Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


70% des collaborateurs déclarent se sentir dépassés ou malheureux lorsqu'ils travaillent avec les données, selon une étude menée par Qlik et Accenture


Rédigé par Communiqué de Qlik le 28 Février 2020

Le bonheur au travail résiderait-il en partie dans la maîtrise des données et des outils technologiques ? Selon l'étude « The Human Impact of Data Literacy » menée par Qlik et Accenture auprès de 1 000 personnes en France, la majorité des employés français présentent des symptômes d'épuisement professionnel lorsqu'ils travaillent avec les technologies d'entreprise, telles que les outils de communication (49%) et les logiciels de CRM (63%).



Encore plus inquiétant : 64% déclarent se sentent submergés par les données et de ce fait leur stress sur leur lieu de travail n'en est que plus grand. Cette carence en compétences data n'est pas sans conséquences sur l'absentéisme car 22% des collaborateurs des entreprises françaises ont déjà pris au moins un jour d'arrêt maladie en raison du stress lié aux questions d'information, de données et de technologie.

Pour Stéphane Briffod, directeur avant-vente Europe centrale, Qlik : « Ces dernières années, les entreprises ont accéléré leur transformation numérique afin d'évoluer vers un modèle « data-driven », car elles ont pris conscience du potentiel de leurs données. Toutefois, elles ont manqué d'esprit d'à-propos en négligeant la formation de leurs collaborateurs au moment de la mise en place des nouveaux outils permettant de transformer ces données en enseignements de valeur. Aujourd'hui, une dichotomie réelle est apparue entre les ambitions des entreprises et les compétences des collaborateurs, allant jusqu'à générer stress et mécontentement chez certains d'entre eux. C'est pourquoi il devient indispensable de mettre en place des programmes de formation à la Data Literacy. »

La Data Literacy (datalphabétisation en français) est un ensemble de compétences liées aux données, permettant de lire, comprendre, travailler et argumenter avec ces dernières. Selon l'étude menée par Qlik et Accenture, les employés interrogés considèrent qu'une formation à la maitrise des données les rendrait plus productifs (28%) et réduirait le stress au travail (17%).
Qlik et Accenture sont les membres fondateurs du Data Literacy Project, la communauté mondiale qui se consacre à alimenter les discussions et à développer les outils nécessaires pour façonner une société confiante, performante et maitrisant les données.

Á propos de l'étude
Le rapport « The human impact of Data Literacy » se base sur des études conduites par Opinium auprès de 9000 employés dans le monde, travaillant à plein-temps dans des organisations de plus de 50 personnes en Angleterre, USA, Allemagne, France, Singapour, Suède, Japon, Australie et Inde en Septembre 2019.
Pour calculer le temps moyen perdu par les entreprises en raison de la procrastination et des arrêts maladie liés aux données, l'équipe de recherche a calculé le total des heures perdues par procrastination en moyenne par semaine (mesuré par rapport à la moyenne des semaines travaillées par pays, qui est de 44,84 semaines) et la moyenne des jours perdus par congé maladie lié aux données chaque année. Le temps perdu calculé est de 43 heures par employé et par an.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.