Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


De l’analyse de données aux choix politiques


Rédigé par le 31 Juillet 2014

Les théories et discours économiques sont de plus en plus fondés sur des analyses de données, comme le montre actuellement le dernier best-seller international « Le capital au XXIème siècle » de l’économiste français Thomas Piketty. Cependant, que ce soit pour des démonstrations économiques ou pour des approches financières et marketing, les résultats dépendent d’abord des données disponibles et de leur qualité.



Michel BRULEY
Michel BRULEY
Partant d’une base de données compilant deux siècles d’événements, l’économiste montre que le taux de rendement du capital dépasse le taux de croissance de l’économie, ce qui concrètement signifie que l’enrichissement de la société profite plus aux porteurs de capitaux, et que donc les inégalités s’accroissent inexorablement. Fort de cette analyse et d’autres à découvrir dans le livre, Piketty, en bon français normal, propose de créer un impôt mondial sur le capital, afin d’arrêter l’explosion des inégalités.

Sans entrer dans le détail des polémiques que ce livre à générer, des erreurs relevées par certains experts, il convient de noter que les données utilisées dans les calculs sur les inégalités de revenus, sont celles des revenus avant impôts et avant transferts sociaux. Il en ressort que Piketty ne fait qu’enfoncer une porte ouverte sur la nécessité, pour une société démocratique, de disposer d’un système de régulation des inégalités (impôts et transferts).

Partant de données plus ou moins bonnes et en tout cas incomplètes, la démonstration débouche sur des conclusions mal fondées. Les recommandations dès lors ont peu de chance d’être les bonnes, vu qu’elles cherchent à résoudre, via de nouveaux impôts, un problème qui n’existe pas, à savoir l’accroissement inexorable des inégalités.

Comme en France actuellement, le monde a besoin d’une croissance solide, de forts investissements dans les hommes, dans leur formation, mais surtout pas de nouvelles taxes et de nouveaux fonctionnaires pour les collecter. Pour mémoire, le coût des fonctionnaires en France représente 12% du PIB contre seulement 7% en Allemagne.




Commentaires

1.Posté par Patrice le 09/08/2014 10:17
Bonjour,

Comment en 300 mots être capable de faire une analogie entre qualité des données et un livre de 1000 pages sur un sujet aussi difficile que l'évolution des inégalités : impossible. Du coup, on se retrouve avec un article, vide, creux, qui nous offrent des banalités sans nom et au final, qui a pour seul objectif de faire passer un message politique.
On le voit à l'utilisation de formules vides ou généralistes comme "Sans entrer dans le détail", "par certains experts", "Partant de données plus ou moins bonnes", "des conclusions mal fondées", "le monde a besoin d’une croissance solide". Mais si Mr Bruley, entrez dans le détail justement, et nommez s'il vous plaît ces experts afin que nous allions lire ce qu'ils en pensent (l'utilisation du mot expert est encore une fois ici galvaudé, Mr Piketti n'est-il pas un expert?), qu'elles sont ces données qui sont plus ou moins bonnes, pourquoi ne le seraient-elles pas, pourquoi les conclusions sont mal fondées, de quel niveau de connaissance pouvez-vous justifier pour faire un état de la croissance dans le monde? On peut avoir un avis divergent de celui de Mr Piketty, mais s'il vous plaît, ne vous contentez pas de banalités de ce genre (avec en apothéose votre solide non-argument sur le service public) : étayez vos propos. J'ai l'impression d'avoir lu un compte-rendu sur la situation économique du monde écrite par un collégien.

Salutations

2.Posté par Adrien le 27/08/2014 11:27
Patrice,

Le côté politique de la contribution est indéniable, mais je crains que concernant les fonctionnaires, M. Bruley est raison, nous en avons en France beaucoup plus qu'ailleurs.

Salutations

PS: Voir l'édude du Think Tank iFrap - http://www.ifrap.org/L-augmentation-du-nombre-de-fonctionnaires-confirmee-par-la-Cour-des-comptes,11452.html

3.Posté par lionel le 29/08/2014 20:15
J'aime Decidéo, je l'attendais et et l'ai reçu ce matin! Soyons lucide, peut-être, le big data ne fait que répondre à l'attente, coller au client. Comme le fait, aujourd'hui la publicité, en utilisant des photos de gens aux yeux cernés pour vendre des yaourts aux gens aux yeux cernés. Cela ne resoud,en aucun cas, les problèmes fondamentaux des êtres humains- repartition de l'eau et du reste-. Cet article est effectivement au service d'une pensée, d'une pensée qui d'ailleurs contourne le problème . Utiliser la puissance du big data pour réfléchir à des données de masse, non-commerciales, pas forcément invasives, histoire de faire un big good brother ? Je pense que Mr schartz aurait rêver d'une entité comme cela. Cela devient très intéressant dans le choix des données que l'on doit y rentrer, elles se doivent d'être des deux bords. Je suis fortement intéressé par un projet de ce type. Le" retour d'information " si rapide du big data nous laisse imaginer nombre d'autres possibles réjouissantes pour l'être humain: mini-factory, régulation subtile écologique etc... Le problème que nous pouvons avoir aujourd'hui c'est des programmateurs qui pensent vraiment moins bien, moins fin, moins subtile que leurs ordinateurs, c'est un peu tristounet! Salutations cordiales à tous Il vous est loisible de me contacter si ce type de travail autour du big data vous intéressent.

4.Posté par Michel Bruley le 05/09/2014 09:25
Patrice,

Vos critiques sont très excessives, voir ci-joint l’article « Piketty vu des Etats Unis » ; notez aussi qu’il dit : « les sources rassemblées dans le cadre de ce livre sont plus étendues que celles des auteurs précédents, mais elles sont imparfaites et incomplètes. Toutes les conclusions auxquelles je suis parvenu sont par nature fragiles et méritent d’être remises en question et en débat » : http://www.ifrap.org/Piketty-vu-des-Etats-Unis,14359.html

Michel Bruley

5.Posté par Michel Bruley le 28/07/2015 15:09

20 économistes mettent en pièce les thèses de Piketty http://w.lpnt.fr/1952917t

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.