Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


SAP abandonnera Sybase IQ au profit de "New DB"

Complété par un droit de réponse de SAP suite à la publication de l'article


Rédigé par par Philippe NIEUWBOURG le 9 Juin 2010

Une fois disponible la solution de base de données en mémoire et en colonnes actuellement en développement chez SAP, les clients Sybase auront neuf années devant eux pour adopter la plate-forme SAP, mais neuf années pendant lesquelles leur outil actuel ne fera plus l’objet de développements nouveaux.



Hervé COUTURIER, SAP
Hervé COUTURIER, SAP
Pour reconquérir la part de marché consacrée par ses clients à la base de données, souvent fournie par son principal concurrent Oracle, SAP a décidé de frapper un grand coup. L’éditeur estime que le remplacement pur et simple d’une base Oracle par un système équivalent, relationnel lui aussi, n’apportera pas de différentiateur suffisamment fort pour convaincre en masse des clients qui ont investi dans le SGBDR Oracle depuis des années. Il faut créer une rupture technologique. Pour Hasso Plattner, cette rupture passe par les bases de données en colonnes et en mémoire. Les technologies supportant cette forme de base de données seraient aujourd’hui matures et accessibles financièrement.

Bien sur on connait l’analytique montée en mémoire et parfois gérée par des bases « en colonnes » comme Sybase IQ, mais l’ambition de SAP dépasse largement ce créneau des applications décisionnelles. C’est bien toute la base de données transactionnelle qui assure le support de l’ERP complet qui sera montée en mémoire et demain gérée en colonnes. Colgate serait déjà en test de cette solution, présentée par Hervé Couturier, récemment nommé à la tête d’un des départements R&D de SAP, lors de l’étape parisienne de la convention SAP. Proposée sous forme d’appliances, cette base de données alternative remplacera peu à peu la base de données relationnelle. Elle assurera à la fois le support du transactionnel et celui des applications décisionnelles.

Expliquée récemment, cette nouvelle stratégie d’infrastructure pourrait sembler reliée directement ou indirectement au rachat de Sybase. Pas du tout en réalité du point de vue technique. Sybase IQ n’entre absolument pas dans la composition de cette nouvelle base, et serait même en concurrence avec elle ! Ce qui nous conduit à nous interroger sur l’avenir des offres Sybase.

« L’offre Sybase IQ nous intéresse pour l’expertise des équipes de l’éditeur sur la base de données en mémoire, mais nous n’avons pas racheté Sybase pour la technologie pure IQ. La technologie IQ va être fusionnée avec notre nouvelle offre développée actuellement sous la conduite de Hasso Plattner. Il est clair que sur ce point, il y a recouvrement entre les deux offres et qu’à priori la technologie dominante, la technologie qui va survivre, c’est la technologie SAP. Mais nous utiliserons bien entendu les forces de développement qui sont compétentes et qui nous intéressent beaucoup.
Evidemment, s’il y a des bonnes idées côté Sybase, des bons composants, nous allons les intégrer, mais la solution ‘New DB’ est bien une solution SAP, et la convergence technologique se fera sur la plate-forme SAP
 », affirme Hervé Couturier.

Le parc des clients Sybase, qui représente 8 % du marché de la base de données, intéresse aussi SAP. Mais pour leur proposer d’adopter cette nouvelle base de données lorsqu’elle sera disponible. « Quand notre solution sera disponible, les clients Sybase représenteront bien entendu un point d’entrée naturel. Nous sommes actuellement en phase de prototypage avec des clients comme Colgate. Nous entrerons dans la phase de disponibilité limitée, fin 2010 ou début 2011, pour une disponibilité générale au second semestre 2011 », précise Hervé Couturier.

Cette annonce ne manquera pas d’inquiéter certains clients de Sybase, et de Sybase IQ en particulier qui ont construit des systèmes analytiques critiques de production autour de cette solution. Hervé Couturier explique que « Nous maintiendrons et supporterons Sybase IQ pendant probablement neuf ans puisque nous allons appliquer la politique standard SAP, il y aura sans doute des améliorations fonctionnelles légères, mais du point de vue direction technologique, nous allons converger vers la plate-forme SAP ».

Cette annonce a le mérite d’être claire et d’informer très en avance les clients Sybase du plan de migration qui leur sera proposé, tout en leur laissant largement le temps de s’organiser et de faire des choix. Elle laisse tout de même en suspens une interrogation technologique. Sybase, par l’intermédiaire de ses consultants, avait toujours expliqué que les bases de données en colonnes n’étaient pas adaptées à la gestion transactionnelle. SAP semble avoir trouvé la voie pour qu’il en soit autrement. Il faudra bien entendu vérifier que les gains annoncés (on parle d’une base de données 70 à 100 fois plus rapide que les SGBDR classiques) se transformeront en réalité. Et si cette barrière technologique est franchie, elle pourrait aussi laisser penser que Sybase a préféré segmenter son offre et réserver IQ aux applications décisionnelles pour ne pas pénaliser les ventes de sa base relationnelle.

DROIT DE REPONSE DE SAP

« C’est la politique de SAP de ne pas discuter de l’intégration et des plans produits des acquisitions en cours jusqu’à la clôture de la transaction.
À ce titre, les déclarations de Mr Couturier dans l'article ont été prises hors contexte, comme il parlait de plans de produits SAP, et non de ceux de Sybase. En ma qualité de membre du Conseil Exécutif de SAP en charge de la technologie, je tiens à préciser que nous avons l’intention de soutenir complètement toute la clientèle IQ Sybase et les orientations actuelles du produit IQ.
La technologie Base de données de Sybase et la technologie SAP « In memory », amélioreront de manière fondamentale tous nos produits et apporteront une valeur ajoutée à nos clients, et cela sans aucune rupture. Nous soutenons entièrement la direction de John Chen dans sa conduite de notre stratégie d’intégration planifiée. Nous poursuivons notre travail afin d’identifier des approches qui permettront l’échange technologique entre les deux sociétés afin de se soutenir l’une et l’autre », Vishal Sikka, Chief Technology Officer, SAP Ag.




Commentaires

1.Posté par Jean-Michel Franco le 13/06/2010 21:34
Ce scénario d'abandon m'apparait peu probable .

D'une part, Sybase IQ comble un trou dans l'offre SAP notamment pour les clients BusinessObjects n'ayant pas de back end SAP : SAP n'a pas de solutions de data warehouse à proposer pour ces clients. Et le discours de SAP sur les bases de données en mémoire prononcé à SAPPhire et au World Tour ne s'adressait pas à ces clients mais plutôt aux clients SAP ERP (en leur proposant à terme un scénario d''intégration du décisionnel et du transactionnel dans une même base de données centralisée).

Ensuite, ce serait sans précédent sur le marché que de voir une base de données abandonnée. RDB, ou Informix, rachetés par Oracle et IBM depuis plusieurs années continuent à être supportées par les éditeurs en question, peut-être du fait que le service de support d'une base de données est un business très rentable ;-)

La question de l'intégration se pose surtout me semble t-il pour les clients SAP. Pour ceux-ci on attend avec impatience une roadmap de la part de SAP une fois la fusion consommée. SAP devra préciser rapidement car les clients SAP BW ont maintenant de nombreuses options : en complément de l'option appliance en mémoire BW Accelerator, Teradata et HP Neoview pour SAP BW sont maintenant disponibles , et Oracle a annoncé cette semaine qu'Exadata était en passe d'être certifié sur SAP. On peut donc s'attendre à une intéressante guerre des bases de données sous-jacentes aux applications SAP qu'il faudra suivre de près. A noter que pour les clients BW, Sybase IQ propose déjà une option de near line storage qui est très complémentaire à l'approche in memory, puisqu'elle permet de stocker les données peu fréquemment accédées sur des support de stockage à bas coût.

2.Posté par Stefan le 16/06/2010 11:12
D'accord avec Jean-Michel sur le principe.

Questions quand même :

Est-ce que SAP va vendre cette NewDB aussi séparément? ( juste pour un DW par exemple ) ou "seulement" packagée avec un ERP/BI/CRM ?

Enfin, comment alimenter cette fameuse base en mémoire et en colonnes qui n'est pas très adaptée au transactionnel? Avec quel outil , seulement propriétaire SAP ou aussi d'autres ETL? Le client acceptera-t-il d'avoir tous les oeufs dans le même panier et s'exposer à une totale dépendance d'un seul éditeur + tous les coûts cachés que cela peut impliquer?

On se rappelle que SAP vient de faire un grand tour d'alignement sur les % de maintenance et sur les prix logiciel/service/formation , ce qui a rendu furax un très grand nombre de clients ex Business Objects. Mauvais présage sur ce qui peut se passer avec le coût de la maintenance Sybase sous peu?


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.