Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


SAP rachète l’éditeur KXEN, une star de l’analyse prédictive


Rédigé par le 11 Septembre 2013

Les clients de KXEN figurent parmi les sociétés les plus avancées dans le domaine de l’informatique décisionnelle. Dans les domaines de la distribution, des banques, des télécommunications, ils ont dépassé le stade du reporting et adaptent leurs modèles d’affaires en fonction de leurs prévisions. En mettant la main sur KXEN, SAP acquiert une des pépites de ce marché.



SAP rachète l’éditeur KXEN, une star de l’analyse prédictive
Hier outil de reporting, l’informatique décisionnelle est devenue un sujet d’analyse. Mais les plus avancés des utilisateurs n’en sont déjà plus à regarder dans leur rétroviseur, mais à braquer leurs projecteurs dans la bonne direction. Une direction que les outils d’analyse prédictive les aident à identifier. Deux méthodes coexistent : celle des statisticiens, utilisateurs d’outils tels que SAS ou SPSS ; et celle des utilisateurs plus orientés « affaires », qui préfèrent des outils plus simples d’utilisation, quitte à ne pas maitriser ce qui se passe dans la « boite noire ». Kxen se situe dans cette seconde catégorie, tout comme Alpine Data Labs ou Alteryx. Les modèles proposés par l’outil restent inexplicables pour beaucoup de leurs utilisateurs. Mais cela ne signifie pas que la statistique et les mathématiques en soient absentes ; ils sont juste cachés aux yeux de l’utilisateur. Et Roger Haddad, fondateur de Kxen a su implanter les meilleurs algorithmes, tout en dissimulant leur complexité aux yeux des utilisateurs.

SAP a donc annoncé hier son intention d’acquérir Kxen, pour mettre son modèle d’analyse prédictive en temps réel au service du développement de SAP HANA. Cela lui permettra de déployer l’analyse prédictive au-delà des spécialistes du sujet (data scientists) et de la mettre au service des lignes d’affaires. SAP envisage de rendre les solutions Kxen disponibles sous forme de licences en complément de SAP HANA, mais également au travers de la version « cloud computing » de HANA. Recruté il y a trois ans par les actionnaires de Kxen, le CEO, John Ball, a donc accompli sa mission : préparer l’entreprise et lui trouver un acquéreur.

Le grand perdant de ce rachat est finalement Teradata. Très proche de Kxen, ils affichaient de nombreux clients en commun. Et même si SAP dit souhaiter laisser à Kxen son indépendance, tout le monde sait qu’il s’agit d’un message conventionnel, amené à évoluer dans les mois qui suivront l’acquisition. Les relations entre Teradata et Kxen se détérioreront donc forcément, d’autant plus que le succès de SAP HANA impacte directement les positions acquises par Teradata. Ce dernier doit aujourd’hui regretter de ne pas avoir pu ou su proposer le montant que SAP a investi dans le rachat de Kxen – le montant de la transaction n’a pas été précisé par SAP.




Commentaires

1.Posté par spectateur le 17/09/2013 16:10
Business Objects ne leur suffsait plus, SAP rachète KXEN maintenant.
Déja que la licence BO n'était pas donnée....

2.Posté par Maximilien Abibou le 18/09/2013 09:23
Mais la nature à horreur du vide et l'univers du datamining est de plus en plus accessible :
“ Deux méthodes coexistent : celle des statisticiens, utilisateurs d’outils tels que SAS ou SPSS ; et celle des utilisateurs plus orientés « affaires », qui préfèrent des outils plus simples d’utilisation, quitte à ne pas maitriser ce qui se passe dans la « boite noire ». “
La solution knowlbox de l’éditeur français Complex Systems répond à la fois aux exigences des deux catégories d’utilisateurs. Cette solution à deux composantes, comporte d’une part un “studio” de datamining complet, simple d’utilisation sans être une boite noire et particulièrement innovant. Connecté à la base de donnés, le studio permet en effet de réaliser et de déployer les analyses prédictives directement dans la base, en supprimant totalement les fichiers d’analyse et la création d’agrégats de données – les dataminers apprécieront... La deuxième composante, knowlbox apps est dédiée aux profils métier. Elle délivre des applications prêtes à l’emploi, disponibles sous la forme de web services. Les utilisateurs métiers n’ont ainsi plus à se transformer en statisticiens pour disposer d’une information prédictive dont l’enjeu opérationnel est capital.
knowlbox est certainement un grand pas en avant dans l’analyse prédictive.

3.Posté par Vallaud le 22/09/2013 16:06
Le 24/10/2010 alors que KXEN s'affirmait comme leader du data mining prédictif après le rachat de SPSS par IBM j'avais prédit cela à Roger Adad http://www.decideo.fr/Rachat-de-SPSS-par-IBM-une-formidable-opportunite-pour-KXEN-selon-Roger-Haddad_a3364.html. Je ne sais pas si le deal a été d'un montant élevé car la société a eu du mal à trouver un point d'équlibre, elle perdait encore de l'argent en 2012 http://www.societe.com/societe/k-x-e-n-421400631.html. Ce que je sais c'est que j'avais du mal à croire à un outil utilisant une seule technique (les SVM) pour parvenir à travailler sur des problématique très différentes.
Néanmoins c'est encore un éditeur de solution de data mining qui se fait racheter...et cela c'est peut être domage vs le tout open source.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.