Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Synotis, un an après : Entretien avec Robert Bounheng, co-fondateur


Rédigé par le 17 Avril 2013



Donc, un an après la création, quel bilan faites-vous de la création de Synotis ?

Robert Bounheng, co-fondateur de Synotis
Robert Bounheng, co-fondateur de Synotis
La société a atteint les objectifs qu’elle s’était fixée, tant en termes de chiffre d’affaires, de marge et d’effectifs.
Ce bilan positif a été atteint grâce à une équipe soudée et alignée sur les mêmes enjeux.
Malgré un marché 2012 assez morose, cette réussite nous la devons évidemment à nos clients qui ont fait confiance à une structure jeune mais innovante et à l’implication de tous nos collaborateurs qui ont fait preuve d’excellence pour répondre à leurs objectifs.
Côté business, la signature d’un partenariat GOLD avec l’éditeur Talend avec vente de licences a fortement contribué au développement de notre activité tout en renforçant nos liens avec l’un des premiers acteurs mondiaux Open Source français.
Sur le plan personnel, Sébastien et moi avons pris conscience qu’il fallait du courage et de l’énergie pour entreprendre en France mais c’est une très belle aventure entrepreneuriale.

Quels sont vos premiers chiffres clefs ? Nombre de clients, CA, nombre de missions…

Nous avons travaillé l’année dernière avec une trentaine de clients différents dans les secteurs des médias, des télécoms, des services et des services financiers.
Ceci nous conforte dans le fait que les offres de marché avec Talend ont un fort potentiel et offrent de belles perspectives de croissance.
Nous avons également mené des missions avec des clients historiques et avons accompagné de nouveaux partenaires dans leur mise en place de solutions Talend.
Nous avons remporté beaucoup de missions autour de l’ETL de Talend et des projets Dataquality, MDM et ESB.
Synotis a réalisé des projets au forfait, une tendance que nous allons d’ailleurs développer en 2013.

Avez-vous trouvé les compétences que vous recherchiez ? Où et comment les avez-vous convaincus de rejoindre Synotis ?

Un an après notre lancement, notre « Dream Team » a su intéresser des collaborateurs expérimentés qui sont aujourd’hui embarqués dans l’aventure Synotis.
Ce qui les a séduits ? Notre positionnement de spécialiste, notre capacité à les accompagner à grandir et les moyens que nous mettons en œuvre pour qu’aucun collaborateur en mission ne se retrouve pas seul devant une problématique qu’il découvre pour la première fois !
Nous avons mis en place un outil de travail collaboratif pour le partage de connaissances ainsi qu’un forum interne très efficace. Synotis a souscrit à un programme de formation qui se poursuivra durant toute l’année. Les entretiens annuels ont fait ressortir certains souhaits que nous serons en mesure d’exhausser en 2013. De plus, toute l'équipe est certifiée par Talend…
Nos recrutements devraient se poursuivre avec des compétences spécifiques pour répondre aux besoins des missions qui nous sont confiées. Pour cela, nous faisons systématiquement passer des tests techniques pour valider les acquis des candidats.
En 2012, la majeure partie de nos embauches ont été effectuées par mon réseau et celui de mon associé, Sébastien Malleret, et en 2013, nous allons explorer d’autres voies.
Actuellement, Synotis recherche des développeurs, débutants ou expérimentés, et un Chef de Projets senior, alors, si vous souhaitez rejoindre une équipe dynamique et compétente, et que vous avez déjà travaillé sur les solutions Talend (ETL, MDM, ESB), contactez-nous sans attendre : rh@synotis.com.

Vous aviez imaginé commencer sur Talend et vous ouvrir à d'autres outils ? Où en êtes-vous ? Et quelle est la part de Talend dans votre business ?

A ce jour, même si la part de notre activité sur les technologies Talend reste majeure, nous accompagnons nos clients sur des problématiques de Business Intelligence en couvrant toute la chaine décisionnelle.
Talend comme ETL bien sûr mais également Jaspersoft, Jedox / Palo et Tableau Software sur des aspects de restitution. Ceci est lié à notre ADN Open Source avec une exception pour Tableau. C’est d’ailleurs une excellente solution de Datavisualisation que nous préconisons de plus en plus en fonction du contexte client.

Quelle est la part de "nouveaux clients", c'est à dire non issus de votre connaissance du parc Talend existant ?

Tout d’abord, 100% de nos clients ne nous connaissaient pas sous cette casquette d’intégrateur.
Aussi, a-t-il fallu les contacter pour leur présenter nos métiers et la diversité de nos offres.
En 2012, nous avons travaillé essentiellement avec des clients que nous connaissions déjà, qui représente 60% de notre business, ce qui nous a permis de débuter dans les meilleures conditions, de consolider nos partenariats commerciaux et de constituer peu à peu une équipe solide. En parallèle, nous avons réussi à signer avec de nouveaux comptes comme JC Decaux, Adami, WFinance, Mutuelle Nationale Territoriale ou encore Car&Boat. Des signatures obtenues grâce à différents canaux : Web, appels entrants, travail avec le partenaire.

