Decideo

Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...


 
     

Les 10 tendances de l’information géographique en 2016


David Jonglez, Esri
1 Janvier 2016

La dimension spatiale est commune à 80% des données des organisations, sur l’ensemble des secteurs d’activités. Mais comment les mesurer et les comprendre, afin de mieux décider, communiquer ? David Jonglez, Directeur du Business Development chez Esri France, fait le point sur les nouvelles tendances d’utilisation de l’intelligence géographique en 2016.



David Jonglez, Directeur du Business Development chez Esri France
David Jonglez, Directeur du Business Development chez Esri France
1. La collaboration : le SIG devient une plateforme pour l’échange de données à l’échelle des pays
L’utilisation du SIG s’encre davantage dans une démarche collaborative. Le projet data.gouv.fr piloté par la mission Etalab pour encourager l’ouverture des données en France démontre cette collaboration à l’échelle d’un pays sur un champ particulier des données, celui de l’OpenData. Dans la lignée des directives européennes INSPIRE et PSI, les pays vont fédérer les ressources de données géographiques pour donner naissance à ce qu’Esri appelle « GIS for the Nation » visant à partager et enrichir collectivement les données et ainsi développer les usages et, à travers eux, la valeur pour la collectivité.

2. L’analytics au service du business
En 2016, on peut facilement prédire une expansion des usages de l’analyse spatiale mise au service du business. Le développement du géomarketing n’en est qu’un exemple. Le Geo-analytics, en conjuguant l’accessibilité des données aux capacités d’analyse spatiale, permet en effet de résoudre des problématiques d’entreprise à divers niveaux : marketing, logistique et supply chain, ressources humaines, choix des investissements…

3. L’intelligence géospatiale en faveur de l’Internet des Objets
La donnée brute en tant que telle n’apporte que peu de valeur. Ainsi l’analyse spatiale des données en temps réel permet de l’enrichir, en l’agrégeant à l’échelle d’un territoire, en l’enrichissant de données démographiques, ... Les Geo-services offrent cette intelligence géographique pour transformer la donnée en une information utile.

4. Emergence des plateformes de données territoriales
La loi NOTRE promulguée à l’été 2015 propose plus de 150 mesures accompagnant la réorganisation territoriale des régions. Le pendant du volet législatif d’une part ainsi que leur expérience en matière d’OpenData et d’infrastructure de données géographiques d’autre part, conduisent notamment les collectivités à mettre en place des régies de données territoriales. Les SIG sont au cœur des compétences, infrastructures et données de ces régies de données territoriales.

5. Des SIG et applications « clé en main » à la portée des non-développeurs
La géographie se met à la portée de tous, grâce à la mise à disposition d’applications personnalisables et prêtes à l’emploi. L’utilisateur novice peut ainsi configurer facilement et rapidement des outils accessibles à tous, de n'importe où et sur tout type d'écran, avec un bénéfice immédiat.

6. Exploiter la capacité d’analyse spatiale du SIG dans les Apps
Du côté des développeurs en revanche, les services d’analyse spatiale permettent d’enrichir une application, facilement et sans infrastructure lourde à déployer. Ce qui est nouveau, ce n’est pas d’intégrer une carte dans une App, mais d’exploiter les capacités d’analyse spatiale dans une application, que celle-ci propose à l’utilisateur une carte ou pas. Un exemple concret : les alertes géolocalisées par SMS, qui peuvent m’avertir d’un prochain passage de bus ou prévenir un asthmatique qu’il va rentrer dans une zone de plus forte pollution atmosphérique. Dans ces 2 cas, l’intelligence géo-spatiale est consommée en tant que service par les applications, sans que l’usager n’ai perçu la moindre carte.

7. 3D : la convergence BIM-SIG
En 2016, c’est désormais une évidence. Si le BIM (Building Information Modelling) permet de modéliser très précisément un projet de construction ou de réaménagement et de gérer le cycle de vie de l’ouvrage, y coupler le SIG devient naturel puisqu’il offre une analyse complémentaire de son environnement, afin de prendre les meilleures décisions dans les phases d’avant-projet, de construction, d’exploitation ou de démantèlement.

8. Véhicule connecté : les geo-enabled Apps
Dans la mouvance des objets connectés qui inondent déjà notre quotidien, les geo-enabled Apps s’apprêtent à investir nos véhicules. La voiture est, par définition, mobile, et se nourrit de données dynamiques. Tout comme il existe des applications pour les transports collectifs, nos véhicules deviennent de plus en plus guidés par les capacités d’analyse spatiale : alternative modale en fonction du trafic, comparatif du temps de parcours, covoiturage dynamique, prédiction du risque d’accident, push d’information le long du parcours, …

9. L’analyse prédictive : la force de l’intelligence géographique au service de l’anticipation
Par exemple, il est admis que près d’un tiers de la congestion urbaine est directement liée à la logistique de la ville. Les données géographiques et l’analyse spatiale se révèlent particulièrement utiles aux collectivités pour mieux gérer, dans cet exemple, leur flotte de véhicules et notamment la collecte des déchets en prévoyant le remplissage des bennes à ordure par recoupement de l’historique de remplissage, de données socio-démo-économiques, etc. Cette capacité à prédire peut être appliquée à l’état du trafic, à la charge dans les réseaux de transport public, ou encore dans l’agriculture (sur la pousse des végétaux ou l’épidémiologie), la sécurité intérieure (délinquance), …

10. « Be smart with Maps ! »
La carte est un media puissant capable de rendre compréhensible nos idées à travers une représentation schématique du territoire, et ainsi, d’en faire émerger des informations concrètes, que chacun peut désormais s’approprier. L’Observatoire des Métropoles développé par Esri en est un bon exemple, permettant de souligner des données économiques et sociales révélées à travers le prisme géographique. Plus que jamais, la carte s’inscrit dans la vie de tous et de tous les jours, pour comprendre le réchauffement climatique, les résultats des élections régionales ou le projet urbain de son quartier.

Lu 2762 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.

 





France
Espanol



Google+

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon.