Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Les pannes des objets connectés (IoT) touchent 64% des utilisateurs dans le monde, à mesure que la complexité du cloud explose


Rédigé par Communiqué de Dynatrace le 29 Août 2018

Pour 72 % des consommateurs, les bugs informatiques pour certaines applications IoT risquent de causer de graves dégâts.



Photo by Aron on Unsplash
Photo by Aron on Unsplash
Dynatrace, the software intelligence company, dévoile aujourd'hui les résultats d'une étude portant sur l'utilisation des objets connectés, menée auprès de 10 000 consommateurs du monde entier. Sur les 52% des répondants qui déclarent utiliser des dispositifs connectés (IoT), 64% d'entre eux ont déjà rencontré des problèmes de performance.

Les consommateurs interrogés rencontrent en moyenne 1,5 problème de performance digitale par jour et 62% d'entre eux craignent que le nombre et la fréquence des problèmes rencontrés augmenteront en raison de la montée en puissance de l'IoT.

Ces résultats révèlent que les organisations qui déploient des stratégies d'IoT doivent impérativement maîtriser deux choses. Premièrement, la croissance de la complexité informatique due aux nouvelles technologies du cloud, aux microservices et à la course à l'innovation. Deuxièmement, l'élaboration de stratégies solides de monitoring et de performance des IoT afin d'assurer une livraison d'applications de qualité et une bonne expérience digitale.

« L'architecture informatique et la chaine de liaison associée à chaque appareil connecté sont extrêmement complexes. Alors que les entreprises doivent déjà faire face à la complexité du cloud, les IoT amplifient ce phénomène avec les capteurs, les quantités importantes de nouvelles données et les architectures dynamiques basées sur les conteneurs. », explique Eric Maillard, Consultant expert en Performance Applicative chez Dynatrace. « Les consommateurs signalent déjà des problèmes dans divers domaines : applications médicales, compteurs intelligents, serrures connectées, assistants personnels virtuels, thermostats et réfrigérateurs intelligents. Leur confiance a été entamée et ils ne toléreront plus de mauvaises expériences. Pourtant, l'ère de l'IoT n'a pas atteint son plein potentiel et ne fait que commencer. Les entreprises doivent trouver des moyens de traiter, analyser et gérer l'architecture complexe des objets connectés de manière globale, tout en ayant un niveau de détail fin sur chaque élément de l'architecture. Ceci afin qu'elles sachent précisément et en temps réel ce qui se passe, et où surgissent les problèmes. C'est une tâche compliquée dans ce type d'environnement."

L'IoT sur la route

Les problèmes de performance digitale rencontrés au quotidien par les consommateurs les rendent méfiants vis-à-vis d'autres utilisations de l'IoT. 85% des personnes interrogées sont préoccupées par le disfonctionnement des voitures autonomes, qui pourraient entraîner des collisions à grande vitesse, et 72% pensent que ces problèmes logiciels pourraient entraîner de graves blessures et des décès. D'ailleurs, 84% des consommateurs déclarent qu'ils n'utiliseront pas de voitures autonomes par peur de panne logicielle.

"Les pannes des objets connectés pourraient être fatales. Il est donc compréhensible que les consommateurs soient méfiants, Il est important que l'industrie adopte une nouvelle approche, plus robuste, pour s'assurer que les logiciels ne compromettent pas notre sécurité ", poursuit Eric Maillard.

Outre les voitures autonomes, 86% des consommateurs craignent que les serrures numériques ne les empêchent d'accéder à leur véhicule, tandis que 67 % évoquent des problèmes avec les feux de circulation intelligents.

L'IoT dans la santé

Les consommateurs sont également préoccupés par les problèmes logiciels dans le secteur de la santé. 62% des répondants ne font pas confiance aux dispositifs connectés pour l'administration des médicaments. Ce sentiment est renforcé chez 74 % des personnes de 55 ans et plus. L'utilisation de l'IoT pour surveiller les signes vitaux tels que la fréquence cardiaque et la tension suscite également des préoccupations pour 85% des patients qui craignent que des difficultés de performance liées à ce type d'appareils ne compromettent les données cliniques.

L'IoT dans la maison

L'IoT s'invite également dans nos maisons. Les verrous intelligents sont utilisés pour assurer la sécurité, tandis que d'autres appareils connectés contrôlent les thermostats, l'éclairage ou les caméras. Ici encore, l'étude révèle que 83% des consommateurs craignent de perdre le contrôle de leur maison intelligente à cause de problèmes de performance digitale. 73% des consommateurs craignent d'être enfermés à l'intérieur ou à l'extérieur de leur maison à cause d'un bug informatique. Ils sont 68 % à craindre de ne pas pouvoir contrôler la température de leur maison intelligente, 64 % de ne pas pouvoir contrôler l'éclairage et 81 % redoutent une surfacturation du gaz, de l'électricité ou de l'eau à cause de problèmes logiciels des compteurs intelligents.

« Les anciennes méthodes de gestion des logiciels ne sont plus adaptées à cet environnement informatique extrêmement complexe. L'IoT engendre de nombreuses zones d'ombre et rajoute une couche de complexité. Les précurseurs des objets connectés considèrent que l'intelligence artificielle est la solution pour comprendre la complexité, cartographier l'environnement IT de bout en bout, détecter les problèmes en temps réel et avec précision, et fournir les réponses afin de les résoudre rapidement. C'est le seul moyen de maitriser l'ère de l'IoT dans laquelle nous sommes déjà. Les consommateurs demandent une expérience utilisateur parfaite. Sans une maîtrise de ce nouvel univers IT, les entreprises passeront à côté des nouvelles opportunités générées », conclut Eric Maillard.

Méthodologie de l'enquête :

Ce rapport, commandé par Dynatrace, se base sur un sondage en ligne menée par Opinium Research auprès de 10 002 répondants, dont 2 000 au Royaume-Uni, 2 000 aux États-Unis et 1 000 en France, en Allemagne, en Australie, au Brésil, à Singapour et en Chine. L'enquête est composée des réponses de 4 796 hommes et 5 206 femmes adultes, regroupés selon les tranches d'âge suivantes : 18-34 ans, 35-54 ans et 55 ans et plus.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.