Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


PME : les Chief Digital Officers ne sont pas réservés qu’aux grands comptes !


Rédigé par Valérie Mazzoni-Colin, Quadient France le 6 Octobre 2020

Une étude de la BPI sur la transformation digitale des PME, réalisée auprès de 1800 dirigeants de PME et d’ETI[1], révélait que près de 87% des décideurs interrogés ne faisaient pas de la transformation digitale une priorité pour leur entreprise. Concernant leur maturité digitale, 52% se considéraient en apprentissage sur ces enjeux et 38% affirmaient être sceptiques quant au bénéfice du digital. Un paradoxe à l’heure où les enjeux de transition digitale n’ont jamais été aussi importants. Pourquoi est-il nécessaire de changer la donne ? Comment opérer une transition digitale au sein des PME ?



Valérie Mazzoni-Colin, Marketing Director, Quadient France
Valérie Mazzoni-Colin, Marketing Director, Quadient France
Le Chief Digital Officer, une fonction transverse au sein de l’entreprise

Le rôle du CDO a considérablement évolué entre 2005 et 2020. Initialement, cette fonction était déployée suite à l’initiative des conseils de direction des grandes entreprises. Ces organisations, qui disposaient de moyens suffisants pour engager de tels profils, confiaient aux CDO la mission d’évangéliser leurs différentes business units. Véritables agents du changement, les directeurs de la transformation digitale opéraient alors un travail transverse de sensibilisation. Quelles allaient être les futures feuilles de route ? Comment gérer la conduite du changement ? Derrière des enjeux métiers, les CDO contribuaient à faire que l’ensemble de l’entreprise prenne conscience de la nécessité de s’adapter à un monde qui évolue rapidement dans l’ère du digital. En effet, le curseur de la stratégie d’entreprise s’est déplacé vers le numérique et ses révolutions technologiques.

La transformation digitale c'est 90% d'humain et 10% de technologie…

C’est Eric Chaniot, CDO de Michelin, qui résume le mieux l’envers du décor de la transformation des organisations. En effet, le défi premier des CDO repose sur la conduite du changement. Dès lors que les directives sont intégrées, il convient de les mettre en œuvre. Un travail colossal, de fond, effectué au quotidien avec l’ensemble des équipes. Une transformation qui devient plus aisée dès lors que l’on présente aux collaborateurs la valeur ajoutée du digital. Il ne s’agit pas de se limiter à un changement d’outils informatiques, la transformation digitale permet de dégager ces mêmes équipes de tâches basiques afin qu’elles se consacrent à des opérations ayant pour vocation d’apporter plus de valeurs et de stimulation à leur métier. Création de nouveaux services digitaux, réorganisation des équipes en vue de tirer les collaborateurs vers le haut, mise en place de nouveaux modèles d’affaires, les bénéfices ne manquent pas.

PME, n'attendez pas qu'il soit trop tard !

Aujourd’hui, près de 70% des grandes entreprises disposent de CDO. Pour ces acteurs majeurs, la transformation est engagée et est devenue un modèle de développement. Le changement doit à terme devenir une propriété, une caractéristique intrinsèque des organisations. La crise du covid-19 nous a démontré que nous sommes plus que jamais plongés dans un monde volatile dont les contours sont sans cesse voués à évoluer.

A contrario, la situation est bien moins évidente du côté des petites et moyennes entreprises. Bien souvent, la direction générale porte à elle seule un nombre important de fonctions et n’est pas entourée d’un comité de direction. Celle-ci ne dispose pas nécessairement d’une culture digitale et le coût pour le recrutement d’un CDO fait souvent office de repoussoir. Il faut que la situation change. Ces mêmes PME sont menacées si elles ne s’engagent pas dans leur digitalisation. La perte de marchés, l’incapacité de répondre à de nouvelles exigences technologiques, la disruption de leur offre par des startups innovantes … les risques sont légion. Les entreprises doivent désormais trouver des solutions pour s’engager dans cette voie et il en existe. En effet, de plus en plus de CDO indépendants collaborent en temps partiel avec des entreprises de taille moyenne. Des cabinets de conseil de taille intermédiaire, mais aussi les entreprises du numérique développent des offres sur-mesure et adaptées aux budgets pour accompagner les organisations prêtes au changement. Enfin, les réseaux d’acteurs du numérique tel que la BPI par exemple sont à leur disposition pour les accompagner et les conseiller pour s’engager dans leur transformation digitale.

Nous sommes à un tournant. La France compte près de 140 000 PME et peu se sont tournées à ce jour vers le digital. Si les chefs d’entreprises sont seuls aux manettes de leur organisation, s’ils sont souvent accaparés par des enjeux de compétitivité, ils ne doivent pas pour autant négliger le besoin d’engager leur entreprise dans de nouvelles voies. La pérennité de leur business dépendra en grande partie de leur capacité à s’engager dans une transformation digitale. Des solutions existent, dès lors il n’est plus qu’un mot d’ordre : aller de l’avant !

[1] https://www.bpifrance-lelab.fr/Analyses-Reflexions/Les-Travaux-du-Lab/Dirigeants-de-PME-et-ETI-face-au-digital




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.