Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Réveillez le Data Scientist qui est en vous !


Rédigé par René Bergniard, Qlik le 2 Avril 2015

Avec la montée en puissance des réseaux sociaux, smartphones, tablettes, tags RFID, compteurs intelligents, et la vague déferlante des objets connectés, le phénomène du « Big Data » n’est aujourd’hui plus l’apanage des spécialistes informatiques mais est devenu, en quelques années seulement, une réalité à laquelle les entreprises sont confrontées au quotidien.



René Bergniard, Vice-Président France, Qlik
René Bergniard, Vice-Président France, Qlik
Face à l’ampleur du Big Data et l’effet de mode qui l’accompagne, les entreprises nationales et internationales ont pris rapidement conscience des bénéfices qu’elles pouvaient en tirer et ont choisi de conserver cette profusion de données pour, dans un second temps, les exploiter et en tirer l'ultime avantage concurrentiel dont tout le monde parle.
Pour autant, une tendance de fond se dessine : un grand nombre d’entreprises aujourd’hui ont stocké cette masse de données sans les analyser ensuite.
L’exploitation de cette mine d’informations permet pourtant d’obtenir une visibilité à 360° de son organisation, ses clients, et plus généralement, son écosystème. Avec de bons outils entre les mains, le « Big Data » peut aider les entreprises à améliorer leurs performances globales.
Dans ce contexte, le monde professionnel voit l’émergence de nouveaux métiers, et le développement des profils appelés « data scientists ». Le recrutement de ces nouveaux experts représente-t-il la meilleure solution pour assurer une plus grande réactivité et une prise de décision éclairée en entreprise ?

Data scientists : ces spécialistes des données représentent-ils un atout pour les entreprises ?

L'apparition de nouveaux intitulés de poste dans une entreprise est souvent source d'appréhension et de confusion. Cela peut même parfois susciter le rejet des employés. Il n'est pas rare que certains s'interrogent sur leur nécessité, leur impact sur l'entreprise et sur leurs propres activités.
Le Big Data devient une priorité pour les directions générales et les missions menées par les data scientists sont de plus en plus nombreuses dans les entreprises. Si le recrutement de ce type de profils croit de façon exponentielle, savons-nous toujours pourquoi, quelles sont leurs attributions et quel est leur impact sur le fonctionnement des organisations ?
On pourrait penser que les dirigeants d’entreprises et les directions informatiques n'ont simplement pas le choix. Après tout, ils se doivent de trouver des moyens innovants pour exploiter les données stockées et en tirer les informations nécessaires pour rester compétitifs. S'ils ne le font pas, ils peuvent être certains que leurs concurrents ne resteront pas les bras croisés de leur côté.
Par ailleurs, en accordant de plus en plus d'importance aux processus décisionnels basés sur les données, de nombreuses entreprises ont été amenées à établir et définir des rôles concernant la propriété, la gestion, et l'analyse des données.
Traditionnellement, la gestion des données et la responsabilité de leur utilisation ont toujours été attribuées à l'équipe informatique. Toutefois, depuis que ces informations sont utilisées plus largement au sein de l'entreprise, les organisations ne souhaitent plus se reposer uniquement sur leur équipe informatique pour tirer parti de ces données.
C'est là que le Chief Data Officer (CDO) entre en jeu : sa mission est de superviser la stratégie globale des données de l'entreprise, en s'assurant que les informations sont utilisées et gérées de manière efficace. Il est responsable de toutes les initiatives liées à l’exploitation des données, qu'il s'agisse de la mise à disposition de plates-formes collaboratives, de la définition des politiques relatives aux données ou encore de la mise en place d'une gouvernance de pointe. Son rôle est particulièrement important dans les secteurs les plus strictement réglementés, tels que les services financiers ou encore l'industrie pharmaceutique.
Le CDO doit s’assurer que les membres de l'entreprise utilisent les données de manière stratégique pour générer des revenus. Il se doit d’échanger et de collaborer régulièrement avec la direction de l’entreprise.
De leur côté, les data scientists sont responsables de l'exploration, de l'analyse et de la modélisation des données. Leur mission est d'analyser les données afin de faire des découvertes et de déceler des informations cachées. Ces informations peuvent ensuite servir à relever les défis auxquels l'entreprise est confrontée et lui procurer ainsi un avantage concurrentiel. Pour cela, les data scientists doivent être particulièrement compétents en data storytelling, savoir formuler leurs conseils et comprendre les différentes activités de l’entreprise.

Cependant chacun de nous se doit d’être un data scientist afin d’en tirer de la valeur et de faciliter les prises de décision.

Alors qu'un nombre croissant d'entreprises exploitent leurs données et tentent de tirer profit des analyses, certaines se plaignent du manque de compétences dans ce domaine. Elles s'inquiètent de plus en plus de l'absence de professionnels qualifiés pour ces postes (CDO et data scientist) qui, semble-t-il, pourraient à eux seuls mettre en lumière le véritable potentiel commercial des données.
Je pense que c’est commettre une erreur. Les données ne sont pas destinées à être analysées uniquement par les data scientists et gérées uniquement par un CDO. Les utilisateurs métier peuvent, eux aussi, adopter un comportement proactif vis-à-vis des données, à condition de disposer des outils adéquats. Ces outils doivent être intuitifs et accessibles, pour encourager l'exploration par le biais d'analyses.
Après tout, les utilisateurs métier bénéficient d'un avantage considérable par rapport aux CDO et aux data scientists : ils peuvent analyser les données issues des opérations commerciales. Ils savent ce qu'impliquent les modèles, les exceptions et les associations qu'ils explorent. En dotant tous leurs employés d'une technologie d'exploration agile et simple d'utilisation, les entreprises leur donnent les moyens de déceler des opportunités, des anomalies ou des opportunités de croissance. Un bon CDO se doit de permettre à tous ceux qui le souhaitent d'accéder aux données : cela ne peut que profiter à la pertinence et à l'intérêt des informations obtenues.
Il ne fait aucun doute que dans la situation économique actuelle, les entreprises se doivent de mettre en place des rôles et des responsabilités spécifiques pour le traitement des données. C'est une bonne chose d'introduire de nouveaux rôles pour aider les entreprises à tirer profit des immenses volumes de données qu'elles possèdent. Mais il est tout aussi important d'aborder la question des données avec l'ensemble des acteurs de l'entreprise. En mettant à la disposition des employés des plates-formes et des applications intuitives et efficaces, les entreprises ont plus à gagner qu'elles ne l'imaginent, en ne se contentant pas d'un processus décisionnel qui reposerait uniquement sur un spécialiste des données.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.