné corps aux révélations bousculant la confiance des citoyens envers leurs gouvernements (s’ils en avaient encore une) et envers les grands fournisseurs de technologies (Google, Apple, Microsoft, Yahoo, Cisco, et les autres). Le Big Data est devenu réalité à l’occasion de ces révélations, et s’est invité dans les foyers et sur les plateaux de télévision.
Laura Poitras, journaliste américaine, a été la première à initier le contact de manière cryptée avec celui qui se révélera être Edward Snowden par la suite. Le film Citizenfour, retrace cette traque et les dessous des premières prises de contact. Le grand public apprendra qui est Edward Snowden plus tard, quand il fuira Hong-Kong, sera annoncé en Equateur, puis finalement obtiendra l’asile en Russie, où il se trouve toujours.
Citizenfour, réalisé par Laura Poitras, dévoile les débuts de cette histoire, celle que vous ne connaissez pas encore. Pour Edward Snowden, cette exposition médiatique est certainement la meilleure assurance vie. Dans ce monde d’espionnage et de secrets, personne n’imaginerait qu’il lui arrive aujourd’hui un “accident”.
Et si l’on doit remettre un jour un Grand Prix du Big Data, il pourrait porter le nom de Prix Edward Snowden. Bien qu’il s’agisse d’une facette les plus noires des données volumineuses, ce sont bien ces révélations qui ont conduit à une prise de conscience. Pour certains Edward Snowden est un traître, pour d'autres un héros; l'ingrédient idéal pour un film !

Découvrez ci-dessus la bande annonce de Citizenfour qui sortira aux États-Unis le 24 octobre et sera projeté ce vendredi en avant-première au New York Film Festival.
C'est un documentaire, une pièce du puzzle utile pour comprendre ces deux dernières années. Les films de fiction viendront par la suite. On peut compter sur Hollywood pour s'emparer du sujet.

Mardi 14 Octobre 2014 | Commentaires (0)

Les rumeurs de rachat de TIBCO par un autre grand éditeur de logiciels revenaient régulièrement. Le plus souvent cité parmi les acquéreurs potentiels : SAP. Mais c’est avec surprise le rachat de TIBCO par un investisseur qui a été [annoncé aujourd’hui]urlblank : http://www.marketwired.com/press-release/-1951331.htm. Une transaction de 4,3 milliards de dollars, qui n’est sans doute qu’une étape.


Avec les rachats de Spotfire, et cette année de Jaspersoft, TIBCO Software est devenu un des fournisseurs du marché du décisionnel. Son avenir était donc régulièrement l’objet de rumeurs. La surprise est dans l’identité de l’acquéreur. Vista Equity Partners est un groupe financier, qui détient plus de 13 milliards de dollars d’actifs, et qui au cours des trois dernières années, a déjà retiré de la cotation en bourse cinq entreprises. Avec une prime de 26,3 % sur le cours de clôture au 23 septembre, juste avant que les rumeurs de rachat ne se précisent, les actionnaires semblent correctement traités.
Le plus étonnant est finalement la taille de ce rachat pour Vista Equity Partners. On ne retrouve en effet dans la liste de ses investissements aucun très grand nom du logiciel : [http://www.vistaequitypartners.com/companies]urlblank : http://www.vistaequitypartners.com/companies

Cela peut laisser à penser que Vista Equity Partners se serait qu’un véhicule intermédiaire, chargé de réorganiser et de « nettoyer » l’entreprise, peut-être d’en revendre certaines divisions, pour préparer la reprise par un autre éditeur de logiciel. La société d’investissement se charge alors, moyennant une confortable plus-value, du travail de réorganisation, pour le compte du futur acquéreur. Mais il ne s’agit que d’une supposition.

Mardi 30 Septembre 2014 | Commentaires (0)
Restons toujours prudents vis à vis des études, qui oublient la plupart du temps de faire leur auto-critique. Nous aurons très certainement oublié en 2018 les prévisions de IDC en 2014, mais cela donne un point de vue. Si vous avez besoin de chiffres pour justifier auprès de votre direction le caractère indispensable de votre investissement en matière de big data, vous pouvez vous appuyer sur la dernière étude IDC, Worldwide Big Data Technology and Services 2014–2018 Forecast.
Vous y découvrirez que ce marché devrait croitre dans les prochaines années de 26,4 % en moyenne par an, pour atteindre les 41,5 milliards de dollars en 2018. Une croissance six fois supérieure à celle du marché des technologies de l’information en général.
Selon Ashish Nadkarni, directeur de recherche et auteur de l’étude, le marché de l’infrastructure big data reste le plus important, et regroupe 48,2 % des investissements en 2014. Même si les Etats-Unis restent en avance dans l’adoption de ces technologies, l’Europe et l’Asie rattraperaient leur retard. La somme des deux régions totalisant 45 % des dépenses en 2014.
L’étude de 29 pages peut être acquise, au prix de 4500 dollars, sur le site IDC : http://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=250458

Vendredi 19 Septembre 2014 | Commentaires (0)
Je n'aime pas les infographies, que je trouve habituellement réductrices et peu informatives. Mais cette infographie, publiée par Scality, regroupe des chiffres intéressants et pour le moins significatifs, sur le rôle du gouvernement américain dans le déploiement du big data.
- National Oceanic & Atmospheric Administration : 100 exabytes de données stockées
- US Department of Energy : 15 petabytes par an
- US Department of Defense : 30 000 drones, qui génèrent 45 Terabytes chacun par jour !

Et en France ? Où en sont les applications de l'administration en matière de collecte, de stockage et de valorisation de leurs données ?

Mardi 16 Septembre 2014 | Commentaires (2)
1 2 3 4 5 » ... 49





















Photos
 






France
Canada Espanol



Google+

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon.