Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Future of work : comment l’IA va redéfinir la transformation digitale


Rédigé par Bertrand Jouvenot, Colibee le 4 Décembre 2019

Aujourd’hui, 29 % des tâches réalisées sur le lieu de travail le sont par des machines ou des algorithmes. D’ici 2025, une étude réalisée par HUB Institute estime que l’IA concernera plus de la moitié des actions menées par les salariés.



Bertrand Jouvenot, Consultant Colibee
Bertrand Jouvenot, Consultant Colibee
Dans un monde en constante évolution où les nouvelles technologies n’ont de cesse de réinventer notre quotidien, aussi bien personnel que professionnel, l’avènement croissant de l’intelligence artificielle va considérablement redéfinir les process de travail, mais également les profils et les compétences recherchés par les entreprises.

Comment se préparer à un future of work dopé à l’IA ?

Une transformation digitale en pleine mutation

Pour certains acteurs du marché, la transformation digitale est une question centrale dans l’évolution de leur entreprise. C’est par exemple le cas de Procter & Gamble, qui a choisi de challenger ses équipes et de recourir à une expertise digitale externe pour se placer en rupture avec elle-même, et ainsi stimuler son innovation… et son modèle économique.

Pour d’autres, la transformation digitale est plus légère, constituée d’outils et d’effets d’annonce, de méthodes innovantes mais verticales, concernant des départements à la marge de leurs métiers comme l’IT, les RS, les services marketing et communication.

Ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui encore, la transformation digitale est un sujet large qui correspond à des réalités extrêmement variées d’une entreprise à l’autre.

Future of work : vers des profils hybrides

Cette nouvelle typologie place les entreprises face à un grand changement. Très vite, elles ont pris conscience du besoin grandissant de nouveaux profils, sans pour autant comprendre vers quelles compétences s’orienter.

Hier, les entreprises recrutaient des compétences correspondant à des postes bien déterminés, inscrits dans la durée. Aujourd’hui, cela ne suffit plus : alors que les métiers évoluent extrêmement vite, elles doivent appréhender les qualités sous-jacentes des profils pour projeter leur évolution. Elles se tournent alors vers de nouveaux profils académiques, des profils hybrides, pluridisciplinaires, où le savoir-être est primordial. Dans ce cadre, les consultants indépendants sélectionnés à la fois pour leurs soft skills et pour leurs hard skills peuvent constituer les bonnes ressources pour mettre en œuvre les transformations annoncées par l’IA.

Il faut dire que la révolution artificielle annoncée amorce de nombreux bouleversements. L’IA, c’est une intelligence mécanique, inhumaine, capable de ne réaliser qu’une seule action de manière obsessionnelle et parfaitement exacte. C’est la partie gauche du cerveau. En revanche, la créativité, l’imaginaire, la prise de risque et de décision, l’innovation sont des vertus propres à la partie droite du cerveau, liée à l’émotionnel. Inaccessibles à l’IA, les soft skills sont le terrain de jeu de l’humain, et seront indispensables aux entreprises qui implémenteront l’intelligence artificielle dans leurs process et leur culture d’entreprise.

À l’horizon 2022, les compétences les plus sollicitées seront d’ailleurs la pensée analytique, l’innovation, l’apprentissage, la créativité, l’originalité, l’initiative, la conception et programmation de technologies et la capacité à adopter un esprit à la fois critique et analytique. Des compétences qui s’éloignent progressivement des hard skills, et qui privilégient des qualités psychologiques telles que la capacité d’adaptation ou l’appétence à l’apprentissage, indispensables pour les collaborateurs de demain qui devront composer avec des outils exigeant souplesse et inventivité.

Intelligence artificielle : comment s’y préparer ?

Pour se préparer au raz-de-marée IA, les entreprises doivent prendre en compte trois éléments clés.

En premier lieu et contrairement à ce qui a été fait parfois avec l’apparition d’internet, avant même de chercher à l’implémenter, il faut auditer. Qu’est-ce que l’IA peut apporter à l’entreprise, comment peut-elle contribuer à faciliter, accélérer ou repenser les tâches quotidiennes ? L’intelligence artificielle doit se mettre au service des besoins de l’entreprise, et non le contraire.

Ensuite, il faut effectuer un bilan des compétences en place : quelle est la culture d’entreprise ? Quelle est la politique managériale ? Cela permettra d’anticiper les freins et d’éviter les blocages face à une équipe qui peut avoir du mal à adopter de nouveaux outils. Avant de bouleverser les process, il vaut mieux s’assurer que le terrain est fertile.

Enfin, et surtout, les entreprises doivent éduquer, rassurer leurs collaborateurs pour mieux évangéliser sur les questions d’intelligence artificielle.

Il ne faut plus opposer intelligence artificielle et humaine. La machine a besoin de l’homme, mais l’homme a également besoin de la machine : ce nouveau paradigme catalysé par la démocratisation annoncée de l’IA va pousser les entreprises à passer de l’éducation à l’apprentissage et à réinventer leur manière de travailler… Jusqu’à la prochaine révolution technologique.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.