A quels obstacles avec vous été confrontés, que vous n'imaginiez pas ?

Contre toute attente, les problématiques de référencement n’ont pas été un frein.
Notre étiquette de spécialiste nous a permis de travailler avec des grands comptes, qui ont eu l’audace de faire des « entorses » à leur programme de référencement car les opérationnels ont pu justifier notre valeur.
Ma crainte résidait davantage à notre capacité à gagner des appels d’offres publics. Mais, là encore, nous avons été tout à fait crédibles et avons remporté des marchés face à des compétiteurs souvent mieux armés que nous sur ce type de démarche.
A chaque fois, notre compétence, notre savoir-faire et notre approche innovante ont fait la différence.

Comment ont évolué vos relations avec Talend ?

Nous sommes devenus de vrais business partners, avec des process définis qui nous permettent de travailler ensemble dans un cadre structuré pour la création d’opportunités, le suivi d’opportunités et le closing.
Nos clients apprécient notre capacité à travailler conjointement avec les équipes techniques de Talend.
Cela passe tout d'abord par une explication des process du support Talend, auprès de nos équipes et de nos clients. Il n'est d'ailleurs pas rare que nous intervenions pour le compte de nos clients dans le cycle de vie d'un ticket de support (détection d'une anomalie, apport de précisions, réception de la correction).
L'ensemble de nos collaborateurs participent sur les différents outils communautaires (forums, bugtracker) afin d'accompagner la communauté dans l'utilisation des outils à notre niveau, et de remonter les demandes de nouvelles fonctionnalités produits.
Cette démarche nous permet d'entamer des discussions sur ces sujets avec l'éditeur lorsque celles-ci peuvent intéresser un grand nombre d'utilisateurs.

Que pensez-vous de l'évolution de l'open source ? La vague semble s'être tassée et les clients plus attentifs à la création de valeur qu'à la forme de la licence ?

Les clients ont toujours été très attentifs à la création de valeur, c’est pourquoi le marché a et continue à avoir un vrai engouement pour l’Open Source. Il ne s’agit plus de comparer des modèles de licences mais des propositions de valeur que chaque éditeur est amené à faire.
Il n’y a qu’à regarder « la force de frappe » de Talend sur les Big Data…
Bertrand Diard, PDG de Talend, a été chargé par le gouvernement de définir les grandes lignes de la très précieuse filière Big Data en France.
Aujourd’hui, le sujet Big Data évoque des frameworks qui sont Open Source, tels que Hadoop.
Même les éditeurs propriétaires proposent des offres en relation ou qui s'appuient même sur ces briques Open Source. L'Open Source est donc encore bien présent.
Certes, les clients sont plus attentifs à la création de valeur qu’au type de licence.
Néanmoins, les fondamentaux de l’Open Source comme l’utilisation de standards ouverts et la possibilité de s’appuyer sur une communauté forte, associées à une structure commerciale de ré-assurance pour le support et l’expertise apparaissent comme générateur de valeur.
Talend offre selon nous cette proposition de valeur : un outil accessible techniquement, développé avec des standards du marché, qu'il est possible d'enrichir ou de modifier au besoin avec des offres commerciales qui reprennent ce même socle technique, enrichie de fonctionnalités permettant de faciliter l'industrialisation des cycles de développements et de déploiements.

D'ailleurs comment se fait-il que l'open source se développe en France, beaucoup plus qu'en Amérique du Nord par exemple ?

Je ne pense pas que ce soit réellement le cas !
D’ailleurs, ne vaudrait-il pas mieux comparer l’Amérique du Nord avec l’Europe pour être précis ?
L’Europe est historiquement un incubateur de technologies Open Source mais il ne faut pas oublier d’où viennent Jasper, Pentaho, Redhat, …
Le développement d’un éditeur sur un marché dépend de son origine et de l’investissement qu’il fait pour développer un secteur géographique.
Si on prend l’exemple de Talend, c’est une véritable réussite en France et aux US.
En France, le marché était pourtant déjà bien occupé par de grands éditeurs, la plupart des entreprises étaient déjà équipées d’un « ETL », l’Open Source était encore à une étape d’évangélisation quand nous avons démarré.
Malgré tout cela, de grandes entreprises nous ont fait confiance sur des projets stratégiques.
Je ne pense pas qu’elles le regrettent aujourd’hui quand on voit un taux de renouvellement proche des 100%.
Sur le marché américain, Bertrand Diard a senti ces opportunités de croissance et s’est très rapidement installé aux US pour développer la société. En choisissant les bons partenaires et en mettant en place la bonne stratégie, il en a fait la success story que l’on connaît….
Grace au développement de produits robustes, en phase avec les attentes du marché, un bon marketing et des forces de vente efficaces, le succès est au rendez-vous.
Sébastien Malleret et moi espérons bien évidement suivre les traces de nos ainés et connaitre la même réussite…




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.