Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Les entreprises françaises plus sensibles à la localisation du stockage de leurs données


Rédigé par Communiqué de Ionos le 31 Mars 2020

Une étude de IONOS dévoile de grandes disparités en termes de connaissances qu’ont les entreprises en matière de législation, telles que le RGPD ou encore le CLOUD Act aux Etats-Unis
33% des répondants en France affirment ne pas comprendre en quoi le CLOUD Act consiste
Près d’une entreprise sur quatre (24%) n’a pas conscience que les fournisseurs américains de services cloud peuvent être dans l’obligation de fournir les données de leurs clients aux autorités américaines, sans prendre en compte le RGPD
Bien que souhaitant placer la sécurité des données en tête des priorités, les entreprises souhaitent également stocker leurs données personnelles et de paiement sur le cloud



Une nouvelle étude de IONOS, le plus gros fournisseur européen de services cloud et d’hébergement, dévoile que 33% des décideurs français ne comprennent pas entièrement le CLOUD Act aux Etats-Unis, et prennent donc des risques avec leurs données.

L’étude a interrogé 500 décideurs informatiques en France pour tenter de mieux évaluer la compréhension des législations concernant les données, les comportements en matière de stockage de données ainsi que l’utilisation des services cloud.

Depuis son adoption en 2018 par le Congrès américain, le CLOUD Act américain est un sujet controversé. Un élément crucial de la législation donne le pouvoir aux autorités policières américaines d’accéder aux données stockées par la plupart des grands fournisseurs de services cloud. Cette législation est d’autant plus controversée lorsqu’on apprend que 28% des répondants Français affirment que les Etats-Unis est le pays où ils souhaiteraient le moins voir leurs données stockées devant le Royaume-Uni (16%).

Cependant, dans la réalité, près d’un quart des répondants français (24%) n’ont pas conscience que les fournisseurs américains de services cloud peuvent être contraints de fournir les données de leurs clients qu’elles soient stockées aux US ou à l’extérieur, et ce sans se préoccuper du RGPD.

En parallèle, près de quatre répondants sur cinq (79%) affirment préférer que les données de leur entreprise soient stockées en France. Parmi eux, 58% expliquent cela par un besoin d’avoir leurs données stockées dans le pays où ils sont localisés. 41% déclarent que la France dispose de standards élevés en matière de confidentialité des données, et 39% de standards élevés en matière de sécurité des données.

En revanche, et soulignant l’importance que le RGPD a pris dans l’esprit des décideurs informatiques, 92 % des personnes interrogées ont affirmé avoir désormais une bonne compréhension du règlement européen.

Lorsqu'on les interroge également sur les données que les entreprises stockent dans le cloud, 64 % des répondants affirment être disposés à stocker des informations sur les produits de leurs entreprises, et 57 % des informations sur les paiements, les salaires et la comptabilité.

"La conformité au RGPD a été une priorité pour de nombreuses entreprises européennes et mondiales depuis son introduction, mais les professionnels de l'informatique restent vigilant quant l’évolution de la sécurisation des données", explique Achim Weiss, CEO de IONOS. "Le CLOUD Act constitue encore une zone d’incertitude pour les entreprises qui sont hébergées par ces fournisseurs de services cloud americain. La seule option pour minimiser immédiatement les risques pour les entreprises de l'UE est de choisir des fournisseurs européens en accord avec le RGPD".

" Il ressort également de cette étude qu'il y a une incohérence manifeste entre les entreprises qui veulent donner la priorité à la confidentialité et à la sécurité des données avec la réalité de la situation. Il y a un besoin indispensable d'éducation et de partage des connaissances sur les meilleures pratiques en matière de stockage ainsi que sur la manière dont les changements de législation pourraient avoir un impact sur le stockage des données pour les entreprises européennes".




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.