Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Les outils décisionnels s’ouvrent aux différentes sphères de l'entreprise


Rédigé par Outlooksoft le 8 Septembre 2004

Une étude de Gartner décrit l’adoption rapide des outils décisionnels par les entreprises et présente OutlookSoft comme leader technologique sur le marché.



Une récente étude du Gartner Group (« Hype Cycle for Corporate Performance Management », 2004) décrit les évolutions des entreprises quant à l’adoption d’outils de gestion des performances (Business ou Corporate Performance Management). Si la finance est actuellement la première demandeuse de ce type d’outils au sein de l’entreprise (reporting financier, consolidation…), Gartner croit en leur démocratisation notamment vers les sphères marketing ou RH. Des entreprises utilisent déjà la plate-forme OutlookSoft Everest pour ce type d’applications. Gartner considère d’ailleurs OutlookSoft comme seul acteur sur le marché porteur de l’analyse prédictive, technologie attendue par les entreprises.

Des outils décisionnels de plus en plus sollicités

« US Sugar, un de nos clients américains, utilise la plate-forme OutlookSoft Everest pour gérer le cycle de vie et l’utilisation de ses machines…cela peut vous donner une idée de la multiplicité des usages des outils décisionnels ! » annonce Jean-Michel Fabre, Directeur Général d’OutlookSoft France. « L’étude Gartner nous donne une bonne image de l’adoption des technologies décisionnelles par les entreprises. D’abord amenées à utiliser ces technologies pour des problématiques de consolidation financière ou d’élaboration budgétaire, les entreprises réalisent rapidement la portée d’un outil décisionnel de type plateforme, notamment en terme de vente, marketing, tableaux de bord, préoccupations essentielles arrivant juste après la finance».

Gartner présente l’évolution des applications décisionnelles dans le temps, depuis les applications de consolidation ou de budgeting, en voie d’adoption par les entreprises, jusqu’aux applications futures d’analyse prédictive et de gestion des performances globales de l’entreprise en temps réel. Ce cheminement passe par l’intégration des outils ERP, CRM et HRM dans le cycle décisionnel.

La communication avec les outils d’ERP ou de CRM est déjà avancée, notamment grâce aux technologies d’analyses de bases de données (technologie Olap,…), qui récupèrent et traitent les données applicatives à destination de l’outil décisionnel. Il peut s’agir des résultats de ventes, d’utilisation de ressources, de gestion des plannings…mises en évidence et analysées par l’outil décisionnel, selon les besoins de l’entreprise et la typologie des utilisateurs.

Quant à l’analyse prédictive, elle reste le futur proche de la gestion des performances. Alors que la Business Intelligence s’intéresse à l’analyse des activités à «To», l’analyse prédictive permet de planifier les résultats à «T+1», donnant au décisionnel toute sa valeur. La technologie prédictive devrait percer dans les deux à cinq ans, Gartner citant OutlookSoft comme seul acteur défini sur ce marché.

Une plate-forme unique pour toutes les applications décisionnelles

La technologie et la stratégie d’OutlookSoft répondent aux tendances du marché. L’intérêt majeur de la solution d’OutlookSoft réside dans le fait qu’il s’agit d’une plate-forme technologique à partir de laquelle toute application décisionnelle peut être mise en oeuvre. L’acquisition de la plate-forme OutlookSoft Everest permet à l’entreprise de disposer d’un socle technologique unique lui permettant de développer à loisir des applicatifs selon ses besoins (finance, RH, marketing). Cette solution unifiée permet en outre une fluidité sans faille des données entre les différents applicatifs.

« Le retour sur investissement relatif à la mise en œuvre d’Everest est excellent. D’une part, de multiples applications peuvent y être déployées, sans pour autant réinvestir dans un module ou une solution complémentaire. D’autre part, les gains en terme de productivité et de réduction des coûts incitent les utilisateurs à développer ce modèle aux différentes activités de l’entreprise », précise Jean-Michel Fabre.

« L’approche unique que nous présentons répond parfaitement aux problématiques d’intégration de données et de démocratisation de l’outil », conclut Jean-Michel Fabre. « L’adoption d’OutlookSoft Everest est excellente, notamment au regard des projets français déjà menés dans des domaines assez variés. Plus de la moitié de nos clients ont déjà déployé plusieurs applications en moins d’un an. Enfin, Excel, qui reste l’interface de travail prioritaire de l’utilisateur, favorise l’adhésion à l’outil tout en simplifiant au maximum la navigation et l’utilisation de la plate-forme».

Autre facteur d’importance, OutlookSoft Everest est basé sur la technologie décisionnelle de Microsoft. Cette technologie est la plate-forme serveur de Microsoft, bâtie autour de SQL Server, Analysis Services (moteur et base analytique) et Reporting Services. Le moteur OLAP de Microsoft est aujourd’hui reconnu leader de ce type de technologies.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.