Decideo.fr
Twitter
Rss
App Store
Decideo.fr

Communauté francophone des utilisateurs de données : Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining...


 
     

Retour sur l'événement DataCrunch : les Big Data et l'entreprise


Philippe LACASSAIGNE, Réseau'nable
14 Avril 2012

DATACRUNCH était un 1er essai d'évangéliser les entreprises sur les BIG DATA. Pour cela, nous avonsi rassemblé le 13 avril, vingt participants experts et professionnels entreprise pendant une journée à Lille dans une salle de réunion du complexe euratechnologies. Les résultats obtenus sont très prometteurs.



Retour sur l'événement DataCrunch : les Big Data et l'entreprise
La journée s'est organisée avec un débat le matin, des présentations de solutions et des travaux en petits groupes l'après midi.

Les participants furent unanimes. Les big data sont une révolution dans la manière de gérer les données en masse et la manière d'arbitrer la relation avec les consommateurs. Les big data ont été identifiés comme un ensemble de moyens en vue d'extraire et d'exploiter la donnée pertinente c'est à dire la donnée utile. Il a été toutefois très difficile de se mettre en accord sur ce qu'est une donnée utile et encore plus difficile de nous mettre en accord sur la notion de pertinence de la donnée. Plusieurs phases sont jugées très importantes pour la gestion des big data : la sélection des données (quelles données aller chercher), le tri de ces données (soit d'extraire la donnée importante peut être à partir d'une mesure de l'usure de la donnée), le lien entre les données et les références.

Philippe LACASSAIGNE, Réseau'nable
Philippe LACASSAIGNE, Réseau'nable
Tous les participants ont bien remarqué que les outils actuels ne permettent pas de gérer les big data. Il faut noter qu'une différence majeure existe entre une exploitation des données à partir de modèles (schéma du passé) et une exploitation des données pour dégager des singularités et non des constances. Jean Pierre Malle, directeur R&D de la société Netwave, concepteur des processus d'analyse situationnelle, a notamment partagé son expertise de l'approche inductive. La capture de données dites de situation permet d'agir de manière plus efficace en se focalisant sur l'instant de la relation. Les big data seraient moins alors une problématique de stockage que d'exploitation des flux de données en temps réel.

Les participants ont identifié plusieurs impacts sur l'entreprise à et cela à plusieurs niveaux : les ressources humaines devront faire face au recrutement de nouvelles compétences en data mining, en marketing. Pour le moment, peu d'entre elles y sont prêtes ! L'approche des Big Data est transverse. Elle concerne toute l'entreprise et pas seulement l'informatique mais doit bien être portée par le marketing, que cela soit pour la mise en place des outils d'exploitation ou pour les services au client. Dans ce cadre, l'entreprise doit dès maintenant expérimenter de nouveaux outils avec l'apport de ressources externes. Par exemple, ces expérimentations intègrent peu à peu les nouveaux outils de gestion des données exogènes souvent open source développés par des communautés internet très en avance sur le sujet.

Retour sur l'événement DataCrunch : les Big Data et l'entreprise
Pour les participants, il est crucial que l'entreprise dégage une vision stratégique sur la donnée et la nouvelle relation avec le client. Sur ce second point, il faut développer l'écoute de leurs attentes et s'interroger sur les données qu'ils seraient prêts, qu'ils sont prêts à partager avec l'entreprise, et les contreparties attendues. Cette ouverture des données personnelles se ferait alors sur deux axes. Un axe de service en donnant les moyens aux consommateurs de créer leurs propres services de gestion de données. Il faut leur donner les moyens de qualifier leurs données et l'entreprise leur propose de créer les services qui vont faciliter la gestion de leur données personnelles. En contrepartie, les consommateurs seraient prêts à ouvrir progressivement leurs propres données aux acteurs économiques. Un axe "aide à la décision" qui interroge sur la manière de générer de nouveaux tableaux de bord qui faciliteront la conversation entre un collaborateur de l'entreprise (exemple du chargé de clientèle) et un client. Pour cela, il faut des outils d'aide à la décision qui présentent des indices qualitatifs et de nouvelles modalités de présentation des données clients. Le design des interfaces revêt aussi une attention particulière pour représenter les informations, en faciliter la navigation et l'enrichissement de la connaissance client.

