Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Cinq résolutions pour optimiser la gestion de ses données


Rédigé par Frédéric Lemaire, Cohesity le 20 Janvier 2021

2020 a été l’année de tous les bouleversements et les équipes IT ont été particulièrement mises à l’épreuve. Après avoir dû jongler entre ressources limitées et budgets restreints, gérer un passage en force vers le télétravail et affronter une cybermenace toujours plus intense, le moment apparaît approprié pour tirer des enseignements et envisager d’optimiser sa stratégie de gestion des données pour relever les prochains défis. Car début d’année oblige, même les responsables informatiques devraient prendre de bonnes résolutions !



Frédéric Lemaire, Directeur France Cohesity
Frédéric Lemaire, Directeur France Cohesity
1. Définir des objectifs métier clairs

Cela peut paraître évident, mais l’IT doit servir le métier, et le meilleur moyen d’atteindre ce but est de comprendre quels sont les objectifs et les priorités de son entreprise. La technologie est encore souvent mise en œuvre de manière isolée, alors qu’elle devrait avant tout apporter une solution à un problème. Encore faut-il définir les problèmes qui doivent être résolus. En cela, 2020 a changé la donne, la gestion du télétravail étant devenue un chantier plus que crucial pour quasi tous les services IT de la planète. Et après avoir été les héros de 2020, les DSI sont à nouveau remobilisés pour accélérer leur virage dans le numérique…

Mais avec des ressources et des budgets toujours trop comprimés, le DSI et son équipe ont besoin d'être guidés pour créer des cas d'usage bien définis. Avec les technologies basées sur les données, comme l'intelligence artificielle qui s’immisce de plus en plus largement dans l'entreprise, cette exigence n'a jamais été aussi pressante. Une plus grande collaboration entre IT et métier est une clé précieuse pour valider une stratégie numérique à long terme.

2. Poursuivre l’engagement vers le cloud

Sous la pression d’un passage forcé vers le télétravail, face au besoin d’une collaboration en temps-réel et avec des restrictions sanitaires contraignant les consommateurs à déporter certains de leurs achats en ligne, ces derniers mois ont presque été un bêta-test géant pour le cloud. Si l’épreuve est globalement réussie, tout le monde n'a pas fait le saut.

Pour ceux qui ont déjà entamé leur migration vers le cloud, la tâche consiste désormais à renforcer son usage, en cherchant quels avantages supplémentaires en tirer. Selon Gartner, les dépenses mondiales en matière de services de cloud public devraient augmenter d’environ 18 % en 2021 pour atteindre 304,9 milliards de dollars. Selon l'analyste, les entreprises ont davantage de besoins IT et moins d'argent y répondre, elles dépenseront donc dans des domaines tels que le cloud pour aider à accélérer leur transformation numérique.

Certaines entreprises, quelle que soit leur taille, ont encore du mal à se départir d’approches informatiques « traditionnelles », mais ce sont bien les approches « cloud first » qui permettent aujourd’hui aux entreprises d’évoluer dans la bonne direction. D’une manière générale, L’Europe doit sur ce sujet encore revoir sa réglementation mais surtout continuer à investir pour opérer une véritable reconquête des données.

3. Gagner en agilité

Attention, juste mettre en œuvre la bonne technologie ne rend pas forcément plus agile. Sans une stratégie d'information centrée sur les personnes qui permette aux employés d'exploiter de nouvelles possibilités en collaboration, les promesses du big data ne se réaliseront pas.

C'est là qu'interviennent les méthodes de développement Agile. Contrairement aux approches traditionnelles de type Waterfall, qui utilisent une logique linéaire pour l'achèvement des tâches, les méthodes Agile reposent sur une collaboration itérative. Ayant fait leur apparition dans l’IT, ces méthodes s’étendent désormais à tous les secteurs d'activité.

Les techniques Agile permettent d’amener les différentes parties prenantes à explorer la manière dont un objectif commercial peut être atteint en collaboration. En travaillant ensemble, les équipes inter-organisations peuvent prendre des mesures itératives pour atteindre les objectifs fixés.

4. Passer le niveau supérieur en data management

Agile ou pas, en matière de gestion des données, il est toujours possible de s’améliorer. On ne peut agir efficacement sur ses données que si ces dernières sont cohérentes, fiables et sécurisées. Et c’est un chantier permanent !

Selon Gartner, le DSI doit de toute urgence établir des priorités dans ses dépenses de gestion des données. Le rôle central des données dans l'entreprise ne fera que s'accroître, dans la mesure où les entreprises s'appuient sur des indicateurs de performance clés pour s'assurer que leur organisation va dans la bonne direction.

Il faut définitivement casser les silos pour consolider les informations et permettre aux décideurs de faire des choix éclairés et intelligents. Cela aura également un impact sur les coûts de stockage, qui devraient en effet logiquement baisser, la déduplication libérant de l'espace sur les serveurs, réduisant les dépenses dans le cloud, et permettant de partager des fichiers, tout en limitant la surface d'attaque des données.

En outre, la notion de « gouvernance des données dans le cloud » a clairement commencé à faire son chemin dans les esprits et les datacenters. La pandémie impacte inévitablement la gestion de l’entreprise : les process changent, surtout dans l’IT, et la gestion du cloud n’échappe pas à la règle.

5. Acquérir une meilleure visibilité sur l’ensemble de l’écosystème IT

Peu importe leur stratégie, les entreprises doivent pouvoir compter sur les partenaires qu'elles choisissent. L'instauration de la confiance n'est pas nécessairement simple, car le DSI doit faire appel à un écosystème de fournisseurs de services informatiques ayant des capacités différentes pour des domaines spécifiques.

Les exigences en matière de transformation numérique devant s’intensifier, le département IT a besoin de partenaires capables de tenir leurs promesses opérationnelles. Sélectionner des fournisseurs qui offrent d’excellentes capacités de gestion de comptes est un vrai plus. Avec des budgets qui risquent de rester limités, les équipes techniques ont besoin de responsables de comptes fiables qui peuvent les aider à mettre en œuvre des plans de transformation numérique basés sur les données, et non pas seulement ceux qui offrent une bonne marge. Au cours des dernières années, la relation entre intégrateur/revendeur de systèmes et client s'est beaucoup resserrée, améliorant la compréhension. Cela restera la voie à suivre, à mesure que les besoins deviendront plus spécifiques en fonction des nouveaux défis qui se présentent.

Les douze prochains mois vont consister à exploiter certains enseignements appris en 2020 et, sans aucun doute, à relever une foule de nouveaux défis. Les dirigeants informatiques ont surmonté la tempête de 2020, il s'agit maintenant de savoir comment ils peuvent surfer sur la vague et non seulement survivre, mais aussi atteindre leurs objectifs et assurer un meilleur rendement à l'ensemble de l'entreprise.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.