Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Le marché du BPM/CPM en route vers la concentration


Rédigé par le 13 Octobre 2005

Une étude réalisée par IDC il y a quelques mois, et remise fort à propos au goût du jour par Hyperion à l’occasion du lancement mondial cette semaine de la nouvelle version de sa suite décisionnelle, fait le point sur les parts de marché des principaux acteurs du décisionnel financier.



Tous les grands analystes américains excellent dans un art, celui de découper le marché en presque autant de segments qu’il y a de fournisseurs, et donc de clients pour eux. IDC n’échappe pas à cette règle, et donne à Hyperion l’opportunité de compenser les mauvais résultats obtenus sur d’autres études plus globales. Quand The Olap Report donne Hyperion comme second acteur du marché des bases de données OLAP, dépassé pour la 2ème année consécutive par Microsoft, l’étude IDC se concentre sur les outils d’optimisation de la performance financière. Et sur ce segment de marché, aucun doute n’est possible, Hyperion est clairement devant ses concurrents. Qu’on l’appelle BPM, CPM ou xPM, il s’agit dans tous les cas de parler de consolidation économique et règlementaire, de planification budgétaire, et de tableaux de bord de pilotage financier.

Le marché du BPM/CPM en route vers la concentration
Constatons que les cinq premiers acteurs du marché sont comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, Hyperion, Oracle, Cognos, SAP et SAS. Les dix premiers acteurs du marché représentent 61,6 % d’un marché évalué par IDC à 1,4 milliard de dollars à fin 2004, en croissance de 15 % par rapport à l’année 2003.

Mais les taux de croissance des dix premiers acteurs de ce marché révèlent une disparité importante, même si Hyperion reste lui aussi clairement en progression (+17,1 % en 2004).
Le leader de la croissance est Outlooksoft, qui progresse de 64,1 % en 2004, mais n’oublions pas que plus on est petit, plus le taux de croissance affiché peut être impressionnant.
Plusieurs acteurs comme Cognos (qui a racheté Frango), Geac (qui a racheté Comshare) ou SRC Software (racheté récemment par Business Objects) affichent également plus de 20 % de croissance sur ce secteur.
En revanche, plus bas dans le classement, Lawson Software (qui a fusionné avec Intentia) recule de 26,4 % et ALG Software recule de 6,7 %.

Le marché reste donc très clairement porteur, mais encore trop atomisé. Les dix-huit premiers acteurs du marché ne représentent que 69 % du chiffre d’affaires généré, et 31 % de ce revenu est assuré par des sociétés dont la part de marché est inférieure à 0,7 %. La concentration est donc inévitable dans les années à venir. Et même si les premières places semblent attribuées, un acteur moins connu peut encore se hisser sur le podium à coup de croissance externe. Un marché à surveiller attentivement, qui alimentera très certainement l’actualité des deux prochaines années. Et s’il faut se risquer à un pronostic, parions que SAP ne se contentera pas longtemps d’une part de marché de 6,9 % dans ce domaine.

idc_BPM_Forecast.pdf idc_BPM_Forecast.pdf  (52.81 Ko)





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.