Les sujets travaillés en petits groupes se sont inspirés du débat du matin. Trois groupes ont travaillé sur trois sujets. Il a d'abord été question d'un moteur de recommandation à partir d'un matching de données internes à l'entreprise et de données externes (exemple : site internet et médias sociaux). Un second groupe a recherché des solutions pour relier les données à large échelle dans le cadre d'une offre de produits personnalisés. Ce groupe a soulevé l'intérêt des données ouvertes et leur utilité dans l'analyse des comportements clients en fonction de données socio-démographiques. Le 3ème groupe s'est intéressé à l'ouverture de données personnelles et à partir de l'intérêt qu'ont les consommateurs à partager leur propres données (bons de réductions, services pour gérer ses propres données de manière plus qualitative, comparer ses données aux autres utilisateurs). Une esquisse papier de plateforme a ainsi été présentée.

DATACRUNCH ne se termine pas là, en juin 2012, un livre blanc sera communiqué ainsi qu'une video réalisée en motion design avec le studio de création lillois PixmeUp. L'objectif est d'accélérer les synergies sur le sujet et d'expérimenter des outils, des services, d'accompagner résolument les entreprises dans leur gestion des données BIG DATA.

Lu 8610 fois


1.Posté par lacassaigne le 16/04/2012 17:55
Twitter
Révolution quant à la manière d'exploiter les données, mais aussi dans les nouvelles relations avec les clients. J'envisage un second DATACRUNCH avec une plus grande place aux techniques puisque le balisage des enjeux à été fait lors de cette première expérience.


2.Posté par Pharoyer / kshaping le 17/04/2012 13:15
oui - mais en faire au moins un événement transfrontalier ou européen......

3.Posté par lacassaigne le 17/04/2012 13:41
Twitter
à l'heure actuelle, le sujet émerge en France. La meilleure audience est aux états-unis. Il suffit pour cela de consulter les blogs qui abordent le sujet dans ce pays avec une approche très pragmatique du concept. L'explorer en France passe par une vraie phase de sensibilisation, et le choix de nous singulariser. On peut observer ce qui se passe sans dupliquer parce que je fais bien une différence entre les big data, pur concept marketing et big data comme nouveau paradigme.

L'ouvrir dans un cadre transfrontalier a du sens puisque cela ouvre à une diversité des points de vue, des initiatives. dans ce cas oui, nous avons besoin de nous en inspirer.


4.Posté par Delhaye le 19/04/2012 14:55
La gestion des masses de données est effectivement tout l'enjeu des entreprises de demain.
Pour mieux connaître le client et cibler ses besoins futurs, ces données sont une aide précieuse. La difficulté réside en effet dans la manière de les capter, trier, et analyser : une donnée aujourd'hui sera t-elle plus pertinente demain ? Comment tout garder? Avec l'émergence des open data et l'arrivée de quantités de données disponibles, il va devenir très difficile de ne pas faire appel à des experts au sein des entreprises pour réfléchir aux moyens de valoriser toutes cette information.
Les entreprises qui auront intégré ces compétences utiles à l'ensemble des services auront véritablement de l'avance sur les autres. La gestion des données en masse est une stratégie à trouver.

5.Posté par lacassaigne le 21/04/2012 11:06
Twitter
Les entreprises ne pourront pas "éviter" les big data qui sous la forme d'une thermodynamique de l'évolution répond à l'effet de la reine rouge (l'adaptation continue à un environnement compétitif). Ce qui fait qu'aujourd'hui il faut courir de plus en plus vite pour rester sur place (+ de stockage + de traitement + de production de données). C'est inexorable.

Aucune entreprise ne pourra ainsi dire "je vais ne pas considérer les données BIG DATA" au risque de voir son niveau d'entropie augmentée. L'entreprise ne peut se couper de son environnement au risque de devenir une structure fermée, alors que par essence l'entreprise est un système ouvert dont l'adaptation est dans l'importation d'informations et la maximisation d'une dissipation de ces informations. En important des informations, l'entreprise va générer de nouvelles compétences et de nouvelles connaissances indispensables à son adaptation dans un environnement de compétition qui évolue sans cesse.

Les outils sont alors des moyens qui vont exploiter ces flux d'informations en vue de leur réaffectation. C'est cette phase qui doit etre maximisée alors qu'occulter l'intégration des données BIG DATA relèverait à terme d'une vraie erreur stratégique..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.





















Photos
 






France
Canada Espanol



Google+

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon.