Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Près de 47% des entreprises françaises sont persuadées que, d'ici 2030, l'intelligence artificielle et les humains coexisteront, selon une étude Teradata


Rédigé par Communiqué de Teradata le 22 Janvier 2020

Près de la moitié des entreprises françaises sont persuadées que, d'ici 2030, l'intelligence artificielle (IA) et les humains coexisteront, car humains et IA exécuteront des tâches optimisées en fonction de leurs forces respectives. C'est ce que révèle les résultats de l'étude « S'adapter ou disparaître : la nouvelle réalité d'un monde hyper numérisé » (Adapt or Perish: The New Reality in a Hyper-Digitized World), réalisée en septembre 2019 par Vanson Bourne et commandée par Teradata (NYSE : TDC). Un chiffre qui peut surprendre puisqu'au niveau mondial, les entreprises ont plutôt une vision selon laquelle l'IA sera intégrée à l'être humain, ce qui se traduira par une amélioration des capacités humaines pour remplir les tâches en entreprise.



La France a donc 10 ans pour concrétiser cette vision, et il semblerait que cela soit bien parti. En effet, 50% des entreprises commencent à tester l'utilisation des technologies d'intelligence artificielle (IA) ou de Machine Learning (ML), et près de 27% utilisent déjà ces technologies dans certaines Business Units de l'entreprise.

L'IA face à des obstacles toujours importants

Si l'étude dresse un état des lieux du déploiement de l'IA et du ML dans les entreprises, elle en a également identifié les obstacles. En France, les principales raisons évoquées sont le manque de financement (43%), l'assurance que les projets répondent aux besoins de l'organisation (43%) mais aussi le manque de compétences en interne (40%).

Toutefois, l'étude met en lumière le fait que les investissements clés qui permettraient de surmonter ces obstacles et, en conséquence, d'accélérer ces initiatives sont la sécurité IT (58%), l'infrastructure IT (54%) puis l'analytique (46%). Quant aux investissements dans les compétences et les talents, ils n'arrivent qu'en 6ème position.

« Les entreprises françaises ont bien compris qu'elles avaient tout intérêt à investir massivement dans les technologies disruptives, telles que l'IA et le ML. Elles ont bien identifié les obstacles au bon déploiement de ces projets et les investissements à réaliser pour pérenniser ces initiatives. » commente Stéphane Rion, Senior Deep Learning Scientist chez Teradata. « Leur vision de l'IA a également changé : les entreprises perçoivent cette technologie davantage comme une opportunité pour optimiser leur capacités et leurs forces, que comme une menace. Au niveau mondial, elles ne sont plus que 6% à penser que l'IA remplacera les humains pour la plupart des tâches de l'entreprise, contre 21% en 2017. Cette évolution positive explique en grande partie l'engouement général pour l'IA et les nombreux projets en place chez les entreprises du monde entier. »

Méthodologie
En septembre 2019, Teradata a mandaté la société indépendante d'études de marché Vanson Bourne pour réaliser une étude quantitative auprès de décideurs informatiques et d'entreprise aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Chine et au Japon. Les participants interrogés proviennent d'entreprises de 1000 employés ou plus, et dont le chiffre d'affaire global annuel dépasse les 250 millions de dollars. Les entreprises proviennent de divers secteurs privés ou publics, et notamment des secteurs des services financiers et de l'IT, de la technologie et des télécommunications. Les entretiens ont été réalisés en ligne à l'aide d'un processus rigoureux comprenant plusieurs niveaux de présélection, permettant de réduire la participation aux seuls candidats éligibles.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.