Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


D'après une étude de Cordys, deux tiers des décideurs considèrent que l’informatique ne les aide pas à atteindre leurs objectifs


Rédigé par Communiqué de Cordys le 12 Juin 2012

Une étude menée auprès de dirigeants d'entreprise et responsables informatiques européens révèle un fossé grandissant entre l’informatique et l'entreprise : près d’un quart des dirigeants affirment contourner leur service informatique et adopter des services en mode cloud.

L’étude démontre que :
· Les entreprises sont sous pression pour évoluer avec leurs marchés
· Les entreprises ont la volonté et l'ambition de mettre en œuvre ce changement
· Les services informatiques sont conscients des besoins et des exigences de leur entreprise mais ont pourtant du mal à tenir leurs engagements
· Cette situation provoque des complications supplémentaires



Cordys publie les résultats d'une enquête réalisée auprès d’un panel de 650 dirigeants d'entreprise et responsables informatiques en Europe, dont 31% en France. Pour 72 % des dirigeants interrogés, l’informatique ne facilite pas la réalisation de leurs objectifs stratégiques. Deux tiers des responsables informatiques les rejoignent sur ce point : 67 % indiquent douter que l'entreprise considère l’informatique comme un soutien. Les conclusions sont révélées dans une étude publiée ce jour sous le titre « Improving business operations: The Ambition/Maturity Gap and the need for BPM ».

Parmi leurs principales priorités pour 2012, les dirigeants citent l'augmentation de leurs revenus sur de nouveaux marchés (46 %), la prise en charge du volume croissant des normes et réglementations (41 %) et l'accélération de la mise sur le marché de nouveaux produits et services (41 %). Les dirigeants d'entreprise déclarent à 92 % qu'ils voudraient voir s'améliorer le fonctionnement de leur entreprise afin de stimuler la productivité, avec notamment une meilleure productivité et une plus grande autonomie des salariés (74 %), l'intégration des systèmes d'information (71 %) et la collaboration entre les services de l’entreprise (68 %).

Un support informatique en dessous des attentes

Néanmoins, la plupart des décideurs (65 %) souligne que l’informatique ne les aide pas à faire évoluer les choses comme ils le voudraient. Fait intéressant, la grande majorité des responsables informatiques reconnaît que les systèmes ne sont pas à la hauteur : 80 % d’entre eux indiquent que leur système IT s'avère peu performant dans des domaines tels que la gestion des contacts clients non planifiés (45 %), l'obtention d'une vue unique des besoins de l'entreprise (44 %) et le transfert des données sur les terminaux mobiles (43 %).

Tous les responsables informatiques ont un jour dû procéder à des améliorations au niveau opérationnel. En outre, la majorité (57 %) déclare que la conjoncture économique actuelle appelle à une réalisation plus rapide des projets. La plupart des directeurs et responsables informatiques (92 %) confirment avoir déjà entamé ou prévu des projets destinés à améliorer l'efficacité opérationnelle et priorisent l'intégration des systèmes d'information (74 %), l'accès aux informations essentielles pour la prise de décision (72 %) et la productivité des employés (71 %).

L'étude montre que l'échec des systèmes IT à apporter des solutions s'explique par des raisons organisationnelles aussi bien que techniques :
le non-respect des délais des projets (36 %),
le manque de souplesse et l'isolement des systèmes de l'entreprise (27 %),
la capacité à obtenir une réaction du système dans un délai répondant aux attentes (17 %)

Le service informatique de plus en plus contourné

Les dirigeants d'entreprise et responsables informatiques reconnaissent qu'ils ne travaillent pas ensemble, signe d'un manque de transparence et de compréhension entre l'informatique et l'entreprise. Ce défaut de collaboration a de lourdes répercussions. En effet, 23 % des dirigeants contournent leur service informatique et adoptent des solutions en mode cloud (38% en France contre seulement 8% en Allemagne). De cela résulte une infrastructure informatique encore plus difficile à gérer et à intégrer de manière efficace. Les responsables informatiques sont conscients de cela : plus de la moitié (56 %) sont convaincus qu’une partie de leur l’entreprise a contourné le département informatique en utilisant des services en mode cloud. En France, 78% des responsables informatiques ont ce sentiment. 42 % imputent ce changement à la volonté de disposer rapidement d'un système opérationnel.

Le BPM : une réponse efficace

Néanmoins, les résultats montrent également que les entreprises qui utilisent une solution BPM (Business Process Management) pour représenter et modéliser leurs processus de gestion obtiennent plus facilement que les autres les systèmes IT recherchés. 53 % des responsables informatiques utilisant une solution BPM se considèrent d’ailleurs comme utiles à leur entreprise. A contrario, seulement 31 % des responsables n’utilisant pas ce type de solution ressentent cela.

« La pression qui s'exerce sur les entreprises en raison de la conjoncture économique et de l'intensification de la concurrence les contraint à être plus exigeantes avec l’informatique notamment en terme de délais. L'étude révèle une partie des raisons pour lesquelles l'informatique échoue à répondre aux besoins de l'entreprise, avec les conséquences que cela implique. On constate que le BPM est un vrai levier pour optimiser le dialogue entre les métiers et l’informatique, pour opérer de véritables changements et permettre à l’entreprise d’atteindre ses objectifs. » souligne Jean-Philippe Kalfon, Directeur Commercial de Cordys France.

Pour télécharger un exemplaire du rapport complet, rendez-vous sur : http://bpm.cordys.com/media/bpm/EN/The_Ambition_Maturity_Gap_Report_June_2012_FINAL_FINAL.pdf




Commentaires

1.Posté par ✖ Loann Fraillon ✖ le 12/06/2012 15:10
Twitter
Les DSI ont probablement atteint un point de rupture qui rend effectivement les objectifs des décideurs difficiles à atteindre.

Crise oblige, les moyens alloués aux directions de support (RH, SI, ..), directions vues comme des postes de coûts importants, sont fatalement revus à la baisse. Mais à l'inverse, les projets informatiques continuent de se multiplier : dématérialisation, cloud, BYOD, ...
Malgré un vrai désamour pour l'entreprise 2.0, les sociétés veulent néanmoins en faire plus avec moins de moyens. Le résultat est sans appel : les DSI sont à la peine et les utilisateurs sont de plus en plus mécontents.

L'autre facteur qui freine l'impact de l'informatique sur les objectifs stratégiques de l'entreprise est la non-prise en compte systématique de l'informatique dans les stratégies d'entreprise. Usuellement, les décideurs montent leur stratégie puis sollicite les DSI pour venir en support et améliorer les process. Hors le vrai réflexe est d'inclure l'informatique dans l'élaboration des stratégies d'entreprise. L'entreprise 2.0 est peut-être un cauchemar à gérer, il n'en reste pas moins que ce modèle tend à se démocratiser, tant nos entreprises ont besoin que leurs données s’exécutent et se transmettent à vitesse grand V.

Serrons-nous les coudes. Prenons conscience de nos limites de mise en oeuvre et de délais. Mais surtout, il est essentiel de recentrer les priorités sur des projets informatiques de fond.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.