Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Comment Neo4j aide à traiter les données de "Paradise Papers", la plus grosse fuite de données financières de l'histoire


Rédigé par Communiqué de Neo4j le 14 Novembre 2017

Après les Panama Papers, le Consortium International de Journalistes d'Investigation (ICIJ) a de nouveau utilisé Neo4J, la plateforme de graphes native, pour fouiller dans ce qui est considéré comme l'une des plus grosses fuites de données financière connue dans l'Histoire.



Photo by Fidelia Zheng on Unsplash
Photo by Fidelia Zheng on Unsplash
Neo4j, leader du marché des données connectées, annonce que le Consortium International de Journalistes d'Investigation (ICIJ) a utilisé sa technologie afin de faire toute la lumière sur les Paradise Papers, le scandale qui éclabousse l'élite mondiale et de nombreuses personnalités.

A l'appui des révélations de l'ICIJ, ce sont 13,5 millions de documents financiers, provenant notamment d'un cabinet international d'avocats basé aux Bermudes, Appleby. On parle dans cette affaire de l'évasion fiscale de plus de 350 milliards de dollars, qui implique des personnalités telles que 2 membres du gouvernement de Donald Trump, la Reine d'Angleterre, le champion de F1 Lewis Hamilton, le co-fondateur de Microsoft, le fondateur d'eBay, des rockstars comme Bono ou Madonna. Sont également impliquées des entreprises comme Apple, Nike, Uber, ou encore Glencore. Les 1,4 Téraoctets de données qui composent le dossier ont été obtenues par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagées avec l'ICIJ, basé à Washington, qui est un réseau d'équipes d'investigations indépendantes internationales qui collabore avec plus d'une centaine de médias de tous les pays.

La pierre angulaire des nombreux scoops révélés par l'ICIJ, à l'image des Panama Papers n'est autre que Neo4j. C'est en fait cette technologie de base de données de graphes, utilisée avec la plateforme de visualisation Linkurious, qui a été utilisée pour organiser et permettre l'accès à ces données étroitement connectées.

La raison est simple : les bases de données de graphes excellent de deux manières. D'abord par leur capacité à gérer ces données hautement connectées, puis en permettant de répondre à des requêtes très complexes. Au lieu d'utiliser des « tables » comme le font les bases de données relationnelles, les bases de données comme Neo4j s'appuient sur la théorie des graphes et fonctionnent avec des structures spéciales comprenant des nœuds, des relations et des propriétés permettant de définir, d'identifier et de stocker les données. C'est ce qui assure à ces outils de hautes performances en termes d'analyse des relations et d'interconnexion entre les données et qui a simplifié la tâche des journalistes qui ont pu « suivre l'argent » de manière plus aisée que jamais !
à jour le système des activités offshore dans des paradis fiscaux.

Selon Emil Eifrem, co-fondateur et PDG de Neo4j, « Quoi que les « Paradise Papers » dévoilent, une chose est sûre, c'est uniquement avec des outils de classe mondiale comme Neo4j et Linkurious qu'il est possible de permettre une investigation internationale aussi vaste sur des données aussi complexes, comme cela se produit désormais dans notre ère de l'Information ».

« Les bases de données de graphes sont les seules solutions viables lorsqu'il s'agit de donner du sens à des térabits de données connectées entre elles comme nous les produisons de nos jours. Elles sont aussi essentielles pour les agences internationales, les gouvernements, les services financiers et les spécialistes de la sécurité à la recherche de la découverte de la vérité ».




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.