Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Intégration des données: Les institutions financières sous la pression de 374 nouvelles réglementations d’ici 2021


Rédigé par Communiqué de Marklogic le 12 Avril 2019

Un rapport réalisé par JWG montre que face à l’augmentation du volume et de la complexité des législations les concernant, les acteurs de la finance doivent drastiquement revoir leurs politiques de gestion des données pour rester en accord avec la réglementation.



MarkLogic Corporation, éditeur d’une plateforme de données permettant d’assurer et de simplifier l’intégration de tous types de données, présente les résultats d’une étude réalisée par le cabinet de conseil anglais JWG, une société experte dans l’accompagnement des acteurs de la finance autour des réglementations. Ce rapport, intitulé Ready for Digital Regulation, souligne la nécessité pour les entreprises d’accroître leurs capacités d’intégration de données afin de suivre l’évolution des réglementations, de contrôler les coûts croissants de mise en conformité et d’éviter les amendes.

D’ici 2021, 374 initiatives législatives devraient concerner les acteurs de la finance et les obligeront à prendre des mesures en matière de data management pour rester en phase avec les réglementations. En outre, dans 90 % des cas, ces dernières concerneront aussi bien les organismes vendeurs qu’acheteurs. Pourtant, les acteurs interrogés s’attendent à ce que ces derniers soient les plus impactés. Traditionnellement, les acheteurs déléguaient leurs problématiques de compliance aux vendeurs et n’ont pas, aujourd’hui, les ressources techniques et les compétences pour répondre à ce volume de réglementation.

Face à ce constat, les personnes interrogées ont assuré à JWG que le volume et la complexité des nouvelles réglementations vont considérablement entraver la capacité de leur entreprise à rester en conformité et à éviter des amendes potentiellement importantes. Relever ces défis exige à la fois une main-d’œuvre accrue et une capacité technologique adéquate pour permettre aux entreprises de fournir les données demandées par les régulateurs dans les meilleurs délais. Les budgets alloués à la compliance devraient en outre exploser, passant de 4 % des revenus totaux des acteurs de la finance aujourd’hui à 10 % à l’horizon 2022.

« Les cadres dirigeants des grandes institutions financières subissent une pression considérable pour satisfaire à des exigences réglementaires en constante évolution. Ils doivent composer aujourd’hui avec des approches manuelles basées sur des projets qui créent de graves problèmes au niveau des données. La régulation numérique offre une alternative intéressante. À l’avenir, les entreprises seront en mesure de mettre à jour leurs livres de règles à la manière d’un smartphone et le logiciel mis à jour atténuera les nouveaux risques », a déclaré PJ Di Giammarino, CEO de JWG.

« Les données sont au cœur de la stratégie future de toutes les organisations et sont vitales pour aider les acteurs de la finance à répondre aux défis réglementaires actuels et à venir », a déclaré le Dr Giles Nelson, CTO, Financial Services de MarkLogic. « Il est également fondamental d’utiliser des technologies nouvelles et innovantes telles que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, ou le traitement du langage naturel. Pour répondre à ces exigences, les entreprises n’ont guère d’autre choix que d’adopter une approche numérique stratégique pour toutes les fonctions de l’entreprise et éviter la création de nouveaux silos d’applications et de données. »

Le rapport, « Ready for Digital Regulation », a été réalisé suite à des recherches, issues d’entretiens poussés avec les hauts dirigeants de 12 institutions financières mondiales de premier plan. Il est disponible en téléchargement à cette adresse.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.