Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


En BI comme dans d'autres domaines, la révolution informatique émane des utilisateurs finaux


Rédigé par Jamal Labed, EasyVista le 26 Novembre 2016

Selon Jamal Labed, co-fondateur d’EasyVista, leader des solutions de Service Management pour les services informatiques, tous les services informatiques font face à ce même challenge : satisfaire les attentes. Les utilisateurs mobiles actuels s’attendent à bénéficier, dans le cadre professionnel, d’interactions similaires à celles que leur offrent les solutions grand public dans le cadre privé.



Jamal Labed, co-fondateur d’EasyVista
Jamal Labed, co-fondateur d’EasyVista
Le samedi, les utilisateurs utilisent leur smartphone pour repérer le Starbucks le plus proche, obtenir l’itinéraire détaillé, effectuer le pré-rachat d’un Mocha latte, passer le prendre, faire une photo et dire à tous leurs amis « le café : ma raison d’être » … avant de passer à d’autres activités personnelles. Alors, pourquoi n’utiliseraient-ils pas ce même smartphone, le lundi, pour trouver l’emplacement de la salle de conférence, la réserver, s’assurer qu’elle dispose d’un projecteur, inviter les participants, télécharger l’agenda, partager des ressources avant la réunion, mettre en place un sondage rapide pour obtenir des retours… avant de passer à leurs autres activités professionnelles ?

Des attentes qui dépassent la réalité des services

Alors que l’écart se creuse entre les prestations proposées sur le lieu de travail et à l’extérieur, les départements informatiques éprouvent des difficultés à mettre des services attrayants, complets et efficaces à la disposition d’utilisateurs finaux qui les considèrent déjà comme un dû. Ils ont du mal, car la transition vers le statut de fournisseur de services moderne ne saurait reposer sur une approche rigide et fortement régentée de l’informatique. Preuve en est, certaines entreprises basculent leurs budgets technologiques de l’informatique vers les services métier ou fonctionnels. Selon IDC, 61% des projets technologiques d’entreprise sont aujourd’hui, financés par les directions métier et fonctionnelles, et leurs dépenses devraient continuer à dépasser les budgets des services informatiques.

Toutes ces actions sont-elles possibles sur le lieu de travail ? Là, nous savons que oui. Mais peuvent-elles être effectuées dans la file d’attente, chez Starbucks, le samedi, via un smartphone personnel ? Dans la majorité des cas, non. Vous venez de découvrir que vos salariés sont mobiles ! Ajoutons à cela que leurs compétences technologiques sont très différentes les uns des autres. Il n’en reste pas moins qu’ils ont un point commun : ils veulent tous pouvoir décloisonner vie professionnelle et vie privée simplement.

Une tendance vers le « shadow IT »

Alors pourquoi cette rupture ? Pourquoi les « outils » au travail – la technologie que nous utilisons dans l’entreprise- posent-ils problème ou sont-ils indisponibles lorsque les utilisateurs sont mobiles ? Pourquoi forcer les utilisateurs à utiliser un appareil spécifique (un PC de bureau ou un portable, par exemple) pour effectuer certaines tâches ?

Dans de nombreux cas, cela est dû à l’inadéquation entre les solutions proposées et les usages. Les salariés dits « fixes », à savoir ceux qui utilisent un clavier, un grand écran (voire deux) et une connexion réseau directe aux salariés au sens classique du terme étaient bien définis. Leurs profils détaillaient les applications disponibles, les données auxquelles ils avaient accès et les règles de sécurité qui les concernaient. Mais comme chacun le sait, nous ne travaillons plus de manière traditionnelle.

En outre lorsqu’un département informatique ne satisfait pas les attentes des utilisateurs, il s’ensuit directement une prolifération de projets informatiques fantômes – projets dits « shadow IT » - par lesquels équipes et départements métier adoptent elles-mêmes les services de leur choix. Et le problème ne fait que croître et s’amplifier. Selon une étude récente de Cisco, le shadow IT serait omniprésent dans les entreprises, sollicitant jusqu’à 15 fois plus de services de Cloud que ce que les DSI peuvent imaginer. Cette pratique n’est pourtant pas dénuée de risques : sécurité et conformité des données viennent s’ajouter à des coûts cachés faramineux, mais aussi à une hausse considérable de l’activité support du département informatique.

Biographie de Jamal Labed, co-fondateur d’EasyVista

Jamal Labed est le co-fondateur et directeur général d’EasyVista, éditeur français de logiciels présent en Europe et en Amérique du Nord, dans le domaine de l’IT Service Management et des Business Apps. Entrepreneur, il a, précédemment, créé et revendu, deux start-up, SIGHT International et Echo Soft Technologies, respectivement spécialisées dans la formation informatique et l’édition de logiciels. Engagé dans les causes professionnelles d’intérêt général, il a fait de l’essor du numérique français et de la création d’opportunités d’emplois dans le 93, son cheval de bataille. De 2012 à 2016, Jamal Labed a assuré la présidence de Tech in France (ex-AFDEL), la 1ère organisation représentant l’édition de logiciels en France avec plus de 350 membres. L’AFDEL a pour objectif principal de faire entendre la voix des éditeurs de logiciels auprès des instances concernées. Diplômé de Sup de Co Rouen, Jamal Labed a été fait Chevalier de la Légion d’honneur en 2013 par Fleur Pellerin.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.