Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


LES CLIENTS DE BUSINESS OBJECTS PROFITENT D'UNE HISTOIRE RICHE EN INNOVATIONS


Rédigé par Business Objects le 14 Septembre 2005

Quelques mises en oeuvre des solutions de business intelligence qui ont été les premières pour l'industrie et pour Business Objects



Business Objects a contribué à définir la business intelligence moderne, mais l'entreprise ne serait pas où elle en est aujourd'hui sans ses clients qui ont mis en ?uvre ses logiciels. Alors que Business Objects (Nasdaq: BOBJ; Euronext Paris ISIN code: FR0004026250 - BOB), le leader mondial des solutions de business intelligence (BI), fête son quinzième anniversaire, il rend hommage aux façons innovantes et pleines de créativité avec lesquelles ses clients ont déployé ses produits de business intelligence. Qu'il s'agisse d'une première installation d'entreprise, transversale à toute l'organisation, d'un extranet à l'intention de partenaires et de fournisseurs, d'un tableau de bord permettant aux dirigeants de suivre des indicateurs clé de performance, ou d'un moyen de relever les informations provenant d'un système d'identification radio (puces RFID), Business Objects a toujours permis à ses clients d'atteindre l'efficacité opérationnelle et le retour sur investissement (ROI) qu'ils escomptaient de leurs projets de business intelligence.

Toutefois, Business Objects ne regarde pas que les réussites passées ; il pense aussi aux quinze prochaines années d'innovation, débutant dès à présent avec le lancement attendu de BusinessObjects? XI Release 2, dont
les nouveautés permettront aux utilisateurs de découvrir une façon
entièrement nouvelle d'appréhender l'information.

« Business Objects est né d'une idée, d'un espoir et d'une grande
détermination », raconte Bernard Liautaud, président du conseil
d'administration et Chief Strategy Officer de Business Objects. « Nous voulions construire quelque chose d'important, un produit qui changerait radicalement la façon dont l'information était utilisée. Tout au long de notre histoire, nous avons travaillé étroitement avec nos clients, afin de bâtir un logiciel qui résoudrait des problématiques business concrètes. Le résultat de cette collaboration est que chacune de nos premières a induit des changements significatifs, autant pour l'industrie de la BI que pour les secteurs d'activité de nos clients. Ces pionniers, ces « early adopters », sont devenus des leaders sur leurs marchés, et ils comptent aujourd'hui parmi les clients les plus importants et les plus prestigieux de notre histoire. »

Le premier déploiement d'entreprise ? France Telecom France Telecom a été le premier client de Business Objects. Un prototype du tout premier produit Business Objects y a été évalué en 1990, puis acheté en 1991. France Telecom a été l'une des premières sociétés au monde à
reconnaître les avantages qu'offraient une vision à 360° de son
organisation et le déploiement de la BI au-delà d'un département et étendu à l'ensemble de l'entreprise. Business Objects est désormais le partenaire privilégié de France Telecom en matière de business intelligence, et ses solutions sont installées dans l'ensemble de l'entreprise auprès de plus de
45 000 utilisateurs. Business Objects joue un rôle clé dans la recherche et
l'analyse des données en matière de ressources humaines, finance,
management, marketing, vente, et gestion des réseaux, et a ainsi aidé l'entreprise à adopter une approche plus globale du management.

Le premier extranet ? Owens & Minor
Owens & Minor, un distributeur américain de matériel médical qui pèse plusieurs milliards de dollars, a innové en développant en 1998 un extranet logistique baptisé WISDOM. C'était alors la première application de ce type. WISDOM, qui signifie « Web Intelligence Supporting Decisions with Owens & Minor », a été bâti en utilisant BusinessObjects Web Intelligence.
Cet extranet a révolutionné le secteur du matériel médical et aujourd'hui des milliers de clients et de fournisseurs d'O&M utilisent WISDOM pour consulter les données concernant leurs achats et leurs ventes sur le site d'O&M. Les utilisateurs peuvent ainsi suivre les ventes, gérer les stocks, et négocier de meilleurs contrats en consolidant les références produit.
WISDOM a valu à O&M de nombreuses félicitations et récompenses au fil des
années. En 2001, Owens & Minor était ainsi classé premier de l'
InformationWeek 500, le classement annuel du magazine distinguant les organisations utilisant la technologie de façon innovante. Plus important,
cette application a donné à Owens & Minor un avantage compétitif
significatif : au cours de sa première année d'utilisation, le système a ainsi permis à l'entreprise de remporter pour 60 millions de dollars de nouveaux contrats.

Le premier tableau de bord ? Land's End
Land's End, une des plus importantes enseignes vestimentaires américaines, filiale de Sears Robuck, a mis en ?uvre l'un des premiers tableaux de bord pour ses dirigeants en 2002. Le tableau de bord, baptisé « workbench » chez Land's End, permet de suivre la marchandise et les niveaux des stocks, y compris les flux saisonniers. Par exemple, un système d'alerte précoce permet aux managers de détecter les articles qui se vendent plus vite que prévu et d'ajuster les stocks au niveau des centres de distribution et des points de vente en conséquence et bien plus tôt qu'ils ne pouvaient le faire auparavant. Après le lancement du tableau de bord au printemps 2002, Land's End a constaté une diminution d'un tiers de ses ventes perdues pour le reste de l'année.

Encore une autre première avec Graniterock Graniterock, un fournisseur américain de matériaux de construction, est l'une des premières entreprises, tous secteurs d'activité confondus, à
avoir relevé et exploité les informations provenant d'un système
d'identification radio (puces RFID). La société a en effet implémenté un système RFID afin de suivre ses stocks et sa logistique, comme par exemple l'arrivée et le départ des camions au niveau de leurs points de chargement, carrières ou usines d'asphalte. Avec Business Objects, Graniterocks a pu
tirer parti de ces données RFID pour améliorer sa performance
opérationnelle, et ainsi augmenter la satisfaction client tout en générant des économies. L'entreprise estime que le système lui a permis de réduire de moitié le temps nécessaire pour charger les camions de ses clients dans ses carrières et d'économiser pour 300 000 dollars de main d'?uvre.

« Nos milliers de clients utilisent Business Objects chaque jour pour devenir les champions de leur secteur », souligne Bernard Liautaud. « France Telecom, Lands' End, Owens & Minor et Graniterock sont autant de visionnaires qui ont quelque chose de très important en commun : ils savent
tous que le secret d'une meilleure rentabilité est la business
intelligence. En incorporant la business intelligence au tissu de leur organisation et à chacun de leur business process, ils ont pris l'avantage réservé à ceux qui réagissent les premiers et ils ont pu prendre la tête de
leur secteur. Et le futur leur réserve d'autres victoires avec
BusinessObjects XI Release 2, dont les innovations aideront nos clients à atteindre de nouveaux sommets. »




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.