Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Le cabinet d’études IDC lance un « signal d’alarme » aux entreprises qui tardent à adopter la Business Intelligence (BI) dans leurs activités


Rédigé par Teradata le 21 Novembre 2007

Une nouvelle étude mondiale parrainée par Teradata sur la prise de décision révèle que :

· L’écart entre ceux qui utilisent ou non des solutions de BI se creuse

· Les prises de décisions et la BI se déploient des décideurs vers les opérationnels et au-delà

· La dépendance aux solutions de BI augmente. Un nombre croissant d’entreprises ne tolère plus les temps d’immobilisation, même brefs.

· Malgré tout, un tiers des décisions sont toujours prises de manière instinctive



Teradata Corporation, (NYSE: TDC), spécialiste mondial en matière d'entrepôts de données d'entreprise, annonce aujourd'hui les résultats d'une importante étude effectuée par IDC sur la prise de décision en entreprise à l'échelle mondiale. Celle-ci traverse une étape décisive, car la business intelligence (BI) est devenue un élément important pour différencier les entreprises leaders du marché et les autres.



A une époque où les informations affluent de toutes parts et où la prise de décision doit être plus rapide que jamais, la BI se trouve à la croisée des chemins. D'un côté, on retrouve les leaders qui ont recours à la BI pour prendre des décisions stratégiques, mais aussi dans le cadre de leurs activités courantes. De l'autre côté, les moyennes entreprises se fient à leur instinct pour prendre d'importantes décisions et les responsables accusent un retard important par rapport aux leaders qui investissent dans la BI.



« C'est un signal d'alarme pour les sociétés qui n'ont pas recours à la BI dans leurs activités et leur prise de décisions stratégiques » déclare John Gantz, Directeur de la recherche chez IDC.

Dans le rapport IDC intitulé « Taming Information Chaos: A State of the Art Report on the Use of Business Intelligence for Decision Making » M. Gantz, l'auteur principal, affirme : « Nous sommes en mesure de voir où la technologie peut nous mener et où se situe réellement le marché. Dans une certaine mesure, c'est une analyse des écarts. »



L'étude évalue l'écart qui existe entre les leaders du marché et les sociétés de taille moyenne au niveau de l'utilisation d'outils technologiques pour la prise de décisions. Parmi les leaders, 66 % estiment que leurs gestionnaires ont parfaitement compris la nécessité d'investir dans la BI, contre 15 % seulement dans les moyennes entreprises. Les grandes entreprises ont plus tendance à utiliser la BI en première ligne et à la recommander à leurs clients et fournisseurs. Un nombre croissant de leaders pensent qu'une panne de leur système de BI aurait un impact négatif « immédiat ». Les leaders auront plus tendance à considérer la BI comme une initiative commerciale prioritaire, et à l'utiliser pour évaluer la rentabilité de leurs investissements.



« Les leaders du marché prennent leurs décisions d'une manière très différente des moyennes entreprises. L'étude montre clairement qu'en matière d'analyse des activités de l'entreprise et de dépendance à l'information en temps réel, le degré d'adoption des gestionnaires est essentiel pour dompter le chaos qui règne au niveau de l'information et pour améliorer la prise de décisions » déclare Darryl McDonald, Directeur Marketing chez Teradata Corporation. « Cette étude, qui prolonge notre enquête sur la prise de décisions en entreprise durant les cinq dernières années, souligne des tendances et des problématiques importantes qui vont de la surcharge d'informations à la complexité des décisions en passant par la démocratisation, à une époque où les décisions sont également confiées aux employés et aux collaborateurs opérationnels. »



Autres conclusions majeures

* 75 % évoquent la surcharge d'informations, avec une pointe à 81 % pour le gouvernement et le domaine de la santé, et un nombre important estime que la moitié des informations disponibles ne sert pas la prise de décision.



* 37 % des décisions en entreprise restent principalement « viscérales » ou instinctives. Les décisions « viscérales » sont plus fréquentes dans la région Asie-Pacifique qu'en Amérique ou en Europe, où les marchés sont plus mûrs.



* Pour 58 %, les décisions en entreprise sont plus complexes et cette complexité est plus marquée sur le continent américain.



· La quasi-totalité (98 %) des décideurs de haut niveau qui ont participé à l'étude affirment que les solutions de business intelligence font partie des dix priorités de leur entreprise depuis 2007.



De plus, l'étude révèle que la prise de décision continue à se déployer dans la hiérarchie et vers les sociétés externes. Elle pointe également un besoin crucial au niveau des outils d'analyse afin de fournir des informations plus efficaces. A ce sujet, l'étude pointe notamment les éléments suivants :

* 48 % des personnes interrogées affirment que leurs collaborateurs opérationnels - les agents d'enregistrement, les caissiers, les employés du centre d'appel, les guichetiers, etc. - ont pris plus de décisions cette année qu'en 2006.



* 54 % déclarent que leurs collaborateurs opérationnels étaient assistés par des solutions de business intelligence. Ce point est crucial étant donné que, sur les cinq principales applications d'analyse, trois supportent les activités liées au client.



« L'explosion des informations numériques, le rythme effréné et la complexité des prises de décision ont créé un tourbillon infernal qui poussera les entreprises à révolutionner l'utilisation et la finesse de leurs analyses », déclare J. Gantz. « On voit aisément quelles forces accélèrent constamment la prise de décision. Selon le point de vue, ces forces créent un cercle vertueux ou un cercle vicieux dans lequel la nécessité de se battre sur un marché mondialisé oblige les entreprises à développer ce qu'on appelle un processus décisionnel « just-in-time ».

1.072 cadres issus de 22 pays, dont 39 % occupent un poste dans la gestion informatique et 61 % dans l'orientation stratégique, ont répondu à l'étude IDC.

Pour de plus amples informations sur le rapport IDC parrainé par Teradata : Taming Information Chaos: A State of the Art Report on the Use of Business Intelligence for Decision Making, rendez-vous sur www.teradata.com.