Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


L'enfer des silos de données : vers la rédemption


Rédigé par Florian Malecki, StorageCraft le 15 Février 2019

Il existe une étrange histoire sur l'enfer et le paradis. En enfer serait dressée une grande table remplie de mets délicieux, mais les convives mourraient de faim car leurs couverts seraient si longs que la nourriture en tomberait avant d'avoir pu atteindre leur bouche. Au paradis, on retrouverait les mêmes table et couverts mais cette fois, les convives seraient en bonne santé. Pour quelle raison ? Parce qu'ils se nourrissent les uns les autres.



Florian Malecki, International Product Marketing Sr. Director, StorageCraft
Florian Malecki, International Product Marketing Sr. Director, StorageCraft
Au lieu d'avoir une vision individuelle de la nourriture, des couverts et des convives, les personnes qui se trouveraient au paradis comprendraient l'importance de la communauté et du partage.

De la même manière, des données compartimentées et difficiles à partager peuvent avoir un effet néfaste sur la santé d'une entreprise. Il suffit de demander à un responsable IT de parler de la gestion des infrastructures de données historiques pour comprendre cet « enfer ». Au-delà du miracle, il existe heureusement des innovations technologiques qui permettent d'alléger ce fardeau, en supprimant les silos et en faisant converger la gestion des données, leur protection et leur stockage évolutif dans un système unique. Il en résulte alors un environnement intelligent capable d’identifier les données qui doivent être utilisées au bon moment et au bon endroit, les données qui doivent être protégées au bon moment, au bon endroit et de la bonne manière, ainsi que les données qui doivent être récupérées en priorité afin de protéger toute l’entreprise et de lui permettre de fonctionner à nouveau, en cas de panne.

Pourquoi tant d'entreprises continuent-elles à gérer les données de façon si peu optimale ? Selon moi, la responsabilité en incombe aux grands fournisseurs de systèmes tels que Dell EMC ou HP.

Ces acteurs historiques ont prospéré pendant des années en encourageant les acheteurs IT à penser leurs centres de données en silos. Il existe ainsi des silos pour les données primaires et secondaires. À titre d'exemple, il existe également des silos pour la sauvegarde des données, pour leur protection, ainsi que pour les applications et les logiciels d'analyse. Et cela n'a rien de bon car ces silos freinent les entreprises.

Comment expliquer cette multiplication des silos ?
Par une logique simple : diviser pour mieux régner. Les fournisseurs historiques ont découvert par le passé qu'ils pouvaient créer de nombreux segments de marché représentant des milliards de dollars en divisant les centres de données de leurs clients. Il est ainsi dans leur intérêt de conserver des technologies séparées, car cela booste les ventes et la dépendance des clients ; l'ensemble des silos de chaque centre de données étant aux mains d’un seul fournisseur.
Jusqu'à aujourd'hui, ces fournisseurs ont réussi à développer des groupes d'achat séparés au sein des entreprises, en persuadant chaque département que leurs besoins étaient uniques et incompatibles avec ceux des autres. Tant qu'ils réussissent à diviser pour mieux régner, ils peuvent vendre à chaque département un produit au prix fort.
Pour résumer la situation, les silos persistent, car ils servent l'intérêt des fournisseurs.

Concrètement, quelle est l’ampleur de ce problème ?
Le groupe Aberdeen a découvert que seulement 15 % des utilisateurs en entreprises travaillant en silos se disent satisfaits de leur accès à ces données. Ils sont à l'inverse systématiquement frustrés par leur incapacité à intégrer dans leurs analyses des informations qui se trouvent dans d'autres silos, ailleurs dans l’entreprise.

En outre, les organisations fonctionnant avec des silos de données sont capables de transmettre les informations au bon moment dans seulement 55 % des cas. Dans tous les autres, elles ne peuvent pas rivaliser avec leurs concurrents et manquent ainsi des occasions de créer de la valeur. Certaines n'arrivent même pas reconnaître les occasions lorsque celles-ci se présentent. En parallèle, l'étude révèle que 72 % des entreprises fonctionnant sans silos peuvent accéder aux informations nécessaires au bon moment et ainsi prendre l'avantage.

Une infrastructure de gestion des données globale et unifiée est plus que jamais nécessaire, car les entreprises de toute taille croulent désormais sous la quantité des données à gérer et à protéger. Et la situation ne va pas s'améliorer avec l'entrée en vigueur de nouvelles réglementations dans le secteur, comme le RGPD.

Les organisations doivent également avoir la capacité de migrer les données sur des appareils mobiles tout en assurant leur protection. En cas de problème réseau ou de perte de données, elles doivent pouvoir les récupérer sans se demander si elles possèdent la sauvegarde appropriée ou la bonne configuration de stockage secondaire. Cela exige alors une infrastructure de données globale assurant une gestion simple.

Le défi pourrait-il être encore plus complexe ?
La réponse est oui. Alors que leur charge de travail augmente, les services IT doivent faire plus avec moins. Ils doivent également travailler plus intelligemment et efficacement afin d'apporter une réelle valeur à l'entreprise. Pourtant, une entreprise classique traite aujourd'hui 100 fois plus de données qu'il y a 20 ans. Pas étonnant que tant de responsables informatiques se retrouvent piégés dans « l'enfer » de la gestion des données.

Comme mentionné précédemment, le changement arrive sous la forme d'une innovation. De nouveaux acteurs et de nouveaux concepts s'attaquent aux offres compartimentées des grands fournisseurs. Aujourd'hui, des systèmes de protection et de gestion des données convergents existent pour répondre à tous les besoins des entreprises en même temps. Cela détruit une bonne fois pour toute ces absurdes silos de données complètement obsolètes. Encore mieux, ils simplifient la couche technologique, limitent les coûts et permettent finalement d'être plus compétitif dans l'économie numérique.

Le meilleur moyen d'atteindre le succès est de rationaliser l'infrastructure de gestion des données et ainsi, de supprimer les silos. Les entreprises n'ont tout simplement pas le temps, les ressources ni la bande passante nécessaires pour gérer plusieurs silos de données différents. Elles doivent rompre avec ce modèle et effectuer la transition vers un système unique qui se révélera efficace, rentable, facile à utiliser et évolutif. Un système qui se protège lui-même et qui analyse les données de façon intelligente permettra également de réagir aux besoins changeants de l'organisation et aux différents niveaux de données créés.

Un flux de données transparent, telle est la clé vers la transformation des entreprises. Si les données peuvent nourrir l'intégralité de l'organisation, cette dernière pourra se développer et être compétitive dans le monde numérique. Il est temps de détruire les silos de données et de libérer les entreprises tout en accélérant les processus de décision. Les organisations n’atteindront peut-être pas le paradis, mais vivront très certainement une meilleure expérience sur Terre.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.