Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Elliott Management Corp rachète Dell Software avec l’argent de la vente de Qlik


Rédigé par le 22 Juin 2016

Vous vous souvenez, c’était il y a deux semaines environ, le fonds d’investissement Thoma Bravo annonçait le rachat de Qlik, pour 3 milliards de dollars. Entre temps, LinkedIn a été avalé pour plus de 26 milliards de dollars. Mais cette semaine, c’est le rachat de Dell Software Group qui fait la Une. Dell Software Group qui comprend, entre autres logiciels, l’outil Statistica, intégré par Dell il y a deux ans.



Publicités payées par Microstrategy sur Facebook
Publicités payées par Microstrategy sur Facebook
C’est un peu passé inaperçu, mais l’acquéreur de Dell Software Group est en fait le vendeur de Qlik. Et la concomitance des deux opérations n’est certainement pas un hasard du calendrier. Le magazine Fortune titrait en effet il y a deux semaines sur la pression mise par Elliott Management Corp sur les dirigeants de Qlik pour qu’ils acceptent une cession de l’entreprise. Très certainement, l’opération suivante, celle du rachat de Dell Software Group était-elle bien avancée, et Elliott Management Corp avait besoin de vendre Qlik pour racheter Dell Software Group.

Mais que peut-on en déduire ? Le fonds d’investissement voit-il moins d’avenir dans la BI en libre-service que dans le portefeuille logiciel de Dell ?
Sans doute les associés de Elliott Management Corp voient-ils en 2016 plus de potentiel dans les outils analytiques de science des données comme Dell Statistica et sa nouvelle cible du "Citizen Data Scientist" que dans les outils de Business Intelligence, même évolués comme Qlik. De plus en plus de composants permettent de créer des visualisations graphiques de bonne qualité, pour moins cher comme Microsoft Power BI ou même gratuitement, comme Google Data Studio”, explique Michael Albo, co-fondateur du Data Science Institute.

Le rachat de Qlik a pour l’instant peu fait réagir, à l’exception des salariés des concurrents, qui sur LinkedIn commentent l’opération et se disent tristes pour leur collègues de la partie adverse.
Mais en Amérique du Nord (je ne sais pas si cette publicité passe également en Europe), il y a un concurrent qui tente de profiter du questionnement légitime des clients, c’est Microstrategy.
A partir de publicités agressives diffusées sur Facebook, Microstrategy tente de rallier les clients Qlik en leur proposant un essai gratuit.
Et les messages employés sont très violents : “Qlik vient d’être acquis par un fonds d’investissement privé. Il y a du sang dans l’océan. N’attendez pas de voir ce qu’il restera” avec en illustration un banc de requins. Ou encore “Encore un fournisseur de solutions analytiques indépendant qui mord la poussière”, illustré d’une pierre tombale.
Pour certains ce sera de l’humour, pour d’autres, ce niveau d’humour ne devrait pas être utilisé dans le monde des affaires. Mais quand on connaît l’histoire de Microstrategy et ce qui s’était passé il y a une quinzaine d’années, ainsi que les frasques encore récentes de son fondateur; on a envie de garder en mémoire cette citation latine, “arx Tarpeia Capitoli proxima”.






Commentaires

1.Posté par Angelica Reyes le 24/06/2016 00:01
Philippe j’aimerais profiter de ton analyse pour mettre au clair quelques points auprès du lectorat de Decideo :

Le rachat de Qlik par Thoma Bravo
Nous sommes très heureux d'avoir trouvé un partenaire majeur dans Thoma Bravo. Thoma Bravo est une entreprise d'investissement avec une très forte expérience dans les secteurs des logiciels et de la technologie. Ils ont une histoire particulièrement réussie des investissements dans les logiciels d'application, logiciels d'infrastructure et les secteurs de services basés sur la technologie.

Avec cette annonce, Qlik deviendra une société privée et sera positionné exceptionnellement bien, avec une flexibilité supplémentaire pour continuer à investir dans le développement de solutions et de produits de pointe, pour le plus grand bénéfice de nos clients. Notre nouveau partenaire voit une valeur considérable dans les offres de Qlik et dans notre écosystème de partenaires. Il comprend le rôle majeur qu’offrent nos solutions à nos clients, qui considèrent Qlik comme un véritable avantage compétitif.

La vente de parts de Qlik par Elliott
Elliott est une entreprise qui cherche à tirer un maximum de valeur dans ses investissements. En rachetant des parts de Qlik avant l’acquisition par Thomas Bravo, Elliott savait que la valeur de Qlik (de par sa position de leader sur un marché en explosion) serait une excellente opportunité de gain à court terme. Qlik est reconnu comme leader depuis plus de 6 ans par Gartner avec une croissance moyenne de plus de 20% sur un marché qui croit de 5,2% et qui pèse $16,2 milliards en 2016. Avec la démultiplication du phénomène de Data, nul ne met en doute la croissance du marché des plateformes analytiques modernes, un marché sur lequel Qlik a une position privilégiée de par son portefeuille de produits, sa base clients et sa roadmap : des atouts majeurs pour continuer à grandir.

Les actions et campagnes de nos concurrents
Pas grande chose à dire là-dessous… seulement ils doivent être désespérés pour en arriver à ce genre de communication, et on comprend étant donné que leur situation se dégrade d’année en année.
Qlik est plus que jamais serein sur son avenir, nous n’avions jamais été si bien positionnés d’un point de vue produits et roadmap. La confiance et le niveau de satisfaction de nos plus de 39 000 clients le confirment (étude BARC), et notre croissance en est la preuve.